Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'utile et l'inutile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: L'utile et l'inutile    Lun 11 Aoû 2014 - 19:01

Peut on envisager le rapport de l'utile à l'inutile comme un sujet intéressant le philosophe? Est il utile de s'interroger du rapport intime qui lie l'utile à l'inutile et comment ce rapport pour peu qu'il existe, ait une quelconque influence utile ou inutile sur le cours de sa propre vie individuelle?

A priori le sujet est à bailler d'ennui .... que peut on en dire ? En général on joint à l'utile l'agréable plutot que toute forme inutilité ? Existe t il un rapport intéressant qui lie l'utile à l'inutile?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Lun 11 Aoû 2014 - 20:02

L'utile et l'inutile ont été longuement dissertés chez Heidegger et Derrida à propos de l'essence de l'oeuvre d'art... que peut on en dire d'original? d'éclairant?

Ce qui est intéressant dans la promenade étymologique à propos de l'utile c'est que l'on trouve la racine latine utor , et qui est proprement la jouissance, la consommation de l'usage, l'usufruit de la chose... ce qui est intéressant dans cette notion de jouissance ou plutot de l'objet par quoi nous obtenons la jouissance , y compris l'objet sexuel, est la notion conative immédiate d'usure, de l'usage en tant que l'usage use, corrompt et se finit dans le temps L'utile est ce qui montre le cycle de la jouissance qui est un cycle temporel fini. La bougie est utile en tant qu'elle se consume et son utilité se produit dans sa disparition d'objet à la satisfaction du sujet.
Le sujet est appendant de la consommation de ce qui produit en lui la jouissance , le sujet est indéfectiblement lié à l'objet qui produit la jouissance de.
L'utile est donc à son horizon ce qui nous met en rapport avec ce qui disparait in fine en nous à savoir notre corps qui s'use en jouissant montrant par là aussi notre rapport au temps , la jouissance comme ce qui s'oppose en nous à notre propre disparition , l'aboutissement à l'extinction de notre existence. Chaque chose utile retarde et montre l'écoulement inexorable de l'utilité dernière de notre dernier jour , l'horizon de notre être

L'inutile alors ? L'inutile est il ce dont on ne jouit pas ? L'inutile ne se consomme t il pas?
L'oeuvre d'art semble dire Heidegger et puis Derrida relève bien ce cette catégorie de jouissance Nous jouissons aussi de l'inutile ! Alors quelles différences de jouissance entre l'utile et l'inutile est ce là seulement un antagonisme, un antonyme ?
L'intuition nous fait croire que l'oeuvre d'art est éternel , ne s'use pas L'in- de l'inutile renvoie moins à ce qui ne produit pas de jouissance plutôt qu'à ce qui produit de la jouissance à un autre niveau de notre etre au monde , à savoir l'immortalité de ce dont on jouit , l'inusabilité de ce dont on jouit, la luxuriance de cette jouissance comme ce qui demeure et non ce qui passe l'éternité de la chose

Qu'est ce qui peut bien être hors du temps et de son écoulement dans la jouissance de l'inutile?
Si je regarde une oeuvre d'art , la satisfaction du beau à ceci de curieux, comme le dirait Heidegger, c'est que nous jouissons chaque fois de notre capacité à oeuvrer l'oeuvre d'art c'est à dire à ce que l'oeuvre d'art ouvre en nous comme horizon de création de son sens esthétique chaque fois renouvelé. Chaque jour l'oeuvre, pour peu qu'elle soit digne de ce nom, voire pour y trouver par là sa signature d'oeuvre , nous ouvre à notre voir comme ce qui se renouvelle , ce qui ne s'épuise pas dans la contemplation, le beau , l'inusable , ce qui se répète comme expérience de l'autre , et qui est à mon sens un indice fort de notre Etre , c'est à dire la création de l'etre en soi comme se qui se répète en nous comme autre de nous même , ce qui se crée de nous dans la permanence de notre durée au monde, notre ouverture du monde au monde , notre création de soi.
L'inutile renvoie à l'étre qui ne s'éteint pas , ce qui se renouvelle en permanence jusqu'à l'usage ultime de notre existence , notre jouissance du corps utile pour le savoir ?! ...

Dans ce sens les valeurs sont inutiles mais source d'une réelle jouissance en ce qu'elles stimulent en nous de la créativité , ce qui nous éloigne de l'usure du temps et du processus mortel au même titre que la jouissance matérielle, mais à la différence que l'utile nous enracine et nous lie aux choses alors que l'inutile ne dépend que de notre propre liberté d'etre , que de nous même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Lun 11 Aoû 2014 - 20:12

Alors pour reprendre l'exemple du banc au bord de l'étang et qui n'a pas de prix et à la réponse d'Anormal sur la chaine qui lie le banc à l'arbre afin qu'il demeure dans le champ de l'étang matérialiste de son horizon, et qui m'a d'ailleurs bien fait rire , c'est l'irruption immédiate du rapport intime de l'utile à l'inutile

L'utile permet l'inutile, L'inutile est l'horizon de l'utile , sans l'objet utile, il n'y a pas d'horizon qui apparaisse sinon par défaut ... et que donc le matérialisme est le lieu nécessaire pour qu’existât la contemplation et l'existence des sphères de l'etre immatériel ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Lun 11 Aoû 2014 - 20:17

J'ai une vision organiciste du monde, ce qui me fait dire qu'il n'y a rien qui soit inutile.La connaissance que l'on dit souvent désintéressée, ne l'est pas tant que cela, elle est même très intéressée.Ce qui est dit: inutile n'est pas sans utilité;ce qui revient à dire que ce qui est utile est nécessaire.Est utile ce qui est nécessaire n'est pas l'acception la plus courante,j'en conviens,mais convenons aussi que" la doxa a toujours tort".

Maintenant, si l'on considère la question d'un point de vue relatif, alors l'on peut trouver de l'utile très utile,de inutile très inutile et de l'inutile utile...

Utile pour qui, pour quoi ? Voilà la question.( je vois bien la bougie, mais il fait jours.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Lun 11 Aoû 2014 - 20:24

Les disciples de Diogène, devaient ,pour leur examen de reception, trainer un hareng au bout d'une corde sur la place publique;ce qui, en soi, n'était pas utile,mais qui pour le Chien était très "utile" ( révélateur des dispositions intellectuelles du disciple)  rires 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Lun 11 Aoû 2014 - 20:29

Il y a des tas de contre-exemple qui s'opposent à la nécessité de l'utile. Une Rolex est utile mais pas nécessaire, une automobile est utile mais pas nécessaire, un bout de pain est utile mais pas nécessaire , une belle fille est utile mais pas nécessaire... j'ai même plutôt l'impression que l'utile est le propre non pas du superflu mais du contingent , un objet pour un autre voire aussi le renoncement à la jouissance , comme arrêter de fumer par exemple ... donc je ne te suis pas sur ce chemin là...

Maintenant j'ai profondément apprécié ta parenthèse que je trouve .... lumineuse ;-)
" Je vois bien la bougie, mais il fait jours " ou il fait jour qu'importe ...

C'est lumineux comme explication à mon sens L'utilité de la bougie cache son essence d'inutile à savoir sa possible consommation en tant que pur ob-jet , ce qui se donne à voir
Lumineux je te remercie de ce trait d'esprit ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mar 12 Aoû 2014 - 19:57

J'envie parfois les collectionneurs d'insectes quand je vois à quel point tout cela est soigneusement classé et épinglé...J'aimerai en faire autant avec les mots utiles et nécessaires.Autant de mots,autant d'obstacles,comme dirait l'autre.Utile/inutile,nécessaire/contingent,on peut dire que l'utile est nécessaire, mais pas que l'inutile est contingent car l'inutile peut être contre-productif, voire néfaste alors que ce qui est contingent ne comporte pas cette dimension possiblement néfaste;à quoi cela tient-il ?, probablement au fait que trop peu d'auteurs l'auront utilisé dans le sens en question.Il suffit de voir comment le Littré s'est construit.Ce qui revient à dire que le sens des mots est le fruit de la pensée "mainstream"... L’étymologie,utile ou nécessaire?

Ma pensée n'est pas toujours aussi claire que je la voudrais,or les mots et" l'ironie" qui suinte de chacun d'eux, élève au carré le problème qui consiste à s'exprimer "clairement".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 0:50

Nous sommes tous en guerre avec les mots pour engendrer en nous les concepts et la pure clarté de la pensée . Ce qui se concoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément ainsi parlait justement Boileau le poète.
Il n'y a pas de complotisme des mots fruits d'une obscure intelligentsia opaque, les mots sont au contraire le fruit de la sagesse des peuples, du populaire. Les mots vivent dans leurs usages accidentels faits au quotidien, les mots n'appartiennent à personne ils sont le fruit de tous. La langue évolue et il en est bien ainsi
L'étymologie se fonde sur le savoir populaire qui est le plus précieux de tous les savoirs ... au plus on remonte l'histoire vertical d'un mot au plus on remonte vers l'obscure naissance du monde des êtres humains, la paleo étymologie est une chose absolument captivante quand on en possède les ... dictionnaires , ce qui n'est pas toujours évident Au plus on remonte dans le temps des mots au plus les racines s'agrègent souvent, d'ailleurs dans leurs sens antonymes "surprenemment" conjugés
L'étymologie éclaire souvent très profondément le sens du vulgaire et l'évolution du sens travesti dans les couches de la mémoire historique pour faire ... mouche, le peuple parle bien .... toujours bien. L'inconscient populaire est le trésor du langage et je m'y fie comme à la plus grande de toutes les sagesses. Appelle celà mainstream si tu veux mais cet anglicisme est très connoté , trop à mon goût.
Le problème n'est pas le vocabulaire mais la grammaire et au coeur de la grammaire , la logique. Je tolère toutes les opinions, mais je ne tolère pas les erreurs oh combien communes qui sont les erreurs de la pensée, je veux dire des erreurs de logique
Dans ta démonstration : " On peut dire que l'utile est nécessaire, mais pas que l'inutile est contingent car l'inutile peut être contre-productif, voire néfaste alors que ce qui est contingent ne comporte pas cette dimension possiblement néfaste" est à proprement parler du galimatia, c'est à dire un foutoir logique qui s'oppose à la rigueur de ce que l'on appelle penser... je ne t'en veux pas , on en est tous là , mais nous ne devons tous pas tout le temps y demeurer ou s'y complaire, un forum de philo peut aider à apprendre à penser, en tout cas c'est comme celà que je le concois, J'ai tellement peu cure des opinions, j'ai soif de pensées ....

Le problème dans cette phrase c'est le "car" et le "alors que" qui sont des liens grammaticaux forts des conjonctions de coordination de type causal  ou un adverbe, alors que,  qui marque une opposition directe.

On peut dire que l'utile est nécessaire, ce qui est une affirmation , une affirmation péremptoire que je t'ai montré être fausse péremptoirement mais passons, on peut dire que l'utile est nécessaire dis-tu mais pas que l'inutile est contingent ... . Cette "démonstration" est équivalente à ceci par exemple on peut dire que le soleil est jaune mais pas que la lune est une planète ce qui n'a aucun rapport avec ce que l'on appelle penser. On peut dire que l'utile est nécessaire mais pas que l'utile est contingent, est une pensée correcte mais l'utile n'infère rien concernant l'inutile Donc le "mais pas" ne tient pas logiquement dans cette phrase , n'est pas exact ... tu poursuis avec car l'inutile peut-être contre-productif, voir néfaste ... l'inutile n'est pas contingent dis-tu en d'autres mots car l'inutile peut être néfaste ou contre productif; tu mets sur le même pied contingent et néfaste ou contre productif. La logique veut que l'inutile qui n'est pas contingent , ne l'est pas parce que, et ce parce que tient la route en logique, parce que l'inutile peut être néfaste ou contre productif, et donc soudain le rapport de contingent et néfaste ou contre productif s'impose comme un antagonisme alors que contingent qui signifie, qui peut ne pas être, qui est non nécessaire, n'a rien à voir avec toute question de productivité ou de jugement de valeur comme peut l’être la notion de faste ou de néfaste. Donc cette phrase ne signifie à proprement parler rien du tout , tu devrais donc la reformuler et je pourrai peut être te répondre ... sans rancunes ... ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 7:39

Tu as raison,tout cela est brouillon.C'est que je croyais que le contingent n'était pas quantifié,or il se trouve qu'il est bien quantifiable.L'inutile est à l'utile ce que le contingent est au nécessaire.Or utile et nécessaire sont possiblement synonymes,donc, inutile et contingent, le sont aussi.

Mea culpa!





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 8:14

C'est,à l'évidence,dans la nature des mots que de "glisser".Néanmoins,on peut dire que nécessité et contingence sont des termes qui ont une coloration qui invite à l'objectivité alors que les termes utile et inutile inclineraient davantage à la subjectivité.Une définition mathématique,par exemple,est toujours nécessaire à une théorie qui se révélera éventuellement utile dans sa mise en pratique.Refaire la généalogie des mots nécessaire et utile serait fastidieux,mais on peut leur trouver un point de convergence dans la personne humaine,car c'est bien là qu'ils trouvent leur application.Est nécessaire à l'être humain, ce qui ne peut pas ne pas être, c'est-à-dire ce qui en premier lieu lui permet de se maintenir en vie et tout cela lui est utile.Ici,la nécessité est un principe et l'utilité une application.( les objets qui constituent l'utilité sont multiples et donc éventuellement contingents/inutiles)

J'ai pensé un peu là,non..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 10:16

J'ai pensé un peu là non... ? oui hihi ... tu as pensé un peu là ;-) disons que tu as fais un pas en avant , mais qui suis je pour marquer les pas ?! franchement , une "clette" comme on dirait en argot bruxellois c'est à dire un noeud noeud de mon espèce hihi ;-)

Avant de revenir sur le contenu "biologique" de l'approche de l'utile et de l'inutile , du nécessaire et du contingent , j'aimerais soulever avec toi un autre problème concernant la pensée qui ne t'es pas propre mais qui est le propre de 99,98% de l'humanité pensante, Einstein y compris, c'est ce que l'on appelle le principe de l'identité et la définition de la cause, des causes, de l'ordre des causes, de l'ordre de la causalité.


La causalité fait la démonstration en mathématique si .... alors Le principe d'identité répond à la notion mathématique de si et seulement si .

Le problème de l'identité et l'erreur commune c'est de prendre pour une égalité ce qui n'est qu'une inclusion simple. L'identité requiert l'inclusion double . Si A contient B , A n'est égal à B que si B contient aussi A. A est égal à B si et seulement si A contient B et que B contient A , c'est le principe de l'identité

Très souvent l'inclusion simple, la simple inférence est prise pour une identité et devient le siège fallacieux du principe d'identification des causes, de la causalité ce qui se révèle faux et est malheureusement très répandu et est à la racine de beaucoup de malheurs

Tu dis utile et nécessaire sont possiblement synonyme celà voudrait dire que utile et nécessaire sont possiblement égaux dans leur signification ce qui est vrai mais vrai qu'à la marge et n'éclaire en rien finalement le lien qu'il y a entre utile et nécessaire

Pour qu'un chose soit possible il faut qu'au moins une occurence de la chose existe or on peut montrer qu'utile et nécessaire ne synonyme que par accident Le possible empêche toute forme de clarté de l'énoncé puisqu'il ne s'engage pas sur l'identité qui est allégrement utilisé par contre ensuite pour la suite de la démonstration....

L'inférence exacte est la suivante tout ce qui est nécessaire est utile est vrai mais tout ce qui est utile est nécessaire est faux il n'y a pas d'identité entre utile et nécessaire . Il y a de l'utile qui est nécessaire est vrai , et il y a de l'utile qui n'est pas nécessaire est vrai aussi donc il n'y a pas d'identité possible entre utile et nécessaire

si deux éléments sont parfois identiques ne dit rien de nécessaire alors sur leurs antonymes donc le donc inutile est possiblement synonyme de contingent n'est pas exact ici

Ce n'est pas parce qu'une chose est possiblement nécessaire alors que sont antonyme ne puisse pas être tout aussi nécessaire , il n'y a pas de lien de nécessité entre une chose qui infère une autre chose et l'antonyme de la chose qui inférerait l'antonyme de l'autre chose, et celà lié au principe d'inférence simple qui n'est pas une identité

Celà ne serait vrai que s'il y avait identité des notions entre elles Si a égal à X et X égal à B alors A est égal à B , si A infère X et X infère B , on ne peut rien dire de nécessaire du lien de A et de B

De rien à peluche je t'écrirai à propos du "biologisme" de l'utile et de l'inutile cordialement






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 10:58

J'ai fait un pas en avant de quoi? De l'utile, du bien,du bon...?

Le nécessaire n'a pas de cause, il est une convention érigée en principe premier.Il est nécessaire de convenir que A puisse être A avant toute éventuelle proposition seconde.Il n'y a pas de A qui nous soit suffisamment commun à toi et à moi avant que l'on ait accepté une définition commune de A.Ici commence la "distinction" sur laquelle reposera toute notre charretée de vérités nécessaires en second et,bonnes,belles,utiles...

Le nécessaire est à la vérité ce que l'utile est au ventre.

Il est nécessaire de se méfier de la raison ,qui comme on le sait, n'est pas née de la raison ( mais de quelque chose qui n'était pas raisonnable). mouaich 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 13:54

Y a t il de la vérité en soi ? Une objectivité du vrai ? Et si oui celle ci est elle observable , découvrable?
Ce qui est intéressant avec quelqu'un comme Riemann par exemple est qu'en remettant en cause la géométrie d'Euclide il permet d'ouvrir à une nouvelle possible de voir le monde, et les géodésiques ont été déterminantes à Einstein pour se représenter l'univers dans son équation E=MC2
Dans la géométrie de Riemann par un point extérieur à une droite passe une infinité de droite parallèle à celle-ci alors que pour Euclide une seule parallèle n'était possible et le géodésique est créé.
Donc il est certain que la logique d'Aristote qui est au fondement de la pensée occidentale et qui est basée sur le principe d'identité et du tiers exclu est une convention ...
Maintenant cette convention est utile hihi, et à ne pas l'utiliser il convient de définir les nouveaux postulats, la nouvelle axiomatique , oui oui oui je suis friand de ce type de découverte de l'étrange , un autre monde. A ce jour je réagis dans le cadre de la logique d'Aristote qui gouverne la pensée commune , c'est à dire celle la plus partagée dans notre monde occidental.
Il y a alors néanmoins une objectivité du concept qui le rend partageable, la relativité n'intervient pas dans la relation mathématique une fois posée, le vrai mathétique est ou n'est pas , il n'est pas selon l'humeur du mathématicien , il est apodictique dirait Kant c'est à dire nécessaire. obligé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 14:32

""


Dernière édition par Whynot le Mer 13 Aoû 2014 - 14:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 14:34

"Ici,la nécessité est un principe et l'utilité une application."

Je voudrais repartir sur le thème de base. L'utile renvoie à l'utor , c'est à dire à ce qui satisfait, est utile ce qui sert à , ce qui satisfait. L'utile est le moyen et la satisfaction la fin.  Un stylo est utile pour écrire , la satisfaction est la lettre écrite. La logique est utile en mathématique quand elle peut résoudre des incertitudes. Le vocabulaire est utile pour l'écrivain pour satisfaire à son besoin de bien écrire etc.... le modèle biologique de l'utile, c'est à dire du vital est un modèle de base un paradigme de l'utile mais ne résume pas l'utile. L'utilité de l'utile est qu'il est un moyen pour produire une satisfaction, d'atteindre une fin .

Le nécessaire est utile , toujours ?! il sert à effectivement se maintenir en vie, à produire une fin quelconque Je crois qu'il est non seulement difficile mais sans doute impossible de trouver du nécessaire qui ne soit pas utile. Necessaire est personifiée dans la figure du destin chez les Latins et s'appelle Necessitas, ce qui s'impose comme inexorable, nécessaire. Necessitas vient de la trinité grecque de l'Anankè qui sont personnifiés par Les 3 Moirè et que l'on peut identifier à la figure du temps passé présent et le futur
L'utile est une fonction du temps , est utile ce qui a un temps, l'utile, l'existant, le nécessaire, n'est utile ou nécessaire que définit dans le temps, pour un temps dirons, le temps de l'expérience de la satisfaction. Si je mange du pain je vis, si je vis que pour manger du pain , j’attrape l'indigestion . Je reviens à cette fonction du temps de l'utile. Le retour cyclique du temps et le retour nécessaire du besoin à satisfaire propose l'utile dans le paradigme de la biologie du besoin.

L'inutile serait alors selon moi, ce qui ne relève pas du besoin. Ce qui ne s'impose pas nécessairement mais ce qui se choisit s'élit. L'ordre de la liberté et donc l'inutile prend une valeur qui lui donne un lustre bien supérieur à l'utile ... pour reprendre l'horrible pyramide de Maslow, l'inutile est la satisfaction non pas des besoins mais la réalisation de soi, l'advenir de soi, sa réalisation.

Je plaide donc pour une société dans laquelle, comme le pensait justement ton adorable Origène, réfreindre ses désirs pour augmenter en soi l'espace de la liberté. La liberté relève de l'inutile non pas qu'elle ne soit pas utile, elle a une fin qui est la jouissance du bon vouloir en soi, mais relève de l'inutile en temps qu'on peut s'exercer gratuitement à en user, et cette usure "gratuite" donne une grande force à la personne qui l'exerce... liberté alors matérialisée en volonté qui donne une immense force . Le principe homéopathique de l'inutile est sans doute qu'il distille le propre de ce qui fait l'humain, sa plus grande force .... mais j'ai conscience ici de me répéter aussi à tchao
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 14:57

J'élabore une théorie que j'écrase sur une définition ( conventionnelle),j'en fais l’expérience qui vérifie l'hypothèse de départ.Si j'en tire un bénéfice , je déclare cette hypothèse vraie,si je n'en tire pas de bénéfice,je la déclare fausse.Ainsi va la connaissance, et l'on comprend aussi pourquoi tant de choses se mesurent à l'aune de l'utilité.(d'où l'utilitarisme ambiant)

Et je répète ma petite formule bien sentie: Le nécessaire est à la vérité ce que l'utile est au ventre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 13 Aoû 2014 - 16:07

Soit ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 10 Sep 2014 - 19:39

N'empêche qu'elle serait bien emmerdée la vérité si elle devait se questionner elle-même...Il lui faudrait constater que chez l'humain,elle née de l'illusion.

La vérité est-elle compatible avec l'illusion ? Vaut-elle "mieux" que l'illusion d'abord ?

humm...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Whynot



Nombre de messages : 272
Date d'inscription : 23/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Mer 10 Sep 2014 - 23:40

Poser la question de la vérité en comparaison avec l'illusion, c'est poser la question de sa valeur, la question de la valeur de la vérité.
Au fond le vrai vaut il plus ou mieux que le "non vrai" ? ici non pas le faux mais le "semblant" à savoir ce qui fait illusion.

La valeur de la vérité est elle, elle même d'ailleurs variable en fonction des contextes, pose la question de la valeur comme elle même dépendante du contexte....

Dire la vérité à un cancéreux en stade terminal, vaut il la peine? ...

Maintenant il ne faut pas se tromper ou s'illusionner sur ce que valeur veut dire, la vérité est elle soluble dans n'importe quel contexte?  Existe t elle en soi? et si elle fluctue que signifie t elle....
Mais que voilà un beau programme ....

La notion même de valeur a à etre interrogée pour pouvoir l'appliquer elle même à quelque chose comme "la" vérité.  Qu'est ce qu'une valeur, qu'est ce qui fonde une valeur?
L'origine , la racine de valeur désigne ce qui est fort , en bonne santé , puissant et finira par désigner ceux qui règnent , les rois.

La puissance, la force qui est d'abord force physique, habileté à gouverner, trouve dans la survie, la victoire sur les éléments sa force. La force est la domination de l'adversaire, ce qui s'oppose, que ce soit maladie, ou force naturelle ou un autre puissant et la guerre. Le valeureux guerrier est le guerrier vainqueur, le fort.

On sent que la racine de valeur désigne une qualité de puissance , qui s'impose et gagne semble lié au temps de la force qui peut elle même décliner, qui a besoin d'être réitérée dans le temps , un peu comme le lion mâle qui doit réaffirmer sa puissance devant les prétendants rivaux au péril de sa vie.

La vie devient donc le fruit de la valeur, rester en vie, en force en santé, adapté à son environnement est une ligne d'horizon biologique de la valeur.

Ce qui veut dire et c'est intéressant qu'en mathématique la valeur est l'identification d'une variable , fixation de ce qui varie , la valeur de x ou de y . Mais en tant que ce qui varie prend de la valeur on perçoit que la valeur dépasse l'individualité ou la conjoncture de sa survenue mais s'impose comme évidence dans la victoire, toute victoire.... en ce sens la valeur est une "valeur" au sens éthique du terme à savoir, ce qui demeure dans l'éternité comme force Nous reconnaissons de la valeur à une variable ou a un individu que parce que nous identifions dans l'individu sa force qui fait valeur. La valeur est la condition de possibilité de reconnaissance de la force, de la valeur individuelle

La Valeur alors devient norme de tout ce qui s'impose comme fort , comme disposant de la force.
La force, ce qui s'impose alors qu'est ce que c'est ? Quand David bat le Goliath mythique, David est fort et est sacré Roi, celui qui peut régner , pourtant David n'est pas "fort" physiquement il est rusé, habile... La victoire est donc le signe de la force, la force est dans la valeur , ce qui vainc ce qui triomphe, ce qui gagne .

Qu'importe le contexte, c'est l'adaptation réussie au contexte qui produit la valeur, la force

Maintenant si on s'engage du côté de la vérité , est vrai, disaient les scolastiques , adaequatio res et intellectu à savoir , adéquation entre la chose et la chose pensée, identification du concept au réel. La vérité est une identification entre un énoncé et la chose perçue

Si le contexte est la chose perçue l'adaptation au contexte fait effet de vérité , la vérité pas plus que la valeur n'est fluctuante, elle produit un seul résultat , son efficacité , sa correspondance aux faits

Donc le semblant ou "l'illusion" en tant qu'elle produit une réaction juste à l'environnement adopte une valeur de vérité, de justesse au monde qu'elle adapte et à laquelle elle s'adapte ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gérard

avatar

Nombre de messages : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 21/01/2005

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Jeu 11 Sep 2014 - 17:51

Whynot a dit :

« Peut on envisager le rapport de l'utile à l'inutile comme un sujet intéressant le philosophe? »
      ----------------------------------------------------------------------------------------

A mon avis, le rapport de l'utile à l'inutile est celui qui caractérise des notions contraires, qui structurent notre intellect. Il s’agit de l’interdépendance de deux concepts inséparables, donc l’existence de l’un, justifie celle de l’autre.
Le rapport de l'utile à l'inutile est le même, que ceux,

du vrai et de faux l
de la vérité et du mensonge
le beau et le laid
etc.
Il s’agit, d'éternelles dualités, dont le point d’équilibre (tolérance) est à l’image de la société, dans laquelle elles ont lieu.

A mon avis, les considérations qu’on peut émettre sur  l’utilité ou l’inutilité, résultent plutôt, d’interprétations personnelles ou catégorielles, que de réalités objectives.

« A priori le sujet est à bailler d'ennui »
Je ne partage pas ton avis, je considère ton sujet fort utile et intéressant.

Je reconnais, que suivre les échanges, que tu as eu avec anormal, ne m’étaient pas toujours faciles, mais dans l’ensemble je trouve les exposés constructifs.

J’espère, que des interventions nombreuses  compléteront le sujet.  Notamment, il serait intéressant d’envisager, l’aspect de « l’utilité contradictoire » Exemple : les emballages "tape à l’œil"  des produits, qui sont d’une utilité indiscutable du point de vue commercial, sont-ils aussi utiles pour les consommateurs.

Whynot :    « une belle fille est utile mais pas nécessaire... »
Tu as raison, la beauté et l’âge (en tenant compte les limites), ne sont pas des facteurs indispensables à la conception, mais pour le maintient de la race humaine, la contribution, que peut apporter une belle fille me semble bien plus efficace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gerardfilep.stools.net
anormal



Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    Jeu 11 Sep 2014 - 21:21

Gérard a écrit:
A mon avis, les considérations qu’on peut émettre sur l’utilité ou l’inutilité, résultent plutôt, d’interprétations personnelles ou catégorielles, que de réalités objectives.

Je le pense aussi.


La valeur est tirée d'un rapport,d'une relation entre un objet et un autre...Face au désordre apparent du monde,il y a ,pour nous-autres huuuuumains, la nécessité de souligner des formes,des couleurs,des sensations,bref: des invariants.Des rapports que nous établissons de façon "utilitariste",nous tirons des valeurs (autant dire des lois subjectives reposant sur des illusions...Et avec ça ,on voudrait que cela marche...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'utile et l'inutile    

Revenir en haut Aller en bas
 
L'utile et l'inutile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'école est-elle utile ?
» Débattre est-il utile?
» Rien n'est inutile
» Comment être utile aux mourants?
» aide à l'allaitement, utile ou pas?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: PHILOSOPHIA :: Philosophie-
Sauter vers: