Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 S'il vous restait...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
disciple

avatar

Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 12/07/2004

MessageSujet: S'il vous restait...   Jeu 23 Juin 2005 - 23:48

...quelques mois à vivre parceque vous êtes atteint d'une maladie incurable.Vous venez d'apprendre ce diagnostic par le labo et le médecin.

Que feriez vous ? Le dire à vos proches ? Ou bien fuir, le cacher et continuer à vivre comme ça comme si rien ne s'était produit ,puisque à quoi bon comme la mort est proche ? Faire des choses que vous avez toujours voulu faire,dire ? Autre ?
Changer votre mode alimentaire ,arreter ces conneries de chips/bonbons et autres joyeusités ?

Pensez y vraiment,la maladie touche n'importe qui,n'importe quand...
ça fait peur non ?

_________________
Au coeur de l'impermanence,où puis je m'accrocher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 24 Juin 2005 - 5:12

ça fait plutôt envie que peur (...)

Il est certain que je dirais et ferais des choses que j'ai toujours voulu dire/faire.
Simplement parce qu'il n'y aurait, à mon sens et selon mon point de vue, plus à redouter des conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 24 Juin 2005 - 7:15

Je pense que j'en parlerai à tout le monde dans les forums et que je tiendrais une sorte de journal de bord pour raconter tout ce qui passe par ma tête au fur et à mesure de ma marche vers la mort.

D'un autre coté je serais aussi tenté par un repli méditatif sur moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 24 Juin 2005 - 8:13

Oui, ça fait peur! .. comme la plupart de mes contemporains, je préférerais être surprise dans mon sommeil.
J'imagine que si je survis au premier choc et que je ne m'efface pas sur le champ d'une crise cardiaque de panique, je commencerais par me mettre dans de bonnes conditions de calme et de silence, puis m'arrangerais pour faire de l'ordre dans ma vie :
éliminer ce qui encombre, au propre comme au figuré, afin de (re)trouver l'essentiel.
J'en parlerais à ceux que j'aime, étant bien entendu que me sachant mortelle en ce moment-même aussi, ils m'aiment déjà, mais en plus, je veillerais, je crois, à ne pas dire n'importe quoi sous prétexte que MOI je vais mourir et ... pas eux, la belle blague!
Il s'agit plus de saisir l'occasion de mettre les choses à plat que de régler mes comptes.
Concrètement, je me vois assez essayer de ne pas faire de vague et de causer le moins possible de tracas -en digne fille de ma mère-, mais expérience faite auprès d'elle justement, je n'hésiterais pas à parler de mes peurs et à me laisser dorloter si je sens que ceux qui m'entourent d'amour sont réceptifs et n' épongent pas mes peurs sans pouvoir les recracher.

Cette façon de mourir, en fait, est celle que demandaient nos anciens quand ils priaient pour avoir une bonne mort, sous-entendu d'avoir la grâce de mourir lucides, les yeux ouverts (métaphoriquement) et spirituellement bien accompagnés.

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Digoyo

avatar

Nombre de messages : 434
Date d'inscription : 07/05/2005

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 24 Juin 2005 - 10:25

Bonjour,

Disciple, j'admire ton talent des questions simples --27

Je crois que j aurais une attitude très identique ou proche de celle que décrit Cébé au moins pour trois raisons :
- J’ai la chance d’avoir vécu 45 ans de plus que d’autres qui étaient devenus très proches
- Mon père sait maintenant que sa fatigue et sa perte de poids permanente est due à un cancer qui ne lui laisse que quelques mois à vivre et on continue comme si de rien n’était à jouer de la musique
- Demain 25 Juin à 16 h 30, je marie Claudine et Eric. Claudine ne fait plus que 40 Kg environ. Après un ablation quasi-totale de la langue elle ne parle presque plus, mais elle sait toujours rire. Le cancer a atteint les poumons et on lui a fait la semaine dernière une trachéotomie. Elle à promis de ne pas trop boire au repas de noce. Sachant qu’elle est alimentée par sonde !!!

Je crois que je serai un lâche si je restais apathie, alors que j’ai l’exemple de tant de dignité. Il ne s’agit plus du hasard pour ces personnes, mais une certitude de la mort dans les 50 ou 80 jours à venir.

Pour l’anecdote. J’ai exprimé comme volonté d’être incinéré. Chacun de mes enfants ( j’en ai 5), m’a offert une urne dans laquelle ils mettrons un peu de mes cendres. Mon épouse un superbe vase en porcelaine de Rouen --9
,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 24 Juin 2005 - 11:04

Si j'apprenais ma mort prochaine je verrai cela comme une formidable chance plutôt que cemme une chose redoutable (sautf si c'est une mort douloureuse).
Je pense que cela pourrait servir de puissant tramplain spirituel. En effet, en temps normal, on ne pense guère à la spiritualité car on se dit qu'on a encore bien des années devant soi pour s'occuper de ca. Alors que si on sait qu'il ne reste plus qu'un mois, on se sent forcé d'employer ce temps à fond. C'est la une circonstance parfaite pour apprécier chaque minute qui passe (carpe diem) et donc d'enfin gouter aux joies simples.
Cela permettrait aussi d'enfin pouvoir relativiser et de voir avec lucidité quelles sont les vraise choses importantes dans la vie.
Tout un programme pour "atteindre la sagesse" en un mois !

Et puis je pense que je ferais probablement des farces à mes amis : je leurs écrirais des lettres que je chargerais quelqu'un de leurs envoyer quelques temps APRÉS ma mort. En faisant comme si je leurs avais écrit de l'au-dela. (j'ai connu quelqu'un qui avait fait ca).

Comme on doit se sentir plus libre de tout quand on sait qu'on va partir bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Faith
Invité



MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 24 Juin 2005 - 11:36

disciple a écrit:
...quelques mois à vivre parceque vous êtes atteint d'une maladie incurable.Vous venez d'apprendre ce diagnostic par le labo et le médecin.

N'ayant pas d'enfants, ma réaction serait probablement "après moi, le déluge"...

Si j'avais des enfants lors de ce diagnostique, je pense que je le leur cacherai, mais prendrait petit à petit le large (histoire de les rendre autonomes le plus vite possible)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 24 Juin 2005 - 13:04

Faith a écrit:
disciple a écrit:
...quelques mois à vivre parceque vous êtes atteint d'une maladie incurable.Vous venez d'apprendre ce diagnostic par le labo et le médecin.

N'ayant pas d'enfants, ma réaction serait probablement "après moi, le déluge"...

Si j'avais des enfants lors de ce diagnostique, je pense que je le leur cacherai, mais prendrait petit à petit le large (histoire de les rendre autonomes le plus vite possible)
Ils t'en voudraient peut-être d'avoir décidé pour eux et de ne leur avoir laissé aucune chance de faire avec, comme si tu ne leur faisais pas confiance.
Revenir en haut Aller en bas
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 24 Juin 2005 - 14:16

Nous avions un voisin, un ami qui un soir est arrivé à la maison. J'étais seule et il n'a pas voulu entrer mais j'ai vu qu'il avait besoin de parler, alors c'est sur le pas de porte qu'il m'a expliqué qu'on lui avait découvert un cancer aux poumons. Nous sommes restés debout, là, en haut des marches, lui à me dire sa peur et sa volonté d'en finir pour ne pas peser à ses filles et à sa femme, et moi à l'écouter.
C'était un gars avec qui on n'avait pas de grandes discussions spirituelles, ce côté-là était occulté par les plaisirs de la vie, les tracas au quotidien et autres futilités. Il n'avait pas une bibliothèque emplie de livres de philosophie, ni de religion. Il ne brillait même pas par sa présence dans les lieux de culte. C'était même ... le dernier que nous aurions vu prendre sereinement un tel choc, lui qui avait une horrible peur des serpents, entre autre. Daniel. Mais une fois passé ce moment d'extrême faiblesse où il dit vouloir choisir une arme parmi sa collection pour en finir plus vite, il a eu les trois plus belles années de sa vie, selon ses dires. Et effectivement, nous l'avons vu évoluer, changer, se redresser à mesure que son corps cessait de fonctionner correctement. Il nous a accompagnés en quelque sorte dans cette démarche où nous aussi nous allions nous quitter, par son calme et sa joie de vivre.

Si je vous raconte cela, c'est pour faire écho à ce que dit Angelo. Pendant notre discussion devant le paillasson, nous avions évoqué cet état de chose : laisser la famille dans l'ignorance, et se suicider au risque de laisser ses proches amers et désespérés de n'avoir pas pu l'accompagner et montrer leur amour .... de n'avoir pas pu décider de leur propres peurs et douleurs.

Puis Daniel a choisi. Il est parti entouré d'amour et d'amitié, dans la plus belle sérénité qui soit.

Mais quel est donc ce ressort qui se tend ou se détend dans les moments les plus critiques de la vie ?

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
disciple

avatar

Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 12/07/2004

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Mar 28 Juin 2005 - 20:52

Angelo a écrit:
ça fait plutôt envie que peur (...)

Il est certain que je dirais et ferais des choses que j'ai toujours voulu dire/faire.
Simplement parce qu'il n'y aurait, à mon sens et selon mon point de vue, plus à redouter des conséquences.

Ce que je trouve étrange,c'est qu'on puisse avoir envie de mourir d'une maladie incurable avec toute sa propre souffrance inhérente tout en ayant une volonté de faire ou dire quelque chose avant qu'il ne soit soit trop tard mais qu'on n'a pu faire ou ne dire à cause d'une peur justement qui est celle de redouter des conséquences.

_________________
Au coeur de l'impermanence,où puis je m'accrocher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
disciple

avatar

Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 12/07/2004

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Mar 28 Juin 2005 - 21:01

Me concernant,je serais un peu comme Faith mais pas vraiment pour les mêmes raisons.Je le cacherai également pour plusieurs causes : Ca m'évite de voir et de ressentir la pitié chez certaines personnes qui m'aprécieraient "moyennement",ça m'évitera aussi de voir la souffrance grandissante des personnes qui m'aiment.Si je souffre pourquoi devrais je en faire "profiter" ceux que j'aime ? Pourquoi devrais je ajouter plus d'attachement ,source de souffrances ? C'est en ce sens que l'expression "souffrir en silence" prend toute sa signification.

_________________
Au coeur de l'impermanence,où puis je m'accrocher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Mer 29 Juin 2005 - 15:11

Est-ce à dire que tu "préférerais" qu'une personne que tu aimes et qui t'aime te cache un état de santé si grave qu'elle mourra sous peu ?
(pour retourner le problème)

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Mer 29 Juin 2005 - 16:37

Moi, je ne souhaiterais pas partager mes peines, bien que je sache que l'autre le souhaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
disciple

avatar

Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 12/07/2004

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Mer 29 Juin 2005 - 20:42

cébé a écrit:
Est-ce à dire que tu "préférerais" qu'une personne que tu aimes et qui t'aime te cache un état de santé si grave qu'elle mourra sous peu ?
(pour retourner le problème)

En retournant le probleme il en devient un autre et non le même auquel j'ai fais référence.Et dans ce nouveau probleme,à la limite rien ne se passe puisque je n'en saurais rien.Je ne suis pas responsable de son silence et respecterais cette décision en lui remerciant de m'avoir épargné la souffrance lié à l'attachement que j'aurais envers cette personne.Sinon j'aurais préféré le savoir.

Quand au probleme initial,c'est de soi même qu'il s'agit.C'est une question de conscience personnelle.

_________________
Au coeur de l'impermanence,où puis je m'accrocher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Jeu 30 Juin 2005 - 8:37

Si je vois une personne que je connais qui meurt peu à peu, en quoi cela me gène-t-il ?

Ai-je de la peine car nous allons être séparés et que je ne peux rien y faire ?

Est-ce que j'ai peur de l'avenir car elle ne pourra plus m'apporter son aide ?

Est-ce que ca me peine de la voir souffrir ?

Est-ce que ca m'emmerde car je dois la soigner ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
disciple

avatar

Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 12/07/2004

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Jeu 30 Juin 2005 - 8:49

Toutes ces questions...C'est selon ton degré d'attachement.

_________________
Au coeur de l'impermanence,où puis je m'accrocher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tchinisse



Nombre de messages : 14
Age : 40
Localisation : paris
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: S'il vous restait...   Ven 15 Sep 2006 - 22:20

je crois qu'entre ce que je pense que je ferai et dirai et les actions que j'entreprendraient si j'apprenais qu'il ne me reste plus que quelques jours de vie il y aurait certainement de la marge...car qui peut prevoir avec exactitude sa reaction face a une telle annonce??

en tout cas...
je souhaiterai revoir mes proches et leur donner des moments de bonheurs en ma compagnie, ne pas leur dire directement mais les preparer a mon absence (je ne sais pas trop comment) et aller au bord de la mer afin de passer du temps dans cet environnement que j'affectionne tout particulierement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: S'il vous restait...   

Revenir en haut Aller en bas
 
S'il vous restait...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» prenez-vous un goûter?
» Sommeil et insomnies, qu'en est-il pour vous?
» Connaissez-vous cet homme, un illuminé ?
» Croyez vous que l'Église soit infiltrée par des groupes anti-catholiques
» LA TRISTESSE VOUS ENVAHIT ? LISEZ CE QUI SUIT...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: PHILOSOPHIA :: Psychologie-
Sauter vers: