Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Voyage en Hongrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gérard

avatar

Nombre de messages : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 21/01/2005

MessageSujet: Voyage en Hongrie   Lun 24 Jan 2005 - 16:16

Le vieillard des archives.

Que cherche donc ce vieillard, au déclin de sa vie
Dans ce lieu poussiéreux, sous l’éclairage blafard
Où l’atmosphère chargée du silence de l’oubli
Distille sournoisement des idées noires

Que se cachent-ils donc dans ces registres jaunis
Que ses yeux délavés s’efforcent entrevoir
Recherche-t-il des bribes de sa jeunesse finie
Ou son esprit chagrin nourrit d’autres espoirs

Ses mains tremblantes tendent comme vers un trésor
Pour atteindre un des dossiers, que plus personne ne lit
Seules richesses que recèlent ces tristes décors
Que des rares visiteurs peuvent mettre à profit

Parfois il dépose sur une table bancale
Un épais document que ses mains noueuses
Dépouillent fébrilement, comme la lettre d’un rival
Pour le remettre en place, d’une manière rageuse

Ses pas mal assurés le conduisent chaque jour
Dans l’endroit sordide où il erre solitaire
Parmi les rayonnages surchargés d’histoires
Pour percer les secrets d’un ultime mystère

Il cherche en vains depuis des mois
Dieu sait quel trésor dont il détient la clef
Il est devenu le maître de cet endroit
Discret et immuable comme l’ombre du passé

Le temps n’altère pas sa volonté farouche
Sa rancœur de la veille redevient espoir
D’où vient-il, que cherche-t-il, personne ne le sait
Mais tous ceux qui le croisent espèrent le revoir

Gérard Filep
Le 8 août 2002

Les violons de Pest.

Dans les rues piétonnes, des touristes nonchalants
Perçoivent de loin les violons qui pleurent
Mais leur insouciance les laisse indifférents
Aux appels indiscrets des sons lascifs qui meurent

A l’entrée de la place avec des gestes lents
Des doigts décharnés recherchent les sons justes
Sur un vieux violon éprouvé par le temps
Où l’archer hésitant peine sur des cordes frustes

Son chapeau à ses pieds, le regard perdu
L’homme ose à peine observer les passants
Son sourire gêné est une main tendue
Qui tente conjurer la misère du présent

Des badauds dédaigneux jettent un clin d’œil furtif
Et déposent leurs oboles avec ostentation
D’autres se détournent gênés comme des fautifs
Portant leur attention dans une autre direction

L’autre côté de la place s’exhibe un jeune talent
Son instrument profère des mélodies rageuses
Pour réveiller les consciences somnolentes
Des indolents à l’abri de richesses tapageuses

La jeune virtuose, dans la fleure de son âge
Joue depuis des heures en vains, mais elle s’entête
Son amertume retenue reflète bien d’avantage
Une diatribe cinglante qu’une quelconque requête

En ce lieu, les tourments du destins ont réuni
Le vieillard résigné et la jeune ingénue
Ils recherchent ici, au carrefour de leur vie
Quelques réconforts à l’ombre d’illusions perdues

Gérard Filep
Le 21 juillet 2002
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gerardfilep.stools.net
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: Voyage en Hongrie   Lun 24 Jan 2005 - 20:34

Merci Gérard!
Je retrouve avec plaisir ces vers porteurs de tant d'espoir.
J'aime particulièrement "les violons de Pest" et chaque fois que je croise un musicien de rue, je repense à ce poème.
Et j'avais aimé ce poème parce qu'il me faisait souvenir d'une flûte traversière entendue dans le jardin de la cathédrale Notre Dame, à Paris ... Smile
.. de souvenirs en souvenirs, la boucle est bouclée.
Et cette boucle se retrouve magnifiquement dans ce poème! la jeune fille pleine de rage contenue fait le contrepoint au vieux musicien résigné ...
... ils se complètent l'un l'autre et en même temps marquent le tempo du sable qui s'écoule inexorablement : l'un s'estompe et l'autre s'installe insolemment.
La musique, elle, reste immuable.

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Voyage en Hongrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyage au cœur des Crop-circles
» Voyage virtuel univers Celestia
» Pierres pour le voyage astral
» post des organisateurs de voyage débutants: le retour
» Volcan de Hongrie et mine de charbon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: Art :: Littérature-
Sauter vers: