Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les romains débarquent sur Thessalie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mastergift



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 08/12/2005

MessageSujet: Les romains débarquent sur Thessalie...   Sam 10 Déc 2005 - 2:16

L’aube était à peine arrivée, des Romains débarquaient de trirèmes sur une plage tout près de Thessalie. Les habitants des villages côtiers de cette terre pouvaient voir quatre énormes vaisseaux romains pointant leur nez à l’horizon. Un reflet plutôt inquiétant à la ligne parfaitement droite que formait habituellement l’océan. Les quatre vaisseaux avaient fière allure avec leurs voiles rouge et blanche fouettant l’air frais du matin. Et que dire de la coque, dorée comme la peau de la plus belle des femmes tout en portant divers boucliers. Un jeune enfant avait à ce moment décidé de relever les yeux de son château de sable quelques instants. Assis sur la plage, il étudia les navires. Il admirait la parfaite coordination de leurs rames qui émergeaient de l’eau dans un parfait mouvement digne des plus belles danses. L’enfant n’avait aucune idée de ce que pouvaient bien être ces bateaux, et en réalité il ne s’en souciait guère, le sable demeurait pour lui, beaucoup plus important. Il était hypnotisé par les mouvements de l’eau, son regard errant au loi il réalisa soudainement que les navires n’étaient plus qu’à quelques mètres de lui. Ils avançaient à une vitesse effarante. Peut-être pourrait il avoir la chance d’apercevoir son propriétaire… Les quatre navires accostèrent sur la rive et d’un seul mouvement, les rames se rangèrent dans ceux-ci, le rythme était parfait, la coordination demeurait mère des gestes. Le petit enfant était beaucoup trop fasciné par ces hommes pour s’apercevoir du danger qu’ils représentaient. S’il avait été un peu plus conscient peut-être serait-il, partit alerter les villages de cette terre, mais qui peux bien blâmer un enfant ? Des quatre navires sortirent 31 romains. La plupart de ces guerriers semblaient expérimentés et en bonne forme. Leurs armures dorées brillaient au soleil au même titre que leurs épées flamboyantes et serties de gemme. Les insignes des hauts gradés qu’ils arboraient fièrement sur leur poitrine signalaient l’importance de ces guerriers. Mais même avec ces indices, le petit garçon n’était pas capable de diriger son regard ailleurs que sur ces hommes en armure d’or. Le chef prit alors la parole, il avait une voix étrangement rude et forte, surprenante pour quelqu’un de son âge :

- Centurions, Légionnaires, amis, voici enfin la terre avec laquelle César nous récompense de nos nombreuses années de loyaux services. Une terre qui demeure la notre afin de compenser pour les années perdues à nous battre loin des notres. Nous pourrons enfin nous pourrons goûter aux plaisirs de la vie de retraité. Vins, bonnes chairs et plaisirs charnels sont au rendez-vous dans cette contrée majestueuse. Mais nous pourrons sans doute nous divertir avec quelques duels contre les hommes des divers villages.

D’une seule voix, les guerriers lancèrent une exclamation de joie. Ils pensaient pourtant pouvoir se reposer sur cette terre. Un repos bien mérité après avoir enfin réussi à vaincre ces satanés Gaulois. Mais ils avaient fini par avoir raison d’eux. Ils avaient enfin vaincu le village gaulois. Débarquant leur marchandise et déchargeant leurs navires, ils ne réalisèrent jamais qu’ils avaient un petit admirateur à quelques mètres à peine d’où ils se situaient. Il ne les dérangeait d’ailleurs pas, car peu importe se que le petit homme pourra voir, il n’y aura jamais aucun mot assez fort pour exprimer comment ces romains était. Ce n’est que quelques heures plus tard que le petit homme fut retrouvé sur la plage. En position assise les yeux perdus dans le néant, personne ne put dire se qu’il avait vu exactement, mais tous reconnurent là un signe que leur vie changerait maintenant à jamais. Le petit garçon ne portait aucune marque de coups, c’était comme si on lui avait simplement retiré la vie pour la rendre à quelqu’un d’autre. Peut-être que si ce petit garçon avait eu le bon sens de quitter cette plage lorsqu’il avait aperçu les vaisseaux il aurait été encore en vie. Peut-être ceci aurait également empêché ces Romains de progresser. Peu importe se qui c’était passé se soir là, tous s’entendirent pour dire que se devait être effrayant…
Les Romains progressaient de plus en plus vite vers le sud de l’endroit ou ils avaient accosté. Ils devaient se rendre à quelques centaines de kilomètres où il devrait établir un premier village. Ils chantaient diverses chansons parlant de la gloire romaine et relatant les exploits de ses centurions d’élite. Arrivés à destination, ils trouvèrent un autre village côtier vivant principalement de la pêche. Les Romains étaient visiblement contrariés, car ils s’attendaient à trouver une terre vide. César leur avait promis une terre pour se reposer. Ils avaient tous consenti à prendre leur retraite après tout. Alors pourquoi César leur avait donné un endroit ou d’autres hommes y vivaient? Enfin, ils ne prirent pas le temps de connaître les véritables raisons de ceci. Voyant en ce village à la fois menace et des voleurs de terre, ils tirèrent leurs armes. En bons Romains qu’ils étaient, ils encerclèrent le village et chargèrent à la bonne vieille façon. En quelques heures à peine, la place avait été raillée de la carte. Un légionnaire de rapport se dirigeait vers la tente de Processus pour lui faire son rapport. Processus était le chef des centurions retraité. Le bilan: 187 morts pour les villageois sur un village qui en comprenait 190 et 0 mort chez les Romains. Les 3 survivantes étaient des femmes spécifiquement choisies pour leur beauté. Après tout, n’étaient-ils pas venue ici pour se reposer et se payer du bon temps ? De ceci, Processus tira ces propres conclusions qu’il alla tout de suite exposer à ces compagnons :

- Chers amis légionnaires, nous sommes venues ici en pensant que César allait nous donner une terre pour se reposer. Mais nous avons eu tort. Il nous a envoyés ici afin de continuer ce que nous avions commencé à Rome. Nous avons passé plus de 10 années de notre vie à essayer de rayer ces Gaulois de la carte. Nous avons bien mérité notre repos. Mais vous avez vu la manière dont ces hommes se sont défendus ?

Il y eut des murmures d’affirmations puis Processus continua :

- Mes frères, il est maintenant temps de refaire notre réputation ici même. Nous devrons nous tailler une place sur cette terre à l’aide de notre lame comme nous l’avons faite avec ces Gaulois. Continuons ici ce que nous avons débuté dans notre bon pays. Les batailles, l’odeur douce du sang, et dites vous bien qu’ici demeure un paradis…

Car il n’y aura pas CETTE SATANÉE POTION MAGIQUE PAR TOUTATIS !!!



Un Drow sorti alors de nul part devant les Romain stupéfait... Il regarda alors vers la tente de Processus... Il y entri sans que aucun garde ne puisse l'arrêter et le but n'était pas de le stopper... À l'arrivé du jeune Drow Processus resta calme... Il ne dit rien.

Je suis Maxdnj Un Ménestrels qui a tout vu de ce massacre... Je suis normalement pacifique, mais vous n'avez pas l'air de l'être. Mais premièrement qui êtes vous c'est la première fois que je vois des gens comme vous sur ces belles terres qui sont celle de Thessalie...

Maxdnj resta devant lui en espérant une quelquonque réponce de la part de Precessus...



Xerd, le petit insecte qui avait Kthun à sa botte vint en volant de son unique oeuil dans un bruit pénible. < bzzzzz >

- Pacifique, Maxdnj ? Mais allez dire cela au Seigneur surnommé Bobo la Mort dont mes légions se sont alliés. Kthun m'a rapporté voir des légions inconnus sous votre bannière pendant son assaut. Bref, ce n'est qu'un détail. Ce qui m'interesse le plus sont les ambitions de ces "Romains", venus d'on ne sait où.

Si ces derniers avaient quelconque désir de terasser définitivement les Anathoïs de Thessalie, qu'il sache qu'il pourront être à nos côtés ou en face de nous. La neutralité ne peut s'imposer avec de tels aquis, sauf si je juge que la réponse du légionnaire est la bonne.

Sur ce, bonne journée !

Et l'insecte géant s'éloigna...


Comme toujours, enveloppé de sa cape rouge. Processus arriva sur les lieux.

- Pour vous répondre cher Kthun, nous, romains, ne pouvons venir d'autre par que de Rome bien sûr.

- César lui-même nous a donné cette terre. Jusqu'à notre arrivée en Thessalie nous croyons qu'elle était inhabitée. Malheureusement et contre nos attentes, Thessalie est bien habitée par de nombreux Anathoïs. Pour le moment, nos objectifs sont donc de se créer une place en ce vaste territoire.

Quelques instants après son élocution Processus quitta l'endroit



Après avoir chacun prit possession de leur terres, les Romains se regroupèrent pour tenir conseil.

Le fait de n'être pas là où ils le désiraient était accepté de tous. Sans doute cette terrible et étrange tempête qui les avait surpris alors qu'ils faisaient voile vers la Thessalie, une province romaine depuis longtemps pacifiée, était la cause de cette nouvelle destination

Aucun des centurions ne put expliquer cela, se croyant l'objet d'un amusement particulièrement cruel des dieux, ils sacrifièrent une dizaine des plus beaux taureaux qu'ils Possédaient. Le grand prêtre de Jupiter, cru décerner dans les entrailles qu'ils avaient franchit un passage vers un autre monde durant la tempête. Ce passage s’était ouvert suite à un événement apocalyptique d'une intensité stupéfiante qui avait presque détruit la totalité des royaumes et habitants de ce nouveau monde.
Cette nouvelle glaça le sang des officiers romains et leur cœur se serra. Reverraient- ils un jour leur belle et douce Rome?

Renouer contact avec Rome était alors leur désire le plus cher. Et à la perspective de faire un triomphe à Rome pour avoir découvert un nouveau monde, ils s'emplirent de fierté, et se dirent que s'ils étaient là, c'est que leurs dieux en avaient décidé ainsi.
Comme tous vrais soldats romains, les centurions étaient des bâtisseurs, ils ne tardèrent pas à établir des villes, construisirent des routes qui les reliaient et des aqueducs pour les approvisionner en eau.
Ils eurent besoin de nombreux esclaves pour les travaux titanesques qu'ils entreprenaient et les trouvèrent chez les indigènes qui venus avec des intentions agressives, furent vite impressionnés par l’organisation romaine…

Ils prêtèrent une grande attention à l’établissement de villes portuaires pour le commerce mais surtout pour effectuer de fréquentes explorations navales dans l'espoir de retrouver un passage vers leur terre natale.

C'est ainsi que les lumières civilisatrices de Rome s'étendirent par delà les mondes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les romains débarquent sur Thessalie...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettres aux Romains (Textes et avec audio)
» Cherche images de costumes de théâtre élisabéthain et de vêtements romains antiques
» Alors quelques explications... Pourquoi les romains n'étaient pas les ennemis du christ.
» DYRHAM / DEORHAM, le dernier combat des Britto-romains
» histoire de la piété mariale chez les catholiques romains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: Art :: Littérature-
Sauter vers: