Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La souffrance, un moteur de la création

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Mar 27 Nov 2012 - 14:10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geo rum phil

avatar

Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 11/08/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Mar 27 Nov 2012 - 14:36

sophie.h a écrit:
Avis de tempête
Mon coeur est meurtri
Ne sois pas inquiète
Car l'amour fleurit

En Amerique
Son coeur est meurtri
Quand l'amour pour sa voiture fleurit
Pendant une crise cadiac
Sa bien aimé marque
L'enquête policier s'en suit...



Dernière édition par geo rum phil le Mar 27 Nov 2012 - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Mar 27 Nov 2012 - 14:42

Et v'là-t'y pas que Geo en remet une couche ! Very Happy
Dites, les gars, vous n'auriez pas loupé votre vocation de comique ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geo rum phil

avatar

Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 11/08/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Mar 27 Nov 2012 - 14:54

sophie.h a écrit:
... vous n'auriez pas loupé votre vocation de comique ?
Tu t'es trompes comme d'habitude, s'ont les loups (animaux sociaux) qui ont lupé les super qualités d'humanism. clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Mar 27 Nov 2012 - 18:02

Geo tu voulais dire
Pendant une crise cadillac


Chacun fait celà où il veut lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Ven 18 Jan 2013 - 18:12

sophie.h a écrit:
L'autre jour, en regardant l'émission "Empreintes" sur Amélie Nothomb, je me disais que la souffrance peut être un formidable moteur à la création. La mise en péril du corps et/ou de l'esprit suscite parfois le besoin d'évacuer un trop plein, une énergie émotionnelle qui s'exprime sous une forme authentique et sincère et qui s'incarne dans l'art. La création artistique est l'unique témoignage d'une souffrance qui ne peut s'exprimer autrement qu'à travers elle. C'est en quelque sorte confier une souffrance ineffable. Elle livre ainsi une part de nos peines au monde comme un cri, une plainte voilée derrière l'imagination. Et puis en se reconnaissant à travers la charge émotionnelle qu'elles suscitent, les créations artistiques ont aussi le pouvoir de consoler nos peines, justement parce qu'elles sont pures émotions.

Je ne crois pas que la création soit une posture, ni que la souffrance soit un moteur à la création. Je crois qu'on crée ou pas… Qu'on a une nature créative, ou pas. Est-ce à dire que les créatifs souffrent ? Je n'en sais rien. Ils voient surtout les choses autrement, à mon avis. La plupart des gens parlent de ce qu'ils voient, les créatifs se servent de ce qu'ils voient pour parler d'autre chose.
Quand je souffre ou quand j'ai quelque chose de particulièrement douloureux à exprimer qui relève de mon quotidien, il m'arrive de peindre. Ca me divertit ! Mais ce n'est pas mon truc et ce que je fais - et qui me libère, c'est cathartique pour moi de peindre ! - mérite de rester au placard. J'en ris !
Par contre, écrire c'est mon truc, depuis toujours. Je ne me sens pas obligé de souffrir pour écrire, puisque c'est en moi. Je ne peux pas ne pas écrire, inventer des histoires, des personnages… ce serait comme arrêter de respirer. Ca me semble inconcevable. Il faut toujours que j'ai des stylos et des carnets, partout où je vais. C'est un peu chiant d'ailleurs, mais bon, j'écris quel que soit mon état d'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Ven 18 Jan 2013 - 18:40

Intéressant!... En somme, c'est peindre pour pouvoir écrire Smile


... Et vous publiez ?



signé : cébé lectrice compulsive

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Ven 18 Jan 2013 - 19:19

Oui Cébé. Je publie ! Derrière le modeste Ernstrich se cache en réalité Super Marco Lévi et sa bande de lecteurs niveau bac moins douze. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Ven 18 Jan 2013 - 20:23

Tro moa le bac -12

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Sam 19 Jan 2013 - 6:15

Et bien ma chère Cébé, je dirais dans ce cas que la providence fait bien les choses. Aujourd’hui, c’est jour de courses ! Donnons-nous rendez-vous dans le rayon littérature de votre grande surface… Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Sam 19 Jan 2013 - 16:48

On ne tire pas sur l'ambulance, Ernstrich. pirat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Sam 19 Jan 2013 - 18:13

salut

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Sam 19 Jan 2013 - 19:34

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Lun 21 Jan 2013 - 8:43

ernstrich a écrit:
Je ne crois pas que la création soit une posture, ni que la souffrance soit un moteur à la création. Je crois qu'on crée ou pas… Qu'on a une nature créative, ou pas. Est-ce à dire que les créatifs souffrent ? Je n'en sais rien. Ils voient surtout les choses autrement, à mon avis. La plupart des gens parlent de ce qu'ils voient, les créatifs se servent de ce qu'ils voient pour parler d'autre chose.
Quand je souffre ou quand j'ai quelque chose de particulièrement douloureux à exprimer qui relève de mon quotidien, il m'arrive de peindre. Ca me divertit ! Mais ce n'est pas mon truc et ce que je fais - et qui me libère, c'est cathartique pour moi de peindre ! - mérite de rester au placard. J'en ris !
Par contre, écrire c'est mon truc, depuis toujours. Je ne me sens pas obligé de souffrir pour écrire, puisque c'est en moi. Je ne peux pas ne pas écrire, inventer des histoires, des personnages… ce serait comme arrêter de respirer. Ca me semble inconcevable. Il faut toujours que j'ai des stylos et des carnets, partout où je vais. C'est un peu chiant d'ailleurs, mais bon, j'écris quel que soit mon état d'esprit.
Intéressant, Ernst ! Tu pourrais peut-être nous faire partager quelques textes de ton cru ?

Quand on crée, on parle toujours d'une partie de soi-même. Aussi la souffrance n'est pas forcément un moteur à la création mais combien d'artistes se servent de leur souffrance pour créer ? Amélie Nothomb qui a été marquée par des expériences douloureuses, en est un exemple. Elle dit aussi que la souffrance ne dure qu'aussi longtemps qu'elle n'écrit pas. On peut donc considérer la création comme un langage libérateur, une façon de s'émanciper de la souffrance. La création, c'est l'empreinte de la vie et vivre, c'est aussi souffrir. Je crois qu'Amélie Nothomb sait prendre le temps d'écouter sa douleur et donc d'accepter sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Lun 21 Jan 2013 - 9:57

Souffrance est un mot un peu fort pour qualifier la cause d'une création; probablement que c'est un héritage du mythe de "l'artiste maudit".Je pense qu'une simple incommodité peut déjà être cause d'une création artistique et,à plus forte raison, une souffrance.Je suis d'accord avec Ernstrich pour dire que la créativité est liée au caractère et qu'elle se trouve " en puissance" chez certains et "en acte" chez certains autres.La sensibilité étant le facteur déclencheur,c'est donc bien une affaire de subjectivité.Ce que l'un éprouvera comme parfaitement supportable produira chez un autre, une souffrance digne d'une œuvre tourmentée...

La création est en quelque sorte une augmentation de la réalité.Augmenter notre réalité, c'est ajouter à celle-ci une part de réalité choisie.C'est donc fuir la réalité toute crue pour une réalité qui corresponde mieux à notre monde intérieur.Il y a bien dans la création artistique, l'idée d'une fuite de la réalité telle qu'elle nous est donnée.Et pour fuir,il faut bien éprouver une certaine "incommodité"...

Peut-on envisager un art qui glorifierait le bonheur,qui exprimerait la joie de la jouissance dans la puissance ? En voilà une question!! Wink

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Lun 21 Jan 2013 - 14:27

Merci de ton intérêt, Sophie. Il est probable que je mette ici quelques textes de mon cru de temps en temps, mais je crois – parce que je suis assez pudique au fond – que je ne mettrai pas ceux qui me tiennent le plus à cœur, ceux dont j’imagine qu’ils ont du potentiel. Je ne cherche pas les lecteurs faussement dithyrambiques, je me fous qu’on aime ou pas ce que j’écris. Je cherche des lecteurs qui sachent lire et critiquer ! Donc si tu te sens concernée, si tu es une lectrice attentive et si ça te tente, je peux t’envoyer des trucs à lire, pourquoi pas !
Concernant la souffrance, et là je vous réponds à tous les deux, oui je crois qu’elle peut être un moteur à la création, comme n’importe quelle émotion. Et je crois même qu’on peut en faire une matière à expérimenter.
Je pense aussi qu’écrire ou de manière plus large, créer, c’est une façon d’être au monde, une façon que l’on a depuis toujours. Il est probable qu’il y ait dans l’enfance une blessure fondamentale, ou en tous cas une véritable singularité qui conduit très tôt à la plume. Il est probable aussi que celui qui crée voit le monde autrement, le ressente plus intensément.
Mais je ne dirais pas que celui qui crée doive souffrir dans son être, ni qu'il fuit la réalité. Je crois qu’il se donne surtout la liberté de donner vie et cohérence à une autre réalité. Dans des projets de longue haleine, comme un roman par exemple, c’est tout un univers qu’on invente ! Il faut s’y émerger pour donner de la cohérence à l’ensemble, et offrir l’illusion du possible, du crédible. Et pour cela, il y a nécessairement un va et vient, une interaction entre écriture et réalité. Il faut être vachement réaliste et avoir les pieds sur terre, je crois, pour écrire un livre de politique fiction, par exemple.
Donc la souffrance qui marquerait nécessairement la création, je ne le crois pas. L’écriture libératrice, je l’ai pratiquée quand j’étais ado, dans de grands épanchements autobiographiques, mais je n’écris plus vraiment de cette façon. J’ai appris à chercher de la joie dans ce que je fais. Dans cette mesure, écrire est devenu un plaisir nécessaire pour moi ! Même ce qui est dur à sortir, je vais le chercher non dans l'objectif de m’en libérer, mais pour le plaisir de le mettre sur le papier, de le transformer, d’en faire une matière à écriture.
Je me demande d'ailleurs si cette façon de sacraliser la souffrance n’est pas finalement une façon adolescente d’écrire ou de créer, ou de vouloir se conformer à une certaine idée que l’on se fait très « artiste maudit » de la création. Or on ne peut rien dire du monde, il me semble, si l’on demeure centré sur son propre mal-être. Enfin c’est mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Lun 21 Jan 2013 - 16:29

J'aime cette façon de décrire l'art d'écrire ... un peu comme de la sculpture de phrases.

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Lun 21 Jan 2013 - 18:51

Ernst, je serais ravie de pouvoir te donner mon avis sur tes textes même si mon regard n'est pas très pro. J'avoue avoir une profonde admiration pour ceux qui savent jongler avec les mots et transmettre leurs émotions, non pas en projetant leurs états d'âme sur du papier mais en arrivant à se confondre aux mots. Cette étroite connivence entre ce qu'ils sont et les mots, c'est sans doute ce qui me fascine vraiment parce qu'ils arrivent à transmettre l'insondable, l'invisible. Je n'ai malheureusement pas ton talent même si je suis une amoureuse inconditionnelle des belles lettres. Et je comprends bien ta pudeur parce que c'est une partie de toi-même que tu livres aux autres (sans vouloir te mettre la pression ! Wink ). Alors j'imagine volontiers qu'il y a quelque chose d'impudique dans la publication de son ouvrage. C'est un peu se mettre à nu. Mais bon, ça doit être une véritable joie de pouvoir partager un univers qui sort de son imagination. D'ailleurs en parlant de joie, je crois que le créatif éprouve toujours une profonde joie. Même la souffrance devient une joie. C'est un peu comme une renaissance. Il ne s'agit pas seulement de créer mais de transcender quelque chose qui nous est propre pour s'arracher à soi-même. Il s'agit sans doute, comme le dit Anormal, d'une fuite de la réalité, une sorte de transformation de notre monde intérieur.
anormal a écrit:
Peut-on envisager un art qui glorifierait le bonheur,qui exprimerait la joie de la jouissance dans la puissance ?
L'art est toujours une joie car il permet de nous réconcilier avec nos blessures. J'ai l'impression qu'aujourd'hui, la souffrance est devenue quelque chose d'indécent, d'inavouable qu'il faut être heureux à tout prix, quitte à ignorer ses propres souffrances pour afficher un bonheur apparent. Pourtant, accepter sa souffrance, c'est apprendre à vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Mar 22 Jan 2013 - 10:46

Qui est artiste ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Mer 23 Jan 2013 - 14:38

sophie.h a écrit:
Ernst, je serais ravie de pouvoir te donner mon avis sur tes textes même si mon regard n'est pas très pro. J'avoue avoir une profonde admiration pour ceux qui savent jongler avec les mots et transmettre leurs émotions, non pas en projetant leurs états d'âme sur du papier mais en arrivant à se confondre aux mots. Cette étroite connivence entre ce qu'ils sont et les mots, c'est sans doute ce qui me fascine vraiment parce qu'ils arrivent à transmettre l'insondable, l'invisible. Je n'ai malheureusement pas ton talent même si je suis une amoureuse inconditionnelle des belles lettres. Et je comprends bien ta pudeur parce que c'est une partie de toi-même que tu livres aux autres (sans vouloir te mettre la pression ! Wink ). Alors j'imagine volontiers qu'il y a quelque chose d'impudique dans la publication de son ouvrage. C'est un peu se mettre à nu. Mais bon, ça doit être une véritable joie de pouvoir partager un univers qui sort de son imagination. D'ailleurs en parlant de joie, je crois que le créatif éprouve toujours une profonde joie. Même la souffrance devient une joie. C'est un peu comme une renaissance. Il ne s'agit pas seulement de créer mais de transcender quelque chose qui nous est propre pour s'arracher à soi-même. Il s'agit sans doute, comme le dit Anormal, d'une fuite de la réalité, une sorte de transformation de notre monde intérieur.
anormal a écrit:
Peut-on envisager un art qui glorifierait le bonheur,qui exprimerait la joie de la jouissance dans la puissance ?
L'art est toujours une joie car il permet de nous réconcilier avec nos blessures. J'ai l'impression qu'aujourd'hui, la souffrance est devenue quelque chose d'indécent, d'inavouable qu'il faut être heureux à tout prix, quitte à ignorer ses propres souffrances pour afficher un bonheur apparent. Pourtant, accepter sa souffrance, c'est apprendre à vivre.


Tu as probablement raison Sophie, même si je ne théorise pas sur l'écriture, mon écriture. Je suis incapable de te dire si je jongle avec les mots, quoi que ça me semble plus facile que de jongler avec des clémentines. Je dis ça parce que je parlais avec des circassiens pas plus tard qu'hier qui m'expliquaient que pour jongler avec trois balles, il fallait toujours qu'elles soient toutes les trois en l'air et savoir les rattraper chacune leur tour.
Bref !
Oui, il y a une joie extraordinaire à créer, à mettre en scène des personnages, à inventer un monde qui n'appartient qu'à eux. La sensation de vouloir partager, je l'ai surtout quand j'écris du théâtre. Je ne connais pas encore ça (enfin, à un tout petit niveau, si), mais ça doit être absolument kiffant de monter une pièce qu'on a écrite.
Merci de ta disponibilité en tous cas. Je vais voir ce que je peux t'envoyer et si j'ose surtout t'envoyer le "meilleur" car en effet, ce n'est pas facile ça pour moi ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   Lun 28 Jan 2013 - 19:54

L'art, une réconciliation avec nos blessures ?

Ne serait-ce pas , plutôt, le fait de jouir de nos blessures ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La souffrance, un moteur de la création   

Revenir en haut Aller en bas
 
La souffrance, un moteur de la création
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Saint Marc et commentaire du jour "Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création"
» Freinage moteur
» Capbreton (Landes): un léger bruit comme celui d'un petit moteur deux-temps
» Création ex nihilo : Dieu et le néant
» Premier moteur-fusée brûlant du méthane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: PHILOSOPHIA :: Philosophie-
Sauter vers: