Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 [EXCLUSIF] Jouyet : "Nous dansons sur un volcan financier"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
citoyen du monde

avatar

Nombre de messages : 378
Age : 44
Localisation : dans mon tonneau
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: [EXCLUSIF] Jouyet : "Nous dansons sur un volcan financier"   Jeu 14 Oct 2010 - 8:26


Citation :
Pour le président de l’Autorité des marchés financiers, "rien ne nous garantit" qu'une nouvelle affaire Kerviel "ne puisse se reproduire".



Le Nouvel Observateur.- Que pensez-vous du jugement rendu à l’encontre de Jérôme Kerviel ?

Jean-Pierre JOUYET.- Ce jugement a été rendu en droit et il appartiendra à la cour d’appel de se prononcer sur sa validité. Maintenant quand on sait que par le jeu d’une disposition fiscale Société Générale a récupéré, en toute légalité, plus d'un milliard d’euros, on peut légitimement s’interroger sur le montant des dommages et intérêts réclamés. Mais il ne faut pas non plus se tromper sur Kerviel : ce n’est ni Robin des Bois, ni Arsène Lupin. Même si les défaillances du contrôle interne de la banque ont joué un rôle important dans cette affaire, il s’agit avant tout d’un trader qui a enfreint les règles de sa profession. D’ailleurs, il faut savoir ce que l’on veut ! Quand les traders font gagner de l’argent à la banque, ils disent : « c’est grâce à moi, j’ai mérité un énorme bonus ». Quand ils commettent une erreur, transgressent les règles, là, c’est la faute de la banque, qui n’avait pas les bons systèmes de contrôle.

Ce qui m’inquiète surtout, après une telle affaire, c’est que rien ne nous garantit qu’elle ne puisse se reproduire. Le contrôle des salles de marché est insuffisant. Et en règle générale, nous sommes toujours, nous les régulateurs, en retard d’un combat par rapport à l’innovation. Aujourd’hui, je ne suis pas sûr qu’il y ait un seul individu qui sache vraiment comment fonctionne le système financier.

N.O.- Les Américains ont adopté la loi Dodd-Frank, qui impose aux banques de se séparer de leurs activités de spéculation. Cela peut-il calmer le volcan ?

J-P. JOUYET.- Toutes les activités de marché –celles qui sont utiles à l’économie réelle et celles qui le sont moins - sont désormais tellement imbriquées, le cœur du réacteur est tellement indivisible, qu’il n’est pas certain que cette règle en particulier soit efficace. Plus on resserre les contraintes sur les banques, plus on augmente les exigences en capital, plus il y aura d’activités financières qui sortiront des bilans bancaires, et donc du contrôle des régulateurs. Au lieu d’un Soros [NDLR : le spéculateur qui s’est rendu célèbre en faisant sortir la livre sterling du Système monétaire européen en 1992] il y en aura des centaines ! Et ils seront installés dans des places off shore , en toute opacité ! Nous risquons d’assister à la propagation d’une finance de l’ombre. Kerviel était un accident statistique, dans une banque. Avec cette finance-là, le risque se diffuse partout.

NO.- Puisque les régulateurs en sont conscients, comment peuvent-ils agir ?
J-P. JOUYET.- Nous avons hélas pris beaucoup de retard. C’est sur le terrain de la transparence des marchés que nous avons le moins progressé depuis 2008. Pour l’instant on a traité – plus ou moins- les symptômes de la crise : les rémunérations, les paradis fiscaux, les agences de notation, les hedge funds (fonds spéculatifs), mais pas les causes. Comme le dit Pascal Lamy [directeur général de l’organisation mondiale du commerce, l’OMC], nous dansons sur un volcan financier. Nous n’avons pas plongé dans le cœur de ce volcan, dont les mécanismes permettent aux hedge funds et surtout aux banques (quand elles agissent pour leur compte propre) de spéculer en passant d’un marché à l’autre : un jour les matières premières, le lendemain les dettes d’Etat, aujourd’hui les devises. Le problème, c’est non seulement l’opacité des marchés financiers, mais aussi celui de la capacité des acteurs à faire des opérations qui ne sont plus traçables, et qui se font à l’échelle de la micro seconde. Quand un régulateur veut regarder à l’intérieur du volcan, il ne voit rien ! Il faut imposer que les produits dérivés soient standardisés et que les transactions sur ces produits passent par des chambres de compensation. Il faudrait également imposer qu’un ordre de bourse, d’achat ou de vente d’une action ou de n’importe quel autre produit, reste au moins une seconde dans le carnet d’ordres. Il faut absolument ralentir le film et rendre le jeu plus transparent. C’est un défi pour la démocratie et le G20.

N.O.- Un défi à la démocratie, vraiment ?
J-P. JOUYET.- Tout-à-fait. En dix ans, le chiffre d’affaires de la finance a explosé. Le rapport de force entre les politiques et les marchés est devenu dix fois plus favorables à ces derniers. C’est beaucoup plus difficile de stabiliser le marché des changes avec un accord politique par exemple. C’est plus difficile aussi de surveiller les marchés. Logiquement, le nombre d’infractions que traite l’AMF aurait dû être multiplié par dix. Or il est stable. Et les affaires baissent même en valeur ! Non seulement le voleur court plus vite que le gendarme, mais ses modes opératoires le rendent indétectables ! J’ajoute qu’à l’AMF, je n’ai que 45 personnes pour faire surveiller les marchés et mener les enquêtes, 20 pour faire les contrôles chez les sociétés de gestion et dans les banques. Il nous faut plus de moyens. Nous plaidons pour la mise en place d’une nouvelle taxe forfaitaire assise sur les activités de marché des banques d'un montant très faible au regard des résultats des banques et des rémunérations qu'elles versent. C’est indispensable pour la modernisation de notre outil informatique. Et cela irait de pair avec les nouveaux pouvoirs et la modernisation de l’AMF que prévoit la loi sur la régulation financière et bancaire tout juste adoptée par le Parlement.

Propos recueillis par Sophie Fay
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: [EXCLUSIF] Jouyet : "Nous dansons sur un volcan financier"   Jeu 14 Oct 2010 - 10:52

Tout tradeur est + ou - un Kerviel.
C'est le trading lui-même le problème de base.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
 
[EXCLUSIF] Jouyet : "Nous dansons sur un volcan financier"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Nous dansons" par GLORIOUS
» D'après un Message donné à John Leary, le Volcan de Yellowstone se réveillera !
» tire-allaitement exclusif...
» je lis, tu lis, nous lisons... l'Argent!!
» Gil Raconis nous a quitté...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: Actualité et Histoire :: Actualité-
Sauter vers: