Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 la vie apres la mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Naaran



Nombre de messages : 98
Age : 26
Localisation : Perdu... dans ses pensées....
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Ven 19 Oct 2007 - 17:34

Je n'ai pas dit qu'il ne fallait pas profiter de la premiere au contraire. Je dis juste que si on y croit alors la mort ne parait plus si terrible. C'est juste pour aider ceux qui en on peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ornicar



Nombre de messages : 370
Age : 46
Date d'inscription : 04/10/2007

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Lun 22 Oct 2007 - 8:23

En fait, nous sommes déjà morts et ce monde est tellement beau, intéressant et agréable qu’il doit s’agir d’une sorte de paradis auquel nous avons droit car nous avons été de bonnes personnes dans une vie antérieure. Mourir dans ce monde signifierait retourner dans l’Autre monde, que l’on suppose plutôt ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvain



Nombre de messages : 192
Localisation : Les sucs d'Auvergne
Date d'inscription : 12/11/2008

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Sam 15 Nov 2008 - 21:29

André est formé de matière d'énergie et de conscience.
La matière d'André ne disparait pas tout simplement à sa mort, mais change seulement de forme.
De même, l'énergie d'André ne se dissout pas purement et simplement, mais change elle aussi de forme.
Alors de même la conscience d'André ne s'éteint pas mais change seulement de mode ou de PLAN d'activité; donc André est immortel...
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil



Nombre de messages : 6108
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Dim 16 Nov 2008 - 12:26

Si le corps d'André est mangé par 100 vers, alors sa matière se dispersera pour former une partie du corps de ces 100 vers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
chrisdesinape



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: a   Lun 4 Mai 2009 - 19:39

Je n'ai pas lu tout le topic desolé si ca deja ete dit : pour moi la mort fait parti de la vie si on se reproduit c'est que l'existance doit continuer sans nous,il reste toujours un peu de nous parce qu'on a eu des actions qui ont eue des consequences,donc il reste une part de vie plus ou moins grande selon nos actes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil



Nombre de messages : 6108
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mar 5 Mai 2009 - 7:08

Mais n'en est-il pas de même des machines ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
cébé



Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mar 5 Mai 2009 - 14:10


_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pizza Man



Nombre de messages : 2255
Localisation : Santa Cruz - California
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mar 5 Mai 2009 - 14:15

Ah oui, la vie après la mort !

Et les machines ne sont-elles pas le produit de l'action des hommes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil



Nombre de messages : 6108
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mar 5 Mai 2009 - 18:54

Si un homme en a assassiné un autre, on se souviendra de cet acte.
Si une machine s'emballe et tue un ouvrier, on se souviendra également de cet acte.

Donc, par leurs actes, les hommes peuvent continuer à vivre dans nos souvenirs.
Et les machines aussi, par leurs actes, peuvent subsister dans nos souvenirs.

Ou peut-on trouver la différence ? Puisqu'elle ne se trouve pas dans les actes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Pizza Man



Nombre de messages : 2255
Localisation : Santa Cruz - California
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mar 5 Mai 2009 - 19:15

Quand je pense à Tchernobyl, je pense aux corniauds qui n'ont pas su prévenir cette catastrophe.
Je ne pense ni à l'atome, ni au nucléaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrisdesinape



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mar 5 Mai 2009 - 20:29

Citation :
Donc, par leurs actes, les hommes peuvent continuer à vivre dans nos souvenirs.
Et les machines aussi, par leurs actes, peuvent subsister dans nos souvenirs.


Tout a fait les machines sont une reproduction de la vie

A voir l'anime "Ghost in the shell " qui traite de ce sujet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil



Nombre de messages : 6108
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mer 6 Mai 2009 - 7:39

Le monde n'est-il pas lui-même une sorte de grande machine ?

Peut-on pour cela en faire un être vivant , ou peut-on en faire la création d'un être vivant ?

Toute action n'est pas forcément le résultat d'une action consciente.

Je garde le souvenir d'une mini-tornade qui avait détruit un chapiteau ou je faisais un spectacle. Pourtant cette tornade n'était pas due à un être humain.
Je peux donc conserver en mémoire l'acte de destruction commis par un objet qui n'a rien à voir avec une entité consciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
cébé



Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mer 6 Mai 2009 - 9:03

Tu es en train d'argumenter pour un concept de VIE.

Alors .. qu'est-ce que la vie biologiquement parlant ?

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrisdesinape



Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mer 6 Mai 2009 - 11:18

Citation :
Je garde le souvenir d'une mini-tornade qui
avait détruit un chapiteau ou je faisais un spectacle. Pourtant cette
tornade n'était pas due à un être humain.
Je peux donc conserver en mémoire l'acte de destruction commis par un objet qui n'a rien à voir avec une entité consciente.

Tres intéressant comme conception,il est vrai que dans certaines croyances antiques les elements naturels etait considerer comme le fruit d'entités, mais il y a une difference dans la conscience collective entre une action qui est le fruit d'une volonté et d'une non consciente

Les actions d'un fou ont les memes consequences que celles d'un valide,mais pas la meme representation ,pour la machine elle ne sera pas considerer comme responsable on retiendra l'erreur humaine

Ta vision est plutot cartesienne Atil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil



Nombre de messages : 6108
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mer 6 Mai 2009 - 15:46

N'oublions pas que, si je me souviens d'une personne (ou d'une action ou d'un objet) ce n'est que le souvenir qui est dans ma tête, pas la personne elle-même.
Si je conserve la photo d'une personne décédée, ce n'est pas la personne qui vit dans cette photo.La personne est morte et la photo ne perpétue que les photons qui ont frappé la pellicule.
Et si un philosophe est mort, ses livres ne le perpétuent pas : ils ne font que perpétuer ses idées. Hors les idées ne sont pas la personne elle-même. Les idées sont des "memes", des sortes de gènes mentaux qui se propagent de cerveau en cerveau.
De même que si un pirate informatique envoit un virus sur le Net avant de mourir, ce sera le virus qui se perpétuera sur le web et non pas le pirate lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
cervantès



Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Jeu 30 Sep 2010 - 11:42

Sohyoungni !

A la lecture des différentes interventions, il semble bien que la mort soit une donnée incontournable. Mais si rien ne dément le fait ponctuel d'une disparition d'un corps organisé, rien n'interdit pour autant de l'inclure dans une perspective plus vaste, tel que le propose l'article suivant. Il vous paraîtra peut être un peu long mais je doute que la gravité du sujet tolère une brièveté qui n'en permettrait pas une bonne compréhension - merci -

LA MORT

Mort physiologique, mort biologique, mort passage, mort annihilation, mort relai … autant de phases longuement traitées … ailleurs et que l'on peut caractériser par le moment où notre corps-esprit commence à se décomposer, nous privant ainsi de toutes relations avec le monde.

Ce qui pose déjà un problème de définition : Selon EPICURE « la mort ne nous est rien. Quand nous sommes, la mort n'est pas là et quand la mort est là, c'est nous qui ne sommes pas » et selon WITTGENSTEIN « la mort n'est pas un événement de la vie. On ne vit pas la mort. Si l'on entend par éternité, non la durée infinie mais l'intemporalité, alors il y a la vie éternelle qui vit dans le présent

Pour le commun des mortels il semble évident que la Mort est en opposition à la vie dans la mesure où son advenue interdit « de facto » la continuation de nos activités habituelles et les explications « supposées savantes » de nos philosophies et religions ne changent pas ce vécu, en direct si je puis dire.

Cette impression et cette certitude « naturelle » sont d'ailleurs renforcées par la définition de la vie comprise entre deux évènements majeurs : la naissance et la mort précisément avec l'affirmation d'une identité personnelle qui suppose que, sur le fond, entre ces deux dates, c'est de la même individualité dont il est fait état.

Ceci admis se présente une interrogation cependant : qu'étions-nous avant l'accouchement ? Vivant ?... certes mais pas au sens légal du terme bien que le législateur ait reconnu un ensemble de droits à l'embryon, en tant qu'individu potentiel. Qu'étions-nous avant la constitution du foetus ? Et au moment où les gamettes des parents se sont rencontrées, qu'étions-nous ?

Nous étions vivants … en puissance de notre seul point de vue de notre vie actuelle mais totalement réels du point de vue de la Vie qui s'exprime à double face : latente/manifestée.

Il est donc logique et cohérent de tenir le même langage au sujet de la mort, à une différence près cependant. La vie latente qui pré-existe avant la naissance en direction d'un être manifesté, l'enfant est ici réduite à ses éléments essentiels selon la philosophie chinoise : métal, eau, bois, feu et terre, en attente d'une nouvelle composition que les dits éléments constitueront.

En étendant notre regard, il semble bien que les concepts de vie et de mort s'élargissent au-dela des simples limites physiques que nos habitudes de raisonnement nous avaient imposées au point d'ailleurs de considérer qu'ils ne sont pas contradictoires entre eux. Il devient alors évident que la mort fait partie de la Vie en tant que condition du changement perpétuel qu'il est possible de désigner sous les vocables de l'apparaître et du disparaître.

Dans ces conditions, il apparaît que l'espèce humaine est soumise à la loi cosmique des mutations perpétuelles et que ce que nous vivons comme « disparition » n'est qu'une réduction phénoménologique liée à notre approche antropologiquement marquée par nos origines animales, sans rapport vrai avec le réel.

En effet, l'animal subit cette loi cosmique sans le savoir conceptuellement - bien qu'il sente sa mort prochaine – mais l'homme, outre qu'il la subit identiquement, la vit comme la disparition d'une chose qui lui appartiendrait en propre et la refuse. A bon droit disent certains mais sans sagesse diront d'autres, persuadés quant à eux que la crainte de la mort n'est pas seulement liée au fait physique mais à la « mythologie » qui y est associée.

C'est cependant cette mythologie – en tant que création de son Ego – qui va permettre à l'homme, par la Philosophie et la Religion, de sublimer sa mort au point d'en faire un événement parmi d'autres, banal en soi ou bien lieu de passage vers un paradis fantasmé supposé l'apaiser.

Cette sublimation va cependant se révéler pernicieuse par le risque d'exaltation de l'Ego et sa perpétuation au dela de la mort physique dans l'Espace-temps d'un Univers créé par un Dieu personnel avec nécessairement un commencement et une fin.

Il est également possible – car aucune des hypothèses n'est vérifiable – de supposer que l'Univers n'est jamais né et n'aura jamais de fin et qu'il manifeste, au travers des phénomènes qu'il contient, cette pérennité éternelle. Qu'en conséquence, l'Imaginaire humain qui construit l'individu avec un début et une fin est peut être dans l'erreur à l'instar de la vague qui vient s'écraser sur la plage et qui se dit « je meurs » tandis qu'elle retourne à l'océan toujours éternellement présent et que jamais elle n'a quitté.

Deux citations issues du Monde comme Volonté et comme Représentation d'Arthur SHOPENHAUER viennent éclairer notre propos.

1ère citation : « L'individu meurt, l'espèce est indestructible; l'individu est dans le temps l'expression de l'espèce qui est hors du temps. La mort est pour l'espèce ce que le sommeil est pour l'individu, l'espèce représente un des aspects de la Volonté comme chose en soi; à ce titre elle représente ce qu'il y a d'indestructible dans l'individu vivant, elle contient tout ce qui est, tout ce qui fut, et tout ce qui sera »

2ème citation: « Quand nous jetons un regard vers l'avenir et que nous pensons aux générations futures avec leurs millions d'individus humains différents de nous par leurs moeurs et leurs costumes et que nous essayons de nous les rendre présents, cette question se pose : d'où viendront-ils tous ? Où sont-ils maintenant ? Où donc est ce riche sein du néant gros du monde qui cache les générations à venir ? Et où pourraient-ils être sinon là où toute réalité a été et sera ? Dans le présent et dans ce qu'il contient en toi même questionneur insensé qui, en méconnaissant ta propre essence, ressemble à la feuille de l'arbre qui se lamente sur sa propre mort et ne veut pas se consoler à la vue de la fraiche verdure dont, au printemps, l'arbre sera revêtu. Elle dit en pleurant « je ne suis plus rien » - Insensée ! Où veux-tu donc aller ? D'où les autres feuilles pourraient-elles venir ? Où est ce néant dont tu crains le gouffre ? Reconnais donc ton propre être dans cette force intérieure, cachée, toujours agissante de l'arbre qui à travers toutes les générations de feuilles ne connait ni la naissance ni la mort. Et maintenant ! L'homme n'est-il pas comme la feuille ? »

La mort individuelle est donc subblimée, magnifiée dans l'espèce humaine, voire dans l'Univers pour au moins deux raisons essentielles : la notion d'individu est une abstraction, une réduction par la pensée, de la réalité de l'espèce à la réalité individuelle donc une diminution d'être et cette constatation ne peut être effectuée que dans le présent de son effectuation.

C'est du moins ce que nous proposent nos trois philosophes et, modestement, je me sens honoré d'être en leur compagnie … par dela la mort que leur sagesse permet de qualifier de non-évènement.


D'autre part, vous semblez ne vous situer que dans le cadre Mahayana du Bouddhisme Tibétain. C'est culturellement normal, cette branche ayant plus particulièrement développé la croyance en la ré-incarnation. Néanmoins d'autres analyses sont possibles issues du même courant Mahayaniste mais cependant plus "extrêmes" ou "subtiles" - Je vous propose celle-ci.


La REINCARNATION/RESURRECTION à l'aune de l'INTERDEPENDANCE et de l'EXPÉRIMENTATION SCIENTIFIQUE

Depuis l'aube des temps, l'Homme est confronté aux mystères de la naissance et de la mort et tente d'élaborer de multiples « échappatoires » pour dominer son angoisse. Ce n'est d'ailleurs pas tant la naissance qu'il doit conjurer, car celle-ci apparaît comme condition de renouvellement, mais bien plutôt la mort dont le terme lui semble définitif avec un premier paradoxe auquel il n'accorde pas ou peu d'importance; en effet la mort ne lui est connue qu'au travers de celle des autres et jamais au travers de la sienne propre dans la mesure où cette connaissance supposerait qu'il soit encore en possession de la conscience perceptive, donc en vie... c'est d'ailleurs une des propositions du Tétrapharmacum d'EPICURE où il est clairement affirmé « qu'il n'y a rien à craindre de la mort » pour la simple évidence ci-dessus évoquée.

Néanmoins cette crainte perdure et il n'est que de lire les différents récits mythiques de l'Egypte ancienne, des codex Mayas et Aztèques, des légendes Dogons aux croyances des Indiens d'Amérique du Nord, de la Grèce antique aux religions védiques qui conduisent aux religions révélées pour se rendre compte du caractère éminement « consolatoires » de ces récits et des doctrines qui les fondent. En effet, ce ne sont que félicités terrestres magnifiées, fleuves de lait et d'ambroisie, femmes éternellement magnifiques, herbages abondants et magnificence du Père auprès duquel l'Homme sera éternellement installé.

On voit par là-même le caractère fantasmé de ces espoirs placés dans un ailleurs insaisissable et qui implique un principe permanent susceptible d'établir le lien entre ce monde de misères et l'avenir merveilleux promis mais... ailleurs et plus tard. Ce sera le Soi, le soi, l'Atman, l'Ame, la Conscience du tréfonds avec son cortège de jugements, de pesée de l'âme, de jugement dernier et d'acquisitions de mérites, soit pour siéger à la droite du Père soit quitter le cycle des renaissances perpétuelles, là encore transposition de nos habitudes évaluatrices dans un monde idéal permettant de supporter et éventuellement subir les tracasseries et vicissitudes du monde physique réel.

Disons-le de suite pour n'avoir pas à le répéter. Ces perspectives sont des billevesées, des contes pour enfants, des promesses fallacieuses qui n'engagent que ceux qui les entendent et les croient, des moyens de domination des hommes sur les hommes, et pour certaines d'entre elles, sur les femmes de préférence, à tel point d'ailleurs que dans l'incapacité de se justifier leurs laudateurs en appellent à la foi qui, dit-on, déplace les montagnes et si l'on n'y prend garde nous ferait voir un carré comme un cercle.

Cependant l'ensemble de ces mythes a pour caractère et résultat observable de maintenir un semblant d'ossature commune à l'organisation sociale reposant sur la causalité de la récompense comme moteur de l' action humaine, même et surtout vers un au-delà de la vie.

Il s'agit donc d'en démontrer le caractère fallacieux par la ré-affirmation de l'Interdépendance qui permet d'en finir avec ces mythes de récompense sans pour autant dé-responsabiliser l'Homme de ses actions. Le principe en est simple. Dans la mesure où toutes choses sont reliées et interconnectées, la moindre pensée/action de l'homme est immédiatement et instantanément connaissable et convertie en potentiel informationnel, utilisable consciemment et/ou inconsciemment au gré des circonstances particulières. Comment pourrait-il en être autrement d'ailleurs? car si tel n'était pas le cas! Où serait cette action/pensée si ce n'est dans ce présent en acte?

En 1984, à l'Université d'Orsay, le physicien Alain ASPECT a réalisé une expérience(1) qui démontre sans contestation possible la transmission instantanée d'information entre deux objets distants l'un de l'autre d'une distance telle que précisément l'information émise vers l'un ne puisse parvenir à l'autre via la vitesse de la lumière considérée comme un absolu infranchissable et indépassable. Outre, qu'en l'occurence cet absolu fut dépassable, l'expérience démontre ainsi la corrélation immédiate des informations transmises sans le support matériel des photons lumineux au sein de ce que les physiciens nomment : fonction d'ondes; mais elle prouve surtout, au niveau local, la disponibilité immédiate et instantanée de la totalité des informations sans cesse enrichies et ré-actualisées au fil de l'expérience quotidienne. En fait, il n'y a pas transmission d'un point A en un point B mais présence simultanée de deux états révélés par l'expérimentateur.

Quelle signification cette expérience revêt-elle? Elle permet de penser que les bienfaits/méfaits d'une pensée/action SONT immédiatement parties constitutives au sein de la fonction d'ondes que l'Homme représente en tant que présence active et a-causale; elle implique qu'il n'est nul besoin d'attendre la fin d'un cycle, une renaissance fantasmée et/ou une résurrection hypothétique pour bénéficier, à l'issue d'un temps dont la Relativité Générale nous apprend qu'il n'est pas uniforme, une quelconque récompense qu'aucun espace-temps ne permet d'envisager sérieusement.

Ainsi donc, dans la mesure où la loi de causalité est ici inopérante, une pensée/action est sa propre satisfaction, sans retard ni discontinuité spatio-temporel dans l'ainséité de l'Univers où chaque instant détient complètement l'existence (Maitre Engo KOKUGEN). Reconnaître cela est la réalisation sans fin de la bouddhéité qui se renouvelle sans cesse et renvoie aux archaïsmes de la pensée les perspectives d'un futur magnifié à partir et autour de l'Ego.

Il est donc grand temps de vivre chaque instant, non pas comme quelque chose qui passe, mais comme un coup de foudre, une surprise à laquelle on ne s'attendait pas, une baffe en pleine G..... mais sans tendre l'autre joue, une joie ou une douleur qui surgit abruptement, bref, comme si c'était la PREMIERE FOIS… sans attendre la seconde.

L'Homme aura donc vaincu la mort (ainsi d'ailleurs que la naissance et son karma positif ou négatif), la mort objet, la mort fantasmée, la mort destination, la mort lieu de passage, en réalisant, à chaque instant qui passe, l'instantanéité globale de l'existence où la vie et la mort, l'apparaître et le disparaître ne se font pas obstruction mais se réalisent, chacune dans son ordre, à l'instar de la buche et de la cendre... en pleine responsabilité. Une fois mort, l'Homme ne renaitra pas, comme la cendre qui une fois refroidie ne redeviendra jamais buche... jamais et nulle part. Il n'en a nul besoin; il a réalisé son visage originel, celui qu'il avait avant la naissance de ses propres parents.(2)

(1)Descriptif succint du protocole expérimental de l'expérience d'Alain ASPECT – Un canon double à photons; deux polarisateurs qui vont enregister le nombre de photons reçus et leur caractéristiques. Le canon envoie en direction des polarisateurs, à chaque fois, une paire de photons dits « intriqués » dans des directions opposées, chacun d'entre eux se voyant impulser une rotation (spin) à gauche ou à droite. En cours de route, l'expérimentateur modifie la rotation d'un des photons et l'on observe que l'autre photon modifie immédiatement sa propre rotation avant d'arriver au polarisateur qui l'enregistre en constatant le changement d'état entre l'envoi et la réception.

(2)NAGARJUNA – Hommage à Manjusrikumarabhuta – verset 18
….Ce n'est rien qu'un artifice de l'esprit
…......Cette naissance dans un illusoire devenir
…............Dans un monde de bonnes et mauvaises actions
…...................Avec une bonne ou mauvaise renaissance future.


Merci de votre patience - à bientôt -













.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil



Nombre de messages : 6108
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Ven 1 Oct 2010 - 20:55

C'est un bon gros mélange.
Ou on récupère nimporte quels faits scientifiques pour essayer de justifier des choses (croyances ?) qui n'ont pas de rapport avec eux.
Ca ne nous dit toujours pas si oui ou non il y a une vie aprés la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
cébé



Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mar 5 Oct 2010 - 14:18

"Disons-le de suite pour n'avoir pas à le répéter. Ces perspectives sont des billevesées, des contes pour enfants, des promesses fallacieuses qui n'engagent que ceux qui les entendent et les croient, des moyens de domination des hommes sur les hommes, et pour certaines d'entre elles, sur les femmes de préférence, à tel point d'ailleurs que dans l'incapacité de se justifier leurs laudateurs en appellent à la foi qui, dit-on, déplace les montagnes et si l'on n'y prend garde nous ferait voir un carré comme un cercle."



En quoi les propres propos de l'auteur de ces lignes ne méritent-elles pas le même épithète ?


La question que je vous pose est celle-ci: considérez-vous la mort comme un fait F placé dans au moment M où le cerveau ne fonctionne plus ou bien un état E qui commence à ce moment M pour durer un certain temps ? ... après ce temps, la "mort" pouvant être définie comme "sans retour possible" ...

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cervantès



Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mer 6 Oct 2010 - 6:30

Cébé !

Citation : En quoi les propres propos de l'auteur de ces lignes ne méritent-elles pas le même épithète ?

Dans la mesure où tu poses la question, nul doute que tu connaisses déjà la réponse, la tienne bien entendu. Si tu veux bien l'expliciter et me la faire connaître, je tenterai d'y répondre... au mieux.

Citation : considérez-vous la mort comme un fait F placé dans au moment M où le cerveau ne fonctionne plus ou bien un état E qui commence à ce moment M pour durer un certain temps ? ... après ce temps, la "mort" pouvant être définie comme "sans retour possible"

La juxtaposition des moments dans une causalité fictive n'est pas une manière pertinente d'envisager la question de la mort dans la mesure où elle fait partie de la vie. A peine né, la mort est déjà présente et il n'y a aucune raison pertinente d'en faire un moment particulier de fin de vie individuelle, sauf si on se réfère à une philosophie religieuse qui promet à la fin des temps ( ???? ) un paradis ou une cessation des réincarnations.

Si on admet sa présence à tous moments, il est possible de l'envisager comme un processus en acte au travers de 2 poles : l'apparaître et le disparaître que tant l'expérience quotidienne que l'expérience philosophique permet de concevoir, percevoir et comprendre. Le reste et son développement est contenu dans les articles déjà cités. Merci de bien vouloir t'y référer en souhaitant qu'ils te suggèrent d'autres questions.

A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil



Nombre de messages : 6108
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mer 6 Oct 2010 - 9:17

Certaines personnes ont eu des expériences aux portes de la mort.
Ce qui voudrait dire que la mort est un processus et qu'on peut en revenir si on n'est pas assez trop loin. Mais il y a une limite, un point de non-retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
cébé



Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mer 6 Oct 2010 - 15:19

Cervantes!

Comparons les choses avec la même clé de lecture, c'est tout ce que je demande! ... n'excluons pas l'une des options au profit d'une autre avec un ton ostentatoire .....


Et si le moment où nous fermons les yeux avec notre dernier souffle n'était que le début d'un processus qui pourrait durer en moyenne 3 jours de notre temps( cf le livre de mort tibétain), sachant que ce temps n'existe plus pour le sujet et que ça pourrait durer ( selon notre perception) quelques secondes à plusieurs années ?
L'intérêt résiderait à savoir ce qui se passe durant ce laps de temps ( temps selon notre perception d'humain vivant) ...

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cervantès



Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Mer 6 Oct 2010 - 15:44

Bien d'accord pour trouver une clé identique. Il me semble tout de même que notre clé à définir serait de clarifier la mort en considérant que le Bardo, même entre deux vies potentielles, manifeste un état de vie et non de mort. D'accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil



Nombre de messages : 6108
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Jeu 7 Oct 2010 - 9:22

On est en train de parler de deux choses :
- Du corps physique qu'on considère comme mort ou comme vivant.
- De l'"esprit" qu'on considère comme conscient (vivant) ou comme non-conscient (mort).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
cervantès



Nombre de messages : 252
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Jeu 7 Oct 2010 - 12:48

Non ! On est en train de parler de la VIE

Tu le dis très bien « … on considère ... », ce qui revient à dire que la Vie, la Mort, le Corps, l'Esprit, le Conscient, le non-conscient n'ont d'existence que par rapport à la philosophie, la religion, l'idéologie qui les explicite et les justifie essentiellement... les « considère » en quelque sorte.

Le problème reste ouvert cependant, même si pour moi, ce n'est pas un problème
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
citoyen du monde



Nombre de messages : 378
Age : 43
Localisation : dans mon tonneau
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Jeu 7 Oct 2010 - 21:50


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lemondeenquestions.forumactif.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la vie apres la mort   Aujourd'hui à 10:10

Revenir en haut Aller en bas
 
la vie apres la mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Divorcé(e)s remarié(e)s apres la mort du premier epoux (première épouse)
» Vivre apres la mort de son enfant (de Josette Gril)
» vie apres la mort
» Qu'est ce qu'il y a apres la mort
» faire la promesse de ne pas se remarier apres la mort de l'epoux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: PHILOSOPHIA :: Croyances-
Sauter vers: