Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Faut-il se taire pour être philosophe ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 7:25

Avec le temps, je me rends compte que je suis un amateur de philosophie si et seulement si la philosophie me permet de m'ameliorer et d'acquerir, dans mon quotidien, une certaine sagesse. Malheureusement, je m' aperçois que ce n'est pas le cas de tout le monde, que pour beaucoup la philosophie est un moyen comme un autre de briller, de paraître, de se donner une importance sociale, de sembler cultivé et intelligent. Alors, je me pose une question : le « vrai » philosophe, étymologiquement l'amoureux de la sagesse, n'est-il pas celui qui, en société, se tait, s'abstient de philosopher ? La philosophie pratique n'aurait-elle pas, par conséquent, quelque chose à voir avec le silence dans un monde de bavardages tout aussi inutiles qu'oiseux ? Le philosophe n'est-il pas dans ce sens le solitaire, le silencieux par excellence ? Celui qui choisira de transmettre son savoir, sa sagesse par les actes plutôt que par les mots ? Je n'en sais rien en fait. Je m'interroge ... J'interviens ici pour la première fois. Merci de votre indulgence ... E.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 9:07

Bienvenue Ernst !

Tout d'abord qu'est-ce que la sagesse ?
La sagesse, c'est s'éveiller à soi-même et au monde pour agir conformément à ce que je suis. Cela implique une certaine connaissance de soi pour vivre en parfaite harmonie avec le monde qui nous entoure.

Le philosophe est-il sage ? Le philosophe est un guerrier qui part en croisade à la découverte de son âme. Il a besoin de s'éprouver, d'épuiser toutes ses armes pour se connaître. Il est avant tout soucieux du discours vrai (il ne cherche donc pas à paraître mais à être) et cette sincérité le conduit progressivement à une meilleure connaissance de lui-même et donc du monde. On peut donc dire que le philosophe tend vers la sagesse pourtant je doute qu'il soit sage dans la mesure où il livre un combat. Comme le dit Épicure : “La vraie sagesse, la vraie supériorité ne se gagne pas en luttant mais en laissant les choses se faire d’elles-mêmes. Les plantes qui résistent au vent se cassent, alors que les plantes souples survivent aux ouragans” Suffit-il alors de s'abandonner silencieusement à la vie pour être sage ? On ne voit jamais aussi bien la nature, sa nature que dans le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 9:37

ernstrich a écrit:
Avec le temps, je me rends compte que je suis un amateur de philosophie si et seulement si la philosophie me permet de m'ameliorer et d'acquerir, dans mon quotidien, une certaine sagesse. Malheureusement, je m' aperçois que ce n'est pas le cas de tout le monde, que pour beaucoup la philosophie est un moyen comme un autre de briller, de paraître, de se donner une importance sociale, de sembler cultivé et intelligent. Alors, je me pose une question : le « vrai » philosophe, étymologiquement l'amoureux de la sagesse, n'est-il pas celui qui, en société, se tait, s'abstient de philosopher ? La philosophie pratique n'aurait-elle pas, par conséquent, quelque chose à voir avec le silence dans un monde de bavardages tout aussi inutiles qu'oiseux ? Le philosophe n'est-il pas dans ce sens le solitaire, le silencieux par excellence ? Celui qui choisira de transmettre son savoir, sa sagesse par les actes plutôt que par les mots ? Je n'en sais rien en fait. Je m'interroge ... J'interviens ici pour la première fois. Merci de votre indulgence ... E.


Ton post m'inspire un aphorisme de Nietzsche qui nous dit, à peu près, qu'il faut se taire durant une année pour désapprendre le bavardage et ainsi envisager la discussion.

On peut aussi considérer le problème inverse et souligner comme problématique le fait qu'un grand nombre de personnes se refusent la possibilité de Penser,donc de philosopher et finalement de discuter.Dire que le bavardage est inutile, c'est déjà prendre le risque d'affirmer ce que le bavardage est pour autrui,or, je pense que le bavardage est nécessaire, même s'il est le degré zéro de la discussion.( Il faut bien commencer quelque part)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 11:11

Merci de vos réponses pertinentes qui nourrissent ma réflexion et qui ne me semblent ni péremptoires, ni vaines. Comme je le suggère plus haut, j'aime assez les echanges consistants que je n'assimile pas à du bavardage oiseux, Anormal. Les bavardages ayant pour moi un sens assez péjoratif . La philosophie que j'apprecie, celle susceptible de me faire sortir de mon silence, est indissociable de l'integrite intellectuelle et d'une certaine forme d'intelligence. Bref.
Sophie, pouvons-nous sincèrement définir la sagesse ? Je note que tu as l'air assez sûre de toi dans la formulation.. C'est une qualité très appréciable surtout quand elle se joint à une certaine forme d'humilite. J'ose esperer que tu n'es pas l'une de ces orgueilleuses du net qui se dégonflent comme un pneu, quand on malmène un peu leurs convictions philosophiques. Serais-tu la maîtresse des lieux, la modératrice de ce forum ? Si tel est le cas, merci de ton accueil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 11:47

Franchement, l'humilité n'est pas le mot qui me caractérise le mieux...
Rassure-toi, je ne me dégonfle pas si facilement. Au contraire, j'aime qu'on malmène mes convictions philosophiques. Ça me permet de prendre conscience de mes limites.
Mais alors Ernst, qu'est-ce que la sagesse selon toi ?

Qu'est-ce qui te fait penser que je suis la maîtresse des lieux, la modératrice de ce forum et dois-je l'être forcément pour te souhaiter la bienvenue ? La modératrice s'est piquée le doigt il y a bien longtemps avec une quenouille. Elle s'est endormie en attendant qu'un beau prince la réveille Rolling Eyes . Désolée de te décevoir mais je participe... C'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 12:32

Je ne pense pas que la philosophie soit un choix, mais plus probablement un état de fait, une réponse qui s'impose d'elle-même parmi le champs des possibles que l'on croit toujours plus étendu qu'il n'est.La philosophie répond à une certaine incommodité ontologique; le bavardage, le verbiage, répondent à une autre forme d'incommodité.La religion, la politique,le sport, l'art....autant de réponses improbables que d’incommodités "ressenties"...
Citation :

La philosophie que j'apprecie, celle susceptible de me faire sortir de mon silence, est indissociable de l'integrite intellectuelle et d'une certaine forme d'intelligence.

Parler de la même chose quand on parle est probablement la chose la plus difficile.C'est pourquoi l'on est plus en sympathie avec soi-même qu'avec autrui; ce qui est déjà une belle chose.De fait, le silence dont tu parles, n'est-il pas déjà un discours intérieur, en sourdine ? Discours que tu désires prolonger à l’extérieur , avec autrui, mais à la condition que ton interlocuteur soit une personne Digne.J'entends par Dignité:une objectivité supérieure et un amour-propre mineur.L'interlocuteur idéal, en somme.L'ami qui tient le rôle de bouchon et qui nous empêche de sombrer par le fond...

A l'évidence, tu es une personne d'une grande sensibilité,et c'est peut-être là tout le problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misty dog

avatar

Nombre de messages : 86
Date d'inscription : 12/12/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 13:36

Tout le monde philosophe.
Il n'y a pas de permissions à avoir de qui que ce soit pour le faire.
Le jugement du bien ou du mal n'y change rien.
Toute considération d'une philosophie, dans le bien, comme dans le mal est une affaire de bonne piste et de fausse piste, mais encore un fois, ce ne sont qu'affaire de point de vue.

Après, dans une conscience commune, nous définissons la philosophie, mais le paradoxe ici, est que le "vrai" philosophe doit savoir se démarquer de la vision commune des choses.
Ernst, sache que l'on philosophe lorsque l'on a un dialogue avec soi-même, et sache que c'est aussi une philosophie de vouloir partager cette philosophie avec quelqu'un.

Oui, le philosophe doit se taire.
Non, le philosophe ne doit pas se taire.

Voilà toutes réponses possible.

Les nuances se définissent autour de situations, de problématiques.

Il convient de se taire dans certaines circonstances, il ne convient pas de se taire dans d'autres.
C'est ta philosophie, propre à toi, qui te permettras de choisir de dire ce que tu as à dire, mais comprends que choisir de ne rien dire est déjà un choix. "Qui ne dit mot consent."

Mais il est évident que parfois, il n'est pas utile de venir se fracasser pour des choses sans intérêts, ou des choses qui se règlerons d'elles mêmes. "Qui veut voyager loin ménage sa monture."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 18:55

Anormal, désolé mais ton commentaire correspond un peu à ce que j'evoquais plus haut . Des mots alignés comme des brochettes et qui n'ont pas vraiment de sens pour moi. La philo non choix, la philo etat de fait, la philo comme reponse à une incommodité ontologique. Mais de quoi parles-tu ? Moi, je te parle de réflexion, de construction de la pensée, de ce qui transparaît dans la consistance du discours, et de silence nécessaire quand cela est impossible à partager. Je ne juge pas digne ou indigne mon interlocuteur, ce n'est pas vraiment la question mais généralement j' évite ceux qui parlent pour ne rien dire en se prenant au sérieux (le syndrome du philosophe avec mèche de cheveux dans les yeux) ma «sensibilité» me disant très vite qu'ils risquent de me casser les couilles. Tu comprends mieux ma pensée formulée ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 20:20

Ernstrich tais-toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
misty dog

avatar

Nombre de messages : 86
Date d'inscription : 12/12/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 20:58

Non, qu'il parle, je trouve qu'il a une vision juste, et sa question de départ me paraît légitime.

Si on devait écouter tout les philosophes à la mord moi le nœud, ils seraient les seuls à philosopher, donc celui qui voudrait philosopher se tairait, parce qu'il n'aurait pas le vocabulaire, les soit disant connaissances qui vont avec...

Mais alors la philosophie n'a plus de sens, elle devient une brochette de discours incohérents réservée à une élite tout aussi incohérente, où les petits sans diplômes ou sans savoirs livresques n'ont que le droit de la fermer.

Mais la philosophie ne s'apprend pas dans les livres.

Les preuves de cet état de fait sont légions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 22:44

Citation :
ernstrich



Nombre de messages: 4
Date d'inscription: 19/12/2012


Nouveau messageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ? Aujourd'hui à 19:55 Sélectionner/Désélectionner multi-citation Répondre en citant
Anormal, désolé mais ton commentaire correspond un peu à ce que j'evoquais plus haut . Des mots alignés comme des brochettes et qui n'ont pas vraiment de sens pour moi. La philo non choix, la philo etat de fait, la philo comme reponse à une incommodité ontologique. Mais de quoi parles-tu ? Moi, je te parle de réflexion, de construction de la pensée, de ce qui transparaît dans la consistance du discours, et de silence nécessaire quand cela est impossible à partager. Je ne juge pas digne ou indigne mon interlocuteur, ce n'est pas vraiment la question mais généralement j' évite ceux qui parlent pour ne rien dire en se prenant au sérieux (le syndrome du philosophe avec mèche de cheveux dans les yeux) ma «sensibilité» me disant très vite qu'ils risquent de me casser les couilles. Tu comprends mieux ma pensée formulée ainsi ?

Rassure-toi, j'ai compris dès ton premier jet, que ton intervention visait à satisfaire de basses démangeaisons.C'est tout le sens du verbalisme affectif dont tu nous as gratifié, merci de nous distraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 23:12

Calme toi mon garçon. On ne se connaît pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Jeu 20 Déc 2012 - 23:41

Saches que Wittgenstein voyait le silence comme aboutissement de la philosophie découlant de son Tractactus Logico Philosophicus ... et ensuite qu'il a jugé intéressant de se remettre à parler par dépit, par seul plaisir de converser ...

J ai perso , comme toi, horreur du bavardage et de la confrontation d'opinions stériles qui ne sont qu'ennui en ce bat monde, la conversation celà me gave

Mais j'ai quand même une autre "idee" de la philosophie ... l'étymologie ne renvoie pas à "l'etre" de la philosophie car tout comme en linguistique où la chaine des signifiés glissent sous la chaine des signifiants pour changer la signification autant en philosophie le concept a bien changé depuis l'invention de son vocabulaire

En réalité la philosophie n'a jamais été une recherche de la sagesse La philosophie occidentale est née avec les philosophes présocratiques qui immédiatement ont fait de .... l'ontologie c'est à dire ont essayés de supplanter le discours mythologique ambiant à l'époque pour fonder une pensée du monde , la représentation d'une vision rationnelle du monde. La philosophie est née avec l'ontologie, la métaphysique.

Bien sûr que le chemin métaphysique- éthique - politique s'est très vite imposé comme un chemin "philosophique" qui a fait école

IL fallait pour les anciens avoir une "représentation" du monde pour pouvoir fonder une éthique, c'est à dire bien celle d'un bonheur individuel qui elle meme sert à construire une vision de l'etre-ensemble dans le politique ...

Mais en réalité les philosophes ont d'abord été des chercheurs de vision du monde ; l'éthique et le politique a très vite été compris comme une résultante du métaphysique

Dans la République Platon construit la cité politique ideale qu'il a d'ailleurs tenté d'appliquer auprès de Denys le tyran mais nous retenons de Platon son seul chapitre sur la Caverne et sa théorie des Idees qui lui a et de beaucoup survécu.... les dialogues de Socrates portent sur des thèmes le beau, le bien et toutes les valeurs et ces discours se fondent sur une méthode mais cette méthode dite maieutique se fonde sur la réminiscence c'est à dire le monde des Idees qui est sa position métaphysique.

Il est donc légitime de penser que le mot philosophie est un mot second par rapport à celui de métaphysicien , les voyants d'au-delà du réel, pour comprendre le réel

Un philosophe est d'abord celui qui réfléchit à ses fondements à ce qui le fonde en tant que penseur là présent au monde comme déjà jeté et qui pense sa condition humaine dans la recherche d'une lumière

Je terminerais en parlant du langage : la chute originelle , le péché originel est reproduit par chaque enfançon chaque bébé qui nait quand il dit son premier mot Le premier mot est l'arrachement hors du paradis terrestre de l'immédiateté obscure de la présence de soi au monde Dès lors nous sommes à tout jamais à la recherche de cette illusion perdue de notre être fusionnel pré langagier et le langage n'en fera jamais le tour, car le langage en est l'éloignement propre

Le silence par contre est un silence entre les mots, il n'y a de silence que pour celui qui parle, le déjà aliéné aux mots, au langage , au désir, à la rencontre des autres aliens , des autres aliénés ... tu peux utiliser ta folie langagière, bien partagée pour rechercher en toi les principes qui t'apaisent , une métaphysique que tu peux partager peu ou prou , mais au silence , si tu veux mon avis tu es à jamais sauf dans la mort arraché , tu es condamné à la parole et ma foi cette condamnation n'est pas si cruelle ... pour certains
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Ven 21 Déc 2012 - 8:08

Merci whynot. Je te lis avec intérêt. Et oui il me semble bien avoir lu quelque part que le logos, apparu en grece archaïque, devait supplanter une vision mythologique et irrationnel du monde, pour lui substituer la logique, la dialectique etc. tout ce sur quoi notre culture occidentale s'est construite au fils du temps.
J'aime bien ton approche judéo- chrétienne du langage, et je la rejoins. Rachel Ertel, que tu connais peut-être, note dans cette approche que les mots sont toujours en deçà de la réalité à laquelle ils renvoient. Cela signifie bien qu'il y a une distance, une coupure, une séparation fondamentale entre l'Homme porteur de langage et l'harmonie du monde. Dans ce sens, le silence méditatif est peut-être le seul moyen d'atteindre la sagesse, la paix intérieure, une certaine béatitude, comme la musique ou l'art d'ailleurs. Mais c'est un autre silence, alors, que celui que j'evoquais plus haut. Et cela me conduit à un autre constat assez simple d'ailleurs : il existe plusieurs sortes de silences, non ? Qu'en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Ven 21 Déc 2012 - 8:15

ernstrich a écrit:
Calme toi mon garçon. On ne se connaît pas.


Te caille pas le lait pour moi, va! Je ne m'énerve pas.

Tu es venu exprimer ton individualité, ta singularité, et pour se faire, tu n'as déployé d'autre argumentation que le fait de stigmatiser la redondance que tu aurais perçue chez les autres.

Mais mon cher ami, on ne hait pas tant que l'on méprise; on ne hait que son égal ou son supérieur! Ta prétention au silence n'est qu'un leurre, simplement parce que tu ne te suffis pas à toi-même; comme tout le monde ici.C'était pas la peine de tortiller du derrière pour nous expliquer ça.

Mais insiste un peu, ça peut devenir très drôle.... Tu en étais rendu au fait que les mots manquent nécessairement leur cible; bien vu! Ensuite?


Dernière édition par anormal le Ven 21 Déc 2012 - 9:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Ven 21 Déc 2012 - 9:09

Il y a des silences vides, futiles et sans consistance, des silences qui en disent long, des silences méditatifs (ça dépend de ce qu'on entend par méditation), des silences de la pensée... Mais Platon considère la pensée déjà comme "un dialogue de l'âme avec elle-même". On a tendance à croire que les autres ne sont que ce qu'ils disent... parce qu'on n'a pas d'autres moyens d'accéder à leurs pensées. Mais les autres ne sont pas seulement ce qu'ils veulent bien me laisser percevoir d'eux à travers les mots. Les mots ne sont qu'un aspect dérisoire de la conscience. La pensée d'autrui qui est silencieuse a aussi un langage interne qui ne m'appartient pas mais qui s'offre partiellement à moi à travers la communication.

Communiquer, c'est donc livrer au monde une partie de soi-même et prendre en considération une partie de la pensée de l'autre. Cela signifie que je ne suis pas seule au monde, ni le centre du monde, que je peux transmettre ma subjectivité et recevoir celle d'autrui. Grâce à cet échange, je vis une expérience humaine intersubjective. J'apprends à me connaître. L'autre donne du sens à ce que je suis. Le dialogue est donc une ouverture sur l'autre mais aussi sur soi-même, soit une richesse inestimable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Ven 21 Déc 2012 - 19:38

Dis Sophie l'éloge de l'autre hein , tu sais où tu peux te le carrer ?! dans le mièmière; ma pauvre chouchoutte toute ta vie pour te coltiner avec ce vent et regardes tu es toute décoiffée !!
Avides du vent rime avec à vent du vide , mais arrêtes un peu de jouer la breloque le colifichet la poupée sanglante du moindre paltoquet qui passe bordel. Aies un peu de dignité que diable on nous écoutes , il y a peut être des enfants non mais profileright pale profileleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Ven 21 Déc 2012 - 19:51

Ben Ernst... je crois que Sophie réponds un peu concernant le silence, je trouve que ta question fait beaucoup de bruit

Il y a des silences qui en cachent des mots pas dits , des vouloir dire tus ! ne rentre pas dans le bavardage sinon je te colle une bonne tamponne sur le nez hihi
pose des questions qui tuent des vrais questions mon garçon soit à la hauteur de ta réputation qui déjà s'imposait , le silence te précédait

Le silence méditatif c'est de la vaste couille de chameau ramollie Aucune méditation ne s'est jamais faite dans le silence , putain t'as déjà médité ou quoi?!
Le Yoga c'est laisser être le vacarme en soi , l'idéologie du silence y a qu'un occidental pour sortir des pareilles portes ouvertes ... mais je ne t'en veux pas tu t'inities , tu commences, tu te lances et bien patatras que ce fatras là là lère

La méditation consiste à poser des bonnes questions pour espérer autre chose que des interventions creuses comme celles-ci . Si tu veux le silence và voir ma soeur elle t'en retournera une bonne que tu ne sauras plus jamais comment méditer sur tes plumes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Ven 21 Déc 2012 - 20:50

Le silence... pour toi Whynot, c'est pourtant un sujet très prometteur ! Même le chiendent ne pousserait pas sur ta langue !
Et tu sais ce qu'elle te dit la breloque... Ravale ton sifflet et retourne avec Casimir jouer à la marelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ernstrich



Nombre de messages : 235
Date d'inscription : 19/12/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Sam 22 Déc 2012 - 12:32

J'ai écrit silence méditatif, moi ? Comme c'est étrange. Je voulais dire silence contemplatif, Whynot. Ce qui collait d'ailleurs mieux à mon propos, comme tu l'as sans doute remarqué quand tu as repris tes esprits. Un tel emballement, une telle verve pour entamer le week-end, ce n'est pas sérieux voyons.Je préconise pour calmer te tels emportements inconsidérés, quelques salutations au soleil en insistant bien sur l'expire. Ça ne peut que te détendre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Sam 22 Déc 2012 - 13:11

Rien de tel qu'une bonne engueulade pour se ravigorer le pinceau mon cher Ernstrich

Ma petite choquotte j'aime te voir sortir de tes gonds , là on se sent bien un peu de vérité même quand tu n'as pas bu Un philosophe celà se mérite non mais

J'adore ta chienlit euh ton chiendent , c'est du bon Sophie continues !! Ne me fait pas le coup du silence , c'coup-ci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Sam 22 Déc 2012 - 13:26

Bon Ernst à nous deux entre hommes relève tes manches et défend ton honneur à l'anglaise ...

Ah mais si tu me prends par les sentiments , la salutation au soleil tu m'auras déjà à moitié conquis... et le respir là je commence à goûter le parfum du silence
Silence j'hume...

Tu vois Ernstrich le problème pour nous les occidentaux concernant les orientaux , et je suppose que t'en es un bon représentant , nous adoptons beaucoup le folklore et très peu l'esprit ...

La méditation contemplative comme tu le dis est l'inverse du silence, ou plutôt, le silence est une distraction concernant la contemplation, le silence est un trompe-l-oeil pour le méditant

Adopter son être présent est le clou de la libération , l'accès au fondement de son être et j'essaye d'en débattre bien laborieusement il faut le dire dans le post sur la joie qui traite d'ailleurs actuellement de l'aspect du fondement de l'espace de la liberté en soi à travers la question du choix

Cette adoption de soi, à tout instant et qui est un faire , une action peut aussi se découvrir dans le silence mais le silence n'aide pas car le silence apaise et ouvre aux tourments , aux bruits des abysses que nous surplombons en permanence

L'adoption de soi se découvre beaucoup plus dans les émotions extrêmes, les cataclysmes intérieurs, l'angoisse, la peur, l'affolement , la "merditude" des choses, le pas beau pas beau de soi, le mal , l'horreur mais aussi l'ennui, la prise du bus le dimanche à quatre heures, ou tout ce que tu voudras de toi-même car cette attitude est l'habiter de la libération de soi accessible en tout temps et pas seulement dans le silence

J'aime ton côté Zen qui par-ailleurs est bien sûr hautement désirable... j'ai l'âme d'un moine et je sais oh combien combien est délicieux l'attraction du silence

Mais vivre le silence, celà dépend de chacun celà peut devenir très vite un enfer ... qu'il reste à adopter pour alors adopter le silence qui est en soi,et là seulement à mes yeux , goûter une véritable mélodie


Dernière édition par Whynot le Sam 22 Déc 2012 - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Sam 22 Déc 2012 - 13:53

Quand je me gratte les fesses, en privé, je renifle mes doigts, mais curieusement,il ne me vient jamais à l'esprit d'aller me gratter les fesses pour en tirer ce petit plaisir...A quoi cela tient-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Sam 22 Déc 2012 - 13:58

Ben je vois que quand on parle du vent des abysses celà ranime des souvenirs chez certains Laughing

Là où il y a de la gêne il n'y a pas de plaisir, donc laisses-toi aller anormal y a pas d'problèmes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie.h

avatar

Nombre de messages : 557
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    Sam 22 Déc 2012 - 14:16

Whynot a écrit:
Ne me fait pas le coup du silence , c'coup-ci
Si si, mon petit asticot... Tes paroles sont telles que tu devrais parfois garder le silence !
Le suppo, c'était de bonne guerre... mais guère efficace finalement... Tu as raison Ernst, le grand air lui ferait peut-être le plus grand bien !
Whynot a écrit:
Mais vivre le silence, celà dépend de chacun celà peut devenir très vite un enfer ... qu'il reste à adopter pour alors adopter le silence qui est en soi,et là seulement à mes yeux , goûter une véritable mélodie
On adopte pas le silence, c'est lui qui nous adopte. Enfin j'entends par silence, le silence intérieur, celui qui s'impose à nous.
Arthur Rimbaud a écrit:
C'est trop beau ! trop ! Gardons notre silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faut-il se taire pour être philosophe ?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Faut-il se taire pour être philosophe ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Attention il faut utiliser le formulaire pour poster des photos et vidéo!
» SE TAIRE POUR ECOUTER ET POUR APPRENDRE
» Faut-il se présenter aux oraux pour valider l'admissibilité à l'agrég externe ?
» [Stagiaires] Faut-il obligatoirement un master MEEF pour être titularisé ?
» [L'Express] Education: faut-il travailler plus pour réussir plus?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: PHILOSOPHIA :: Philosophie-
Sauter vers: