Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Q.I.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Pizza Man



Nombre de messages : 2255
Localisation : Santa Cruz - California
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Jeu 13 Sep 2007 - 21:18

Je crois savoir de quelles substances chimiques il est question. Le chrome entre autres choses...

On peut également noter les mêmes substances chimiques sécrétées par le cerveau quand nous sourions, quand nous sommes sous l'effet d'un amusement ou en présence d'un phénomène qui nous rend joyeux. Ce n'est donc pas propre au sentiment amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 5:53

Pourquoi refuser d'étudier ce qui, dans l'amour, est commun à tout le monde ?
Et cela sous prétexte qu'il existe une partie qui serait strictement personnelle ?

C'est comme si on refusait de mesurer le poids des gens sous prétexte que chacun mange des choses différentes.

D'ailleurs absolumlent rien ne prouve que notre profil psychologique "strictement personnel" n'est pas en fait quelque chose de tout à fait étudiable, que l'on peut "mettre en équation" et qui suit des lois générales que l'on pourrait établir.

Penser que chaque personne est unique et que l'on ne peut donc pas y trouver de lois générales n'est qu'une croyance.
De même que chaque objet "unique" n'est jamais qu'un agencement particulier de molécules, chaque personnalité "unique" n'est peut-être que l'agencement particulier d'entités discrètes que l'on peut parfaitement étudier.

Nous serions donc tous diférents non pas par nature mais de par une combinaison personnelle d'éléments psychiques qui, pourtant, seraient les mêmes chez tous.

Pourquoi donc les sensations personnelles ne pourraient-elles pas être réduites à des éléments généraux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Wolmar

avatar

Nombre de messages : 673
Age : 35
Date d'inscription : 17/08/2007

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 8:21

atil a écrit:
Pourquoi donc les sensations personnelles ne pourraient-elles pas être réduites à des éléments généraux ?
Parce que le réductionnisme que cela suppose ( du particulier au général ), revient à abolir la singularité même de l'expérience, ici l'amour. A force de faire grossir les bornes de chaque particularité à la mesure de la généralité "scientifique", on en viendrait à faire grossier concernant l'analyse d'un phénomène dont la finesse est le fond propre. En voulant généraliser pour en tout connaître, on fausserait inéluctablement pour tout en perdre.
En outre, cela s'appelle du scientisme : croire que la méthode de la science est appliquable à tous les objets, prendre la science comme nouvelle idole, et qu'elle est ainsi garante de résultats partout.
Atil a écrit:
C'est comme si on refusait de mesurer le poids des gens sous prétexte que chacun mange des choses différentes.
Tu me sers l'argument toi-même : on saurait le poids des gens, non ce qu'ils ont mangé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 9:25

Notez que le réductionnisme en physique est un échec : il y a des phénomènes qui se sont pas réductibles à l'étude de leurs constituants. Le temps fait partie de ces choses que l'on doit aborder dans leur ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 10:58

Citation :
Parce que le réductionnisme que cela suppose ( du particulier au général ), revient à abolir la singularité même de l'expérience, ici l'amour.

Cela veut dire que l'on considère cela comme faux car on refuse d'affronter en face le fait que l'amour soit une illusion.
Pourtant on accepte bien de comprendre le fonctionnement global d'une machine à "partir de l'intéraction de ses composants. On ne dit pas que cela abolit la singularité de la machine.




Citation :
A force de faire grossir les bornes de chaque particularité à la mesure de la généralité "scientifique", on en viendrait à faire grossier concernant l'analyse d'un phénomène dont la finesse est le fond propre. En voulant généraliser pour en tout connaître, on fausserait inéluctablement pour tout en perdre.
En outre, cela s'appelle du scientisme : croire que la méthode de la science est appliquable à tous les objets, prendre la science comme nouvelle idole, et qu'elle est ainsi garante de résultats partout.

Mais cela n'indique pas du tout que ce que j'ai dit est faux.
Cela indique seulement que cela nous déplait fortement.
ca confirme ce que je disais : il s'agit d'un blocage psychologique.
D'ailleurs ce que j'ai expliqué n'est autre que ce qu'explique le bouddhisme : le psychisme individuel humain n'est qu'une sorte d'illusion composée par un aggrégat d'éléments psychiques distincts. Mais cela fait horreur à l'occidental .. ou plutôt à son Ego.



"Tu me sers l'argument toi-même : on saurait le poids des gens, non ce qu'ils ont mangé..."

>>>>>Mesurer le poids des gens et mesurer leur amour ca revient au même.
On sait bien que le poids correspond à plein d'éléments différents qui ont été ingérés (et que l'on pourrait essayer d'étudier séparément). De même pour l'amour : il est composé de pleins d'éléments diversement agencés selon les gens. Et ces éléments pourraient être étudiés ... si on admettait que l'amour n'est pas un bloc monolithique. inanalysable.



----------------------------------------

Citation :
Notez que le réductionnisme en physique est un échec : il y a des phénomènes qui se sont pas réductibles à l'étude de leurs constituants. Le temps fait partie de ces choses que l'on doit aborder dans leur ensemble.

On ne sait pas ce qu'est le temps. Donc il est inutile de le prendre en exemple.
D'ailleurs certaines théorie lui,donne une nature quantique, donc discintinue. Qui sait si on ne pourra pas étudier un jour des "grains de temps" ?
Ca me fait penser à l'argument de certains religieux : "On n'a pas encore découvert le chainon manquant entre le singe et l'homme donc ca prouve que le darwinisme est un échec !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Wolmar

avatar

Nombre de messages : 673
Age : 35
Date d'inscription : 17/08/2007

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 12:02

Atil a écrit:
Pourtant on accepte bien de comprendre le fonctionnement global d'une machine à "partir de l'intéraction de ses composants. On ne dit pas que cela abolit la singularité de la machine.
Je me permet juste de remarquer que la petite différence entre une machine et un être humain, c'est que ce dernier est conscient...

Atil a écrit:
Ca confirme ce que je disais : il s'agit d'un blocage psychologique.
D'ailleurs ce que j'ai expliqué n'est autre que ce qu'explique le bouddhisme : le psychisme individuel humain n'est qu'une sorte d'illusion composée par un aggrégat d'éléments psychiques distincts. Mais cela fait horreur à l'occidental .. ou plutôt à son Ego.
Je pourrais longuement dire autant d'un blocage psychologique qui consiste à refuser en soi une série de contradictions propre à son psychisme... Problème d'Ego bien davantage, pour un principe qui, se croyant souverain et en concorde avec lui-même, se voit profondément mû par des tendances multiples, complexes et antagonistes.
Atil a écrit:
"Tu me sers l'argument toi-même : on saurait le poids des gens, non ce qu'ils ont mangé..."

>>>>>Mesurer le poids des gens et mesurer leur amour ca revient au même.
On sait bien que le poids correspond à plein d'éléments différents qui ont été ingérés (et que l'on pourrait essayer d'étudier séparément). De même pour l'amour : il est composé de pleins d'éléments diversement agencés selon les gens
Ce que je signifiais, c'est qu'en effet à vouloir mesurer un principe tel l'amour, on risque bien d'obtenir des résultats de description du phénomène ; mais seulement externes. Or, connaître la fluctuation intime de ce sentiment serait le réel objet d'étude sucsitant l'intérêt... mais par nature,c'est impossible totalement.
Atil a écrit:
si on admettait que l'amour n'est pas un bloc monolithique. inanalysable.
C'est en effet tout le contraire d'un bloc monolithique !...
Je ne partage ainsi pas l'extrêmisme romantique, qui voudrait que tout l'amour soit non-analysable, ni l'extrêmisme scientiste, qui voudrait que l'amour tout entier soit mesurable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 13:54

Atil a écrit:
Citation :
Notez que le réductionnisme en physique est un échec : il y a des phénomènes qui se sont pas réductibles à l'étude de leurs constituants. Le temps fait partie de ces choses que l'on doit aborder dans leur ensemble.

On ne sait pas ce qu'est le temps.
Ontologiquement non, mais phénoménologiquement on sait assez comment ça fonctionne et c'est à peu pareil pour tous les concepts scientifiques ... Et si ça te démange vraiment, remplace temps par irréversibilité ou croissance d'entropie, c'est la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 20:06

Citation :
Je me permet juste de remarquer que la petite différence entre une machine et un être humain, c'est que ce dernier est conscient...

>>>>>>>Une voiture est également une machine .. et il y a un être conscient dedans.
La présence de ce conducteur conscient n'empèche pas de comprendre le fonctionnement de la voiture à partir de ses composants.




Citation :
Je pourrais longuement dire autant d'un blocage psychologique qui consiste à refuser en soi une série de contradictions propre à son psychisme... Problème d'Ego bien davantage, pour un principe qui, se croyant souverain et en concorde avec lui-même, se voit profondément mû par des tendances multiples, complexes et antagonistes.

C'est la exactement le même problème : nos contradictions internes démontrent bien que nous ne sommes pas d'un seul bloc mais que nous sommes constitués de parties distinctes qui ne sont pas toujours assemblées harmonieusement. On peut donc "démonter" notre psychisme pour essayer de comprendre comment il est composé.




Citation :
Ce que je signifiais, c'est qu'en effet à vouloir mesurer un principe tel l'amour, on risque bien d'obtenir des résultats de description du phénomène ; mais seulement externes. Or, connaître la fluctuation intime de ce sentiment serait le réel objet d'étude sucsitant l'intérêt... mais par nature,c'est impossible totalement."

>>>>>>>Pourquoi "par nature" ?
N'est-ce pas la encore un à-priori ?
Je parlais de mesurer l'amour ... mais cela peut aussi vouloir dire mesurer chacun de ses composants.
Et puis il y a une autre chose à faire que mesurer : on peut aussi étudier comment les composants s'agencent logiquement entre eux. La mesure ne suffit donc pas.




Citation :
C'est en effet tout le contraire d'un bloc monolithique !...
Je ne partage ainsi pas l'extrêmisme romantique, qui voudrait que tout l'amour soit non-analysable, ni l'extrêmisme scientiste, qui voudrait que l'amour tout entier soit mesurable.

>>>>>>>Par exemple on a repéré les horrmone qui, chez les mammifères (dont l'homme), dirigeaient l'une de ses composantes : la fidèlité. Ce sont la vasopressine et l’ocytocine.



-------------------------------------

Citation :
Ontologiquement non, mais phénoménologiquement on sait assez comment ça fonctionne et c'est à peu pareil pour tous les concepts scientifiques ... Et si ça te démange vraiment, remplace temps par irréversibilité ou croissance d'entropie, c'est la même chose.

>>>>>>>>Ca revient au même que si je regarde une machine et que je comprends ce qu'elle fait sans comprendre comment fonctionne son mécanisme interne.
Je ne peut absolument pas en conclure qu'il est impossible à tout jamais d'étudier ses rouages et qu'on ne peut la comprendre que globalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 20:45

Atil a écrit:
Citation :
Ontologiquement non, mais phénoménologiquement on sait assez comment ça fonctionne et c'est à peu pareil pour tous les concepts scientifiques ... Et si ça te démange vraiment, remplace temps par irréversibilité ou croissance d'entropie, c'est la même chose.

>>>>>>>>Ca revient au même que si je regarde une machine et que je comprends ce qu'elle fait sans comprendre comment fonctionne son mécanisme interne.
Je ne peut absolument pas en conclure qu'il est impossible à tout jamais d'étudier ses rouages et qu'on ne peut la comprendre que globalement.
Rien à voir, je te parle de propriétés émergentes qu'un système possède, et qui sont absentes des parties. Ça n'a aucun rapport avec une méconnaissance des parties, bien au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pizza Man



Nombre de messages : 2255
Localisation : Santa Cruz - California
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 20:56

Alors tu considères que l'amour est un système dont les propriétés sont émergentes, après avoir été totalement absentes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 21:08

Je pense que les sentiments sont des phénomènes émergents, de même que la conscience en général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 21:47

Citation :
Rien à voir, je te parle de propriétés émergentes qu'un système possède, et qui sont absentes des parties. Ça n'a aucun rapport avec une méconnaissance des parties, bien au contraire.

Les propriétés émergentes n'apparaissent pas par magie.
Elles sont le résultat de l'intéraction entre les parties.
Il faut donc connaitre ces parties PLUS les articulations logiques entre elles.
C'estn, certe, plus difficile à cétudier que les parties seules ... mais pourquoi cela serait-il impossible ?

--------------------------------



Citation :

Je pense que les sentiments sont des phénomènes émergents, de même que la conscience en général.

Le concept d'émergence est actuellement un concept pratique pour expliquer tout ce qu'on ne comprend pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Ven 14 Sep 2007 - 22:12

Le réductionnisme est actuellement une position pratique pour faire croire à la simplicité des choses complexes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 6:20

Je ne dis pas que le réductionnisme est applicable partout (au niveau quantique il semble perdre pieds par exemple).
je dis simplement qu'il faut cesser de le fuir partout ou il se trouve sous prétexte qu'il désanchante notre vision du monde.
Nous fait-il donc si peur que ca ? Menace-t-il donc tant que ca nos rêves idéalistes et new-ages ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 6:26

Bizarrement les explications réductionnistes ne commencent à nous déranger que lorsqu'elles sont appliquées à l'homme.
C'est donc bien notre orgueil qui fait barrage.

Lorsque les anti-darwiniens refusent que la théorie de la sélection naturelle soit appliquée à l'homme c'est parcequ'ils estiment que c'est la un dangereux réductionnisme qui menace leur vision religieuse de l'âme humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Wolmar

avatar

Nombre de messages : 673
Age : 35
Date d'inscription : 17/08/2007

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 8:38

Je pense que l'on peut, comme j'ai dit, tout à fait aussi mettre en cause un discours qui, pour se persuader de sa puissance conceptuelle, n'hésite pas à réduire (c'est le mot) l'objet de son étude. Quel manque d'humilité que ce déni d'ignorance face aux phénomènes ! Du moins, la plupart des scientifiques sérieux de nos jours savent, parce qu'ils sont aussi épistémologue, que leur connaissance est relaive, grossière, incomplète. Et heuresement pour la science ; comme dirait l'autre, la certitude est la plus farouche ennemie de la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 9:29

Atil a écrit:
Je ne dis pas que le réductionnisme est applicable partout (au niveau quantique il semble perdre pieds par exemple).
Ah bon ? Parce que bon, étudier le quantique, l'extrêmement petit, le minuscule, le fondamental, ça correspond à quoi pour toi, sinon à un domaine exploitable par le réductionnisme ? Smile

Atil a écrit:
je dis simplement qu'il faut cesser de le fuir partout ou il se trouve sous prétexte qu'il désanchante notre vision du monde.
Il faut le fuir là où il semble inadéquat, point barre. Le fait même que la nature soit ordonnée et étudiable est déjà un enchantement sans mesure, on n'a pas besoin d'avoir recours à des idéologies déconnectées de la réalité pour sauver son plaisir.

Atil a écrit:
Bizarrement les explications réductionnistes ne commencent à nous déranger que lorsqu'elles sont appliquées à l'homme.
C'est donc bien notre orgueil qui fait barrage.
Faut pas tout confondre :
- La thermodynamique, ça concerne l'homme ... ?
- L'homme c'est quoi ? C'est aussi un système naturel extrêmement complexe aux nombreuses interactions en son sein, pas étonnant que des phénomènes émergents y naissent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pizza Man



Nombre de messages : 2255
Localisation : Santa Cruz - California
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 13:57

Citation :
Ah bon ? Parce que bon, étudier le quantique,
l'extrêmement petit, le minuscule, le fondamental, ça correspond à quoi
pour toi, sinon à un domaine exploitable par le réductionnisme ?

C'est de la mauvaise foi, ça :)



Citation :
(...) on n'a pas besoin d'avoir recours à des
idéologies déconnectées de la réalité pour sauver son plaisir.

<o> Vouer un culte comme tu le fais au concept de l'émergence pour sauver ton «enchantement sans mesure», par-exemple.



Citation :
L'homme c'est quoi ? C'est aussi un système
naturel extrêmement complexe aux nombreuses interactions en son sein,
pas étonnant que des phénomènes émergents y naissent.

Tout système peut être considéré complexe tant que l'on ne connait pas ses mécanismes en profonfeurs. Devrait-on dire que des phénomènes émergents y naissent pour autant, tant que l'on ne comprend pas le système dans son intégralité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 15:49

Wolmar a écrit:
Je pense que l'on peut, comme j'ai dit, tout à fait aussi mettre en cause un discours qui, pour se persuader de sa puissance conceptuelle, n'hésite pas à réduire (c'est le mot) l'objet de son étude.


Pourquoi expliquer le fonctionnement d'un réveil par l'étude de ses rouages devrait-il être considéré comme une vilaine réduction ?
Qui a t-il donc de péjoratif à expliquer le tout par e fonctionnement ou l'intéraction de ses parties ?

Bozarrement ca ne choque pas quands c'est appliqué à un réveil ... mais ca le devient quand c'est appliqué à l'homme !





Citation :
Quel manque d'humilité que ce déni d'ignorance face aux phénomènes ! Du moins, la plupart des scientifiques sérieux de nos jours savent, parce qu'ils sont aussi épistémologue, que leur connaissance est relaive, grossière, incomplète. Et heuresement pour la science ; comme dirait l'autre, la certitude est la plus farouche ennemie de la vérité.

Comment peut-on alors prétendre que le réductionnisme ne s'applique pas à l'homme étant donné que l"on ne connait pas tout, alors ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 16:01

GrosRatNoir a écrit:
Ah bon ? Parce que bon, étudier le quantique, l'extrêmement petit, le minuscule, le fondamental, ça correspond à quoi pour toi, sinon à un domaine exploitable par le réductionnisme ? Smile

Non, mais comment fait-on pour réduire les propriétés d'une particule fondamentale aux propriétés de ses composants, étant donné qu'elle n'en a pas ?




Atil a écrit:
jIl faut le fuir là où il semble inadéquat, point barre. Le fait même que la nature soit ordonnée et étudiable est déjà un enchantement sans mesure, on n'a pas besoin d'avoir recours à des idéologies déconnectées de la réalité pour sauver son plaisir.

Je note que tu emplos le mot "semble".
C'est bien ce que je disais : c'est subjecctif.
Comment fait-on pour décider que le réductionnisme SEMBLE inadéquat dans tel ou tel domaine ?
Qu'on le démontre un peu que le réductionnisme est inadéquat employé à l'amour.
Sinon c'est juste une croyance, une idéologie, un parti-pris, un préjugé.



Atil a écrit:
BL'homme c'est quoi ? C'est aussi un système naturel extrêmement complexe aux nombreuses interactions en son sein, pas étonnant que des phénomènes émergents y naissent.

Je suis tout à fait d'accord : l'homme est bien un système naturel extrêmement complexe aux nombreuses interactions en son sein. Je dis la même chose.
Donc soit je ne suis pas réductionniste, soit cette phrase est réductionniste.

A moins que le réductionnisme consiste à dire que le tout ne correspond qu'à la somme de ses parties ?
Mais ce n'est pas ce que je dis :
Je dis que le tout est composé de parties ET d'une articulation logique entre elles.

Mais dans tous les cas cela implique qu'il existe bien des parties et que celles-ci sont étudiables.

Donc pourquoi n'en serait-il pas de même pour l'amour ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 17:40

Pizza Man a écrit:
Tout système peut être considéré complexe tant que l'on ne connait pas ses mécanismes en profonfeurs. Devrait-on dire que des phénomènes émergents y naissent pour autant, tant que l'on ne comprend pas le système dans son intégralité ?
Grosse confusion entre système peu connu avec système complexe. Mais c'est vrai, je n'ai pas précisé que "complexe" n'était pas à prendre dans un sens vague de tous les jours, susceptible de servir dans le la philo de comptoir du McDo.

Tu sais, le système solaire est très bien connu (gravitationnellement), mais c'est un système complexe.

Atil a écrit:
Bozarrement ca ne choque pas quands c'est appliqué à un réveil ... mais ca le devient quand c'est appliqué à l'homme !
Ben, un réveil n'est pas un système complexe, on ne rate rien à en étudier ses parties ... Mais essaie la même chose pour étudier l'atmosphère, ça déchantera vite.

Atil a écrit:
Non, mais comment fait-on pour réduire les propriétés d'une particule fondamentale aux propriétés de ses composants, étant donné qu'elle n'en a pas ?
Tu sais, à partir du moment où la particule est fondamentale (supposons), c'est qu'on a atteint le noyau à partir duquel tout est déductible (*), c'est qu'on a atteint le but recherché par le réductionnisme ... plutôt que son échec, c'est sa réussite totale Wink

(*) En supposant que le réductionnisme est valable pour tous les systèmes, ce que je désapprouve.

Atil a écrit:
Je note que tu emplos le mot "semble".
Bien sûr, aucune personne compétente sur Terre n'affirmera avec fermeté connaître à 100% la nature pour dire que le réductionnisme n'est pas valable dans tel domaine. Mon vocabulaire ne reflète rien d'autre que mon rejet de touta autorité hâtive, tu ne vas pas me le reprocher quand-même Wink

Atil a écrit:
Comment fait-on pour décider que le réductionnisme SEMBLE inadéquat dans tel ou tel domaine ?
Ben il suffirait d'exhiber un exemple de système complexe qui manifeste des propriétés non-déductibles de ses parties ... En physique, la thermodynamique est l'exemple le plus courant : la croissance d'entropie (liée au fait que le temps s'écoule tjs dans un seul sens) dans un système est inexpliquable à ce jour rien qu'en étudiant les propriétés de ses composantes.

Atil a écrit:
Qu'on le démontre un peu que le réductionnisme est inadéquat employé à l'amour.
1) Si tu demandes une démonstration formelle en faveur d'une position épistémologique voire métaphysique, sais-tu à quel point c'est ridicule ?
2) Mais on a mieux : biologiquement, l'amour n'est finalement qu'une manifestation particulière de l'activité neurale, dont certaines propriétés sont modélisées aujourd'hui, avec succès, par des systèmes complexes dans lesquels ces propriétés sont émergentes. Je pense par hasard à la capacité d'auto-apprentissage, simulée de façon prometteuse par des réseaux de neurones. Les sentiments sont probablement plus compliqués car ils interagissent avec l'extérieur (les stimulis), est-il raisonnable de penser alors que soudainement, les sentiments seraient non-émergents ?

C'est un exemple qui incite à penser que le réductionnisme n'est apparemment pas la bonne voie à suivre. Pour toi qui ne t'engages pas dans ces choses, ça peut paraître non-sérieux. La réalité est que dans l'ignorance, on doit malgré tout choisir une voie à suivre en fonction des bribes partielles de connaissances que l'on a déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 17:56

Atil a écrit:
A moins que le réductionnisme consiste à dire que le tout ne correspond qu'à la somme de ses parties ?
Un peu tard pour demander maintenant la définition du réductionnisme ... pfff.

Le réductionnisme est la position philosophique selon laquelle le comportement de tout système naturel est déductible des propriétés de ses composantes (et bien sûr des interactions entre elles).

Opposé au réductionnisme se trouve le holisme, selon lequel certains systèmes naturels manifestent des comportements non-déductibles des propriétés de ses composantes.

L'exemple didactique est la thermodynamique. Si on est réductionniste, on supposerait que toutes les lois (macroscopiques) de la thermodynamique se déduisent des lois de la physique quantique. Mais c'est impossible à ce jour : les lois quantiques sont réversibles (c.-à-d. que si on inversait le sens du temps, les équations donnent tjs des phénomènes autorisés), alors qu'en thermodynamique, le temps ne peut pas être inversé (car il permettrait des décroissances d'entropie, ce qui est contraire à la 2e loi de la thermo).

Ding ding je vais manger

Même chose pour l'atmosphère ou le système solaire : ce sont des systèmes dont les composantes (l'air, les planètes avec leurs paramètres) obéissent à certaines lois pas trop farfelues, mais rien qu'à partir de ça on ne peut expliquer l'apparition, à grande échelle, du comportement chaotique. Le chaos ne s'observe jamais dans des systèmes simples, uniquement les systèmes complexes; c'est un phénomène émergent par excellence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pizza Man



Nombre de messages : 2255
Localisation : Santa Cruz - California
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 18:35

Citation :
Tu sais, le système solaire est très bien connu (gravitationnellement), mais c'est un système complexe.

Je voulais dire qu'on ne peut expliquer hors de tout doute, avec autant d'auto-assurance que des phénomènes émergent de l'être humain, simplement parce qu'il est complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolmar

avatar

Nombre de messages : 673
Age : 35
Date d'inscription : 17/08/2007

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 18:48

Merci grosratnoir de me venir en aide ; je fais mon possible philosophiquement parlant, toi davantage scientifiquement, mais je crois que c'est peine perdue ! Franchement Atil, en arriver à comparer un être humain et un réveil ! Enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: Q.I.   Sam 15 Sep 2007 - 19:10

Pizza Man a écrit:
Je voulais dire qu'on ne peut expliquer hors de tout doute, avec autant d'auto-assurance que des phénomènes émergent de l'être humain, simplement parce qu'il est complexe.
Tu fais de la complexité une condition suffisante alors que dans tout mon discours, c'est une condition nécessaire. Relis bien ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Q.I.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Q.I.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: PHILOSOPHIA :: Psychologie-
Sauter vers: