Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 1:38

Je ne suis pas particulièrement amateur de Smiles, si cette espèce apparait dans mon message précédent je vous prie de croire qu'il n'en va pas de ma volonté.

Merci de votre compréhension.

Amitiés

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 8:51

je me suis permise d'ôter les smiles intempestifs de ton post précédent

Merci, Guy, de nous donner ces références ...
... bien entendu, elles ne sont pas exhaustives, puisque de nombreux autres penseurs y sont allés de leur couplets personnels, ce que tu soulignes implicitement en parlant de ta sympathie pour Spinoza.

Ce que j'apprécie, chez de tels penseurs, c'est une certaine humilité qui, comme à la fin de ton message, pourrait leur faire dire :
Guy a écrit:
Mais qui suis-je pour me prononcer sur la nature de Dieu ?

... or, cette petite marque d'honnêteté intellectuelle manque très souvent ... question d'ego, probablement.

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 8:55

Le Dieu de Spinoza est la Nature, il est la cause immanente du monde, càd qu'il en est l'origine sans en être distinct (contrairement au Dieu de Descartes) et il est dénué de finalité. J'apprécie particulièrement bien cette "définition" de Dieu.

Pour revenir à la question "Qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?", je suis tenté de répondre : "Moi j'en veux bien, d'ailleurs j'en ai même déjà deux : mon papa et ma maman."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
manu



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 12:22

Juste une question : Combien de millions et de centaines de millions de morts en raison d'un dieu sois disant amour ? --34
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 12:35

Tout acte humain est en raison de l'humain, et non d'un quelconque Dieu. Celui qui décide, c'est toujours l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
manu



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 12:55

Peut être mais toutes les guerres dites saintes ont été faites pour dieu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 15:35

Pour Dieu? .. je crois qu'il y a méprise, là ... si on va au fond des choses, ces guerres dites saintes n'ont que l'amour du pouvoir, de la richesse ou de la puissance pour motif.
Dieu est un prétexte sacré et un sacré prétexte.

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
disciple

avatar

Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 12/07/2004

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 16:12

Merci Guy pour cette intervention.

Je trouve que cela montre d'une part ho combien,la prétention d'approcher la notion de Dieu est assez vaine.Pourquoi ? Parceque Dieu selon aura une définition differente selon untel : Dieu est comme ceci,Dieu est comme cela,il ou "ça" possède tel ou tel caractéristiques ou non,une définition ou non,des qualificatifs,des attributs dit-on.

Alors dans le fond,si on ne sait pas bien de quoi l'on parle,alors pourquoi continue t-on de parler de Dieu ?
Lorsqu'on parle de Dieu,il faut bien le cadrer dans un contexte intelligible non ?
Ou alors Dieu reste une abstraction plus que abstraite ? Autant ne pas l'évoquer.

Alors que peut-on dire dessu ? C'est bien le createur de toutes choses ? Et pourquoi ne pourrait-on ne rien dire dessu sous prétexte d'humilité ?

S'il nous a créé doué de pensée,alors je ne vois pas pourquoi en quoi notre pensée en serait interdit pour tendre et comprendre sa nature.Par exemple Saint Thomas d'Aquin,inspiré par la pensée aristotélicienne était lui,contre une foi aveugle et contre le sacrifice intellectuel car la raison doit appuyer la foi.

_________________
Au coeur de l'impermanence,où puis je m'accrocher ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 19:08

Bonjour à tous

Je crois qu'un débat sur Dieu son ( exsitence sa nature ) mérite d'être fait, d'ailleurs la question soulève les passions depuis des siècles

Techniquement Dieu ne peut être prouvé, ce qui fait bien l'affaire des athées lorsqu'ils veulent en découdre avec les croyants. Les croyants quant à eux affirment l'existence d'un Dieu sur la base de la foi. Mias qu'est-ce que la foi : c'est le fait de croire à un principe par une adhésion profonde de l'esprit et du coeur qui emporte la certitude.

Toutes les religions sont basées sur la foi, le problème c'est que la foi emporte la certitude qui n'est pas synonyme de vérité ou de preuve, à une cetainne époque on croyait dur comme fer que la terre était plate, ceux qui disaient le contraire étaient brulés comme hérétiques.

Selon moi une position raisonnable est l'agnostisme qui n'infirme ni n'affirme l'existence de Dieu ça m'apparait comme la meilleure façon de demeurer ouvert sur cette question.

Ceci étant dit, je crois qu'il y a tout intérêt à qarder le débat dans le domaine philosophique, historique et culturel, autrement nous risquons de nous perdre en conjectures et sombrer dans toute sorte de propos émotifs qui n'apporterons pas beaucoup au débat.

Quoiqu'il en soit j'aime bien l'effort méthaphysique de Spinoza sur cette question, car celui-ci déduit la nature de Dieu de principes immanents comme la loqique mathématique et la géométrie, mais pour ce faire il doit partir du prémisse que Dieu est infini, encore là est-ce prouvable ? La réponce est non !

Mais si on admet que Dieu est infini sa logique est pour le reste impeccable, par example : dans l'occurance ou Dieu est infini, l'univers fait partie de Dieu, car rien ne peut exister hors de l'infini, de plus les attributs d'un premier ensemble (univers) contenu dans un ensemble plus grand (l'infini) sont aussi celle du plus grand ensemble. Par conséquent si l'univers n'est pas Dieu dans sa totalité, il n'en est pas moins un atrribut de Dieu, l'univers est Dieu.

Voilà cette approche m'apparait plus intéressante, que l'exercice de la foi qui elle est soumise à toute sorte de dérives car bien évidemment il ne suffit pas d'être certain d'une chose pour que celle-ci soit vraie.

Spinoza soulève aussi qu'un entendement fini ne peut comprendre l'infini, voilà non seulement une preuve de son esprit logique, mais aussi de son humilité, en fait il ne fait que jeter des bases pour réfléfir sur la question en exercant la logique, et je crois que c'est plutôt sain.

Pour ce qui est de ceux qui se livrent à la guerre au pillage et la haine au nom de Dieu, ces gens là sont tous autant qu'ils sont fussent t'ils des milliards, victimes d'abhérations mentale. Le mot peut sembler fort, mais lorsque l'idéalisation du réel prend le pas sur le réel on appelle ça la psychose, en fait le délire religieux est une forme de psychose.

Dieu s'il exite, n'est peut-être pas le Dieu d'amour personnel des Chrétiens, mais il n'est surement pas un Dieu de haine, mettre sur son dos toutes les injustices que nous pouvons observer sur cette planète, c'est rejeter nos responsabilités sur le dos d'une entité dont nous pouvons au moins déduire qu'ellle supporte la vie, qu'elle s'équilibre elle même, bref qu'elle est la vie.

Amitiés

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 9 Aoû 2005 - 21:49

Manu a écrit:
Citation :
Peut être mais toutes les guerres dites saintes ont été faites pour dieu ?

Je crois qu'il serait plus préçis et plus juste de dire que les querres saintes sont le fait d'une idéation de dieu ( fabulation, rêve, psychose ). Or si l'idée que nous faisons d'un objet est fausse, comment pouvons-nous prétendre poser quelque action ou geste pertinent envers cet objet.

Je tient une pomme dans ma main, je peux me faire une assez bonne idée de ce qu'est une pomme. Alors si tu me dis, va me chercher une pomme dans le frigo je crois que je peux faire ça sans me tromper car je sais ce qu'est une pomme et je saisis le sens de ta pensée. Mais si tu me demande en swahili d'aller chercher un fruit exotique que je connait pas comment le pourrais-je ?

Le Dieu celui de la Bible répète à plusieurs reprises que nous ne pouvons pas connaitre ses pensées, par conséquent les question qui se posent sont les suivantes: Comment ceux qui se livrent à la querre sainte font t'ils pour obéir à la pensée de Dieu s'ils ne peuvent pas en saisir le sens ? Comment pouvons-nous nous inscrire dans les voies de Dieu si celles-ci ne sont pas les notres ? Par conséquent ces querres ne sont pas faites par et pour Dieu, mais par et pour des hommes et malgré qu'elles portent induement le nom de saintes elles doivent êtres entendues comme telles, c'est à dire une autre manifestation de l'imbécilité humaine.

Citation :
"Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine... mais pour l'univers, je n'ai pas de certitude absolue."
(Albert Einstein / 1879-1955)

Voici quelques références bbliques pour pour appuyer l'idée que nous ne savons rien des pensées de Dieu.

Car mes pensees ne sont pas vos pensees, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Eternel. Esaie: 55.8

Autant les cieux sont eleves au-dessus de la terre, Autant mes voies sont elevees au-dessus de vos voies, Et mes pensees au-dessus de vos pensees. Esaie: 55.9

Pretends-tu sonder les pensees de Dieu, Parvenir a la connaissance parfaite du Tout Puissant ? Job:11.7

Citation :
"Quiconque prétend s'ériger en juge de la vérité et du savoir s'expose à périr sous les éclats de rire des dieux puisque nous ignorons comment sont réellement les choses et que nous n'en connaissons que la représentation que nous en faisons."
(Albert Einstein / 1879-1955)

Ça va tout à fait dans le sens de la logique Spinozienne au sujet de l'entendement fini de l'homme.



Amitiés

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
manu



Nombre de messages : 133
Date d'inscription : 28/01/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mer 10 Aoû 2005 - 16:28

Si tant est qu'on puisse trouver la bible comme ayant une parcelle de vérité historique, il y a combien de guerres et de morts décrits dans ces pages ?

Concernant l'islam, ce n'est d'ailleurs guère mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gilles
Invité



MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mer 10 Aoû 2005 - 17:54

Guy a écrit:
Prétends-tu sonder les pensées de Dieu […] ?
Citation :
"Quiconque prétend s'ériger en juge de la vérité et du savoir s'expose à périr sous les éclats de rire des dieux puisque nous ignorons comment sont réellement les choses […] Albert Einstein
Il y a confusion. Einstein parle du monde physique, pas de Dieu.
 
Revenir en haut Aller en bas
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mer 10 Aoû 2005 - 20:23

Citation :

Guy a écrit:
Prétends-tu sonder les pensées de Dieu […] ?
Citation:
"Quiconque prétend s'ériger en juge de la vérité et du savoir s'expose à périr sous les éclats de rire des dieux puisque nous ignorons comment sont réellement les choses […] Albert Einstein


Il y a confusion. Einstein parle du monde physique, pas de Dieu.


Albert Eninstein etait panthéiste, pour un panthéiste tout est Dieu, pour un physicien panthéiste étudier la physique c'est étudier un attribut de Dieu.

Citation :
"Je crois au Dieu de Spinoza, qui se révèle dans l'ordre harmonieux de ce qui existe, et non en un dieu qui se préoccupe du sort et des actions des êtres humains."
(Albert Einstein / 1879-1955 / Télégramme au rabbin Goldstein de New York, avril 1929)

Citation :
"Je suis fasciné par le panthéisme de Spinoza, mais j'admire plus encore sa contribution à la pensée moderne, parce qu'il est le premier philosophe qui traite l'esprit et le corps comme unité, et non comme deux choses séparées."
(Albert Einstein / 1879-1955)
Amitié

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
Duan Yu

avatar

Nombre de messages : 1513
Date d'inscription : 13/05/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mer 10 Aoû 2005 - 21:09

En même temps, le Dieu de Spinoza est tout sauf un Dieu "classique" qui possède une forme de Volonté et ou de Conscience ... Un Dieu assimilé à la Nature, c'est tout fait pour la physique ça Smile Bien que ce soit discutable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mer 10 Aoû 2005 - 21:22

J'imagine qu'Einstein en était conscient:

Citation :
"Ce qui m'intéresse vraiment c'est de savoir si Dieu avait un quelconque choix en créant le monde."
(Albert Einstein / 1879-1955)

Citation :
"Le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito."
(Albert Einstein / 1879-1955)

Amitiés

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
flash

avatar

Nombre de messages : 64
Localisation : entre Marseille, Bayonne, Brest, Lille et Strasbourg. Dans un hexagone !
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Lun 22 Aoû 2005 - 12:44

Bonjour à toutes et à tous.

Il existe dans l'Univers une énergie consciente qui se développe toujours et encore indéfiniment pour produire seulement et uniquement la VIE sous toutes ses formes.

Ce que nous percevons comme mort et destruction est une transmutation de forme de la VIE.

Une entité qui incite à la guerre et à se considérer meilleur qu'autrui parce qu'on a la FOI en croyant en lui n'est pas un Dieu d'Amour !

Nous avons oublié que l'Amour est une énergie de VIE qui nécessite un apprentissage (apprenti sage).

Nous ne comprenons pas ce que signifie Verbe et Parole et nous en mesusons pour notre plus grand malheur.

Einstein s'est enferré dans ses certitudes et refuse la nouvelle physique quantique. « Dieu ne joue pas aux dés », répète-t-il jusqu'à s'entendre répondre par Niels Bohr : « Qui êtes-vous, Einstein, pour dire à Dieu ce qu'il doit faire ? ».

L'enseignement de la Bible et du Coran sera révélé aux hommes quand ceux-ci auront appris à vivre en paix avec les microbes, les animaux, toutes les formes de vie qui partagent notre Univers (uni vers l'Unité).

Quand il n'y aura que souffrances et désolations pour tous, alors l'Homme changera et comprendra l'Amour parce qu'il est ici-bas pour VIVRE et participer à la création de la VIE.

A bientôt à toutes et à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphrodisio.site.voila.fr
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Lun 22 Aoû 2005 - 23:44

Salut Flash

Tu dis:
Citation :
Quand il n'y aura que souffrances et désolations pour tous, alors l'Homme changera et comprendra l'Amour parce qu'il est ici-bas pour VIVRE et participer à la création de la VIE.

Je suis d'accord avec cette assertion, mais je crains fort que lorsqu'il n'y aura que souffrances et désolations pour tous, l'Homme aura aussi irrémédiablement entrainé avec lui l'écosystème. Certains scientifiques prétendent qu'une fois l'équilibre rompu, nous assisterons à un espèce d'effrondrement ( effet domino).


Dans un contexte évolutioniste, l'Homme est le prédateur ultime de la planète, il se trouve au sommet de la chaine alimentaire, et son comportement envers toutes autres formes de ressources est aussi un acte de prédation. Lorsque celui-ci aura fini de dévorer la pyramide qui se trouve sous lui il comprendra, non pas parce qu'il se sera livré à une réflexion sur la question, mais plutôt parce que la réalité va lui bondir au visage comme un fauve enragé... mais ne sera-il pas trop tard pour que l'Homme comprenne enfin que la planète c'était aussi lui ?

En ce qui me concerne, je crois que l'Homme est appelé à disparaitre comme les dinosaures, parce qu'au delà de la mesure de conscience dont il dispose, la fibre la plus profonde de l'Homme c'est cet instinct de prédateur un peu binaire qui le pousse à considérer tout ce qui l'entoure comme sa propriété plutôt que l'inverse, et cette binarité semble davantage se confimer que s'infimer. Je peux m'apitoyer sur la souffrance ou sur les misères du monde, mais pleurer sur l'imbécilité j'en suis incapable.

Citation :
" L'homme raisonnable s'adapte au monde ; l'homme déraisonnable s'acharne à essayer d'adapter le monde à lui-même. Par conséquent, tous les progrès dépendent de l'homme déraisonnable." -George Bernard Shaw

Enfin, j'imagine que je suis pessimiste... --25


Amitiés

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 23 Aoû 2005 - 2:19

Suite :

J'ajouterais ceci : touts les peuples de la terre aspirent au même niveau de vie que les occidentaux, plus précisément celui des américains mais voilà, il faudrais syphonner les ressources de sept planètes comme la nôtre pour suffire à la tâche.

Ces américains qui sont t'ils pour servir de référence au reste du monde, en fait c'est le seul peuple qui n'a pas connu la civilisation entre le barbarisme et la décadence.

J'exagère vous croyez ! Ils ont investis leur territoire en génocidant les améridiens, ensuite ils fondés leur économie sur l'esclavage, les droits des esclaves ont été défendus jusqu'en 1968 par Martin Luther King année ou il fut assassinné et ils le sont toujours, la vaste majorité des personnes incarcérées aux USA sont noires. Encore aujourd'hui aucun musée dédié à l'histoire de l'esclavage n'est permis aux USA comme il s'en trouve de nombreux à travers le monde au sujet du génocide des juifs en Allemagne.

Ils ont prolongés le colonialisme jusqu'à nos jours en supportant des dictatures en Amérique du Sud et partout ailleurs dans le monde afin d'aliéner les ressources des pays en voie de développement et ils persistent et signent en Irak. Aujourd'hui ils sont le fer de lance de l'économie néo-libérale glogalisée qui est une autre forme de colonialisme, ils peuvent bien avoir un haut niveau de vie, ils pillent et saccage la planète tout entière pour se le garantir.

Certains dirons que d'autres pays occidentaux ne sont pas mieux et ils n'ont pas tord, mais ce sont les américains qui imposent la cadence et les autres n'ont pas le choix de suivrent.

Les gens vont aux urnes pour voter, mais le pouvoir n'est plu là, il est entre les mains des méga-corporations et multinationales, pendant ce temps les USA prônent à travers le monde les sacro-saintes valeurs de la liberté et de la démocratie, mais leur propre régime est une ploutocratie, c'est gens là vivent sous un fac-similé de démocratie, et sont à répendre la bonne nouvelle sur toute la terre, because "In God we Thrust"

Alors comme tu le dis Flash :
Citation :
Quand il n'y aura que souffrances et désolations pour tous, alors l'Homme changera et comprendra l'Amour parce qu'il est ici-bas pour VIVRE et participer à la création de la VIE.

Mais sera t'il trop tard ? J'en ai bien peur...

Bref, vous aurez sans doute compris que je ne les aime pas.

Amitiés

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
flash

avatar

Nombre de messages : 64
Localisation : entre Marseille, Bayonne, Brest, Lille et Strasbourg. Dans un hexagone !
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 23 Aoû 2005 - 13:25

Salut Guy et merci à toi pour avoir pris le temps nécessaire à l'argumentation qui me décolle la pulpe du fond !

Le monde occidental et ses pseudo valeurs comme model à suivre ? --3 Il est vérolé dans ses fondements les plus intimes !!! --9 Il est vital de prendre model sur les peuples premiers dans ce qu'ils ont de plus sacré : une osmose synergétique avec la Nature, si nous voulons rester vivants et en bonne santé durablement. --13

TOUT NOTRE SYSTEME DE VALEURS EST A REVOIR DE FOND EN COMBLE. --30

Guy a écrit:
[Je suis d'accord avec cette assertion, mais je crains fort que lorsqu'il n'y aura que souffrances et désolations pour tous, l'Homme aura aussi irrémédiablement entrainé avec lui l'écosystème. Certains scientifiques prétendent qu'une fois l'équilibre rompu, nous assisterons à un espèce d'effrondrement ( effet domino).

La citation de Georges Bernard Show est fort bien choisie car en parfaite adéquation avec la problématique de notre existence ici-bas.

Il est évident que notre espèce est vouée à disparaitre car rien dans la forme n'est fait pour être éternel.

Notre disparition ainsi que celle de notre noosphère sera un ferment qui permettra à d'autres formes de vies d'émerger et de se développer. Tout comme l'émergence des mammifères auquels nous appartenons fut faite sur la destruction des cellules anaérobies qui peuplaient la Terre il y a des milliards d'années et qui disparurent empoisonnées par un gaz autement toxique que fut pour elles l'oxygène. Cet oxygène indispensable à notre vie !

Trop tard ? Pour qui ? C'est trop tard pour ceux qui n'ont pas le désir de changer, car sans changement pas d'existence durable possible.

En lisant le contenu de ce long texte auquel renvoit le lien ci-dessous, nous entrapercevons que contrairement au titre, tous les espoirs sont permis et que c'est à nous de décider de ce que nous voulons faire de notre existence sans attendre que d'autres en décident pour nous, ces autres qui nous perçoivent comme de la viande sur pieds dont la présence sur Terre est de produire encore et toujours plus pour le profit de qui, de quoi ? D'une petite minorité qui croient avoir tout compris et qui pensent avoir le droit d'agir au nom de l'Humanité toute entière.

Ce qui me choque personnellement le plus dans notre situation à toutes et à tous, c'est que nous attendons que quelqu'un nous dise quoi faire !

extrait de "La Science comme religion universelle":
[Nous n'avons nullement besoin d'une intervention divine comme l'a montré Christian de Duve pour expliquer notre évolution ou notre devenir qu'on peut considérer comme probable au contraire, comme évolution biologique sous la pression d'un milieu changeant, car "le hasard n'empêche pas l'inévitabilité" (si la diversification crée de la contingence, la complexité est par contre une évolution nécessaire). L'être humain n'est pas voulu mais il n'est pas arbitraire. "Ni miracle, ni accident : nous sommes sensés être là".

"Dieu joue aux dès parce qu'il est sûr de gagner" puisque ce n'est pas le hasard qui décide mais l'adaptation.]

http://www.globenet.org/transversales/grit/religion.htm

---

L’assassinat des animaux est la mort de l’homme. Les jeux sont faits ? --33
Que l’on y croit ou non ne changera plus rien à l’affaire !

Le sort en est jeté ; l’homme court à sa perte de par son propre comportement envers la Loi de la vie.

http://www.das-wort.com/francais/p16fr.html

---

A+ Guy et merci pour m'avoir lu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphrodisio.site.voila.fr
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mar 23 Aoû 2005 - 22:53

Salut Flash

J'ai pas de mérite à te lire, j'aime bien tes commentaires sur ce forum ainsi que tes références.

Je ne sais pas si tu à eu l'occasion de lire mon texte sur la loi du marché versus l'environnement sur ce forum.

http://philosophia.forumactif.com/viewtopic.forum?t=351

A+

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mer 24 Aoû 2005 - 3:19

Vers une nouvelle éthique

La révolution se fera dans chaque conscience ou elle ne se fera pas. Il s'agit bien de changer le sens de sa vie en fonction d'un sens planétaire du devenir du monde. Nous pouvons nous inspirer de quelques sages qui expriment une « spiritualité laïque » refusant tout dogmatisme, voire toute autorité dite spirituelle et tout mysticisme magico-religieux. L'un d'entre eux, J.Krishnamurti, nous parle d'une écologie véritablement humaine.

La première étape de cette conversion de la conscience personnelle consiste à se rendre compte que « le temps du monde fini commence » comme l'écrivait Paul Valéry en 1948 dans « Regards sur le monde actuel ». Nous sommes absolument assignés à résidence sur notre Terre, comme le pense Albert Jacquart. La sagesse laïque contemporaine, quelque peu stoïque, nous conduit vers un « Évangile de la perdition », éminemment éthique, dont nous parle Edgar Morin dans « Terre-patrie » écrit avec A-B Kern. E. Morin écrit : « J'ai appelé l'Évangile de la perdition » (…) le fait que nous sommes perdus pour nous forger un sens proprement humain, à partir des idées de fraternité ; de solidarité, qui rejoignent du reste les des premières des grandes religions universelles, mais, sans Salut ».

Peut-être faudra-t-il quelques secousses extraordinaires, comme celle, récente, du tsunami et ses presque 300000 mort, pour que nous comprenions, enfin, que le capitalisme organisé n'est pas un régime économique digne de l'être humain ?

Laissons faire et nous verrons une Chine développée à l'américaine, produire une pollution généralisée sur terre. Mais, une autre éthique ne veut pas dire, pour autant, une non-croissance pour les pays qui renforcent actuellement leur état de sous-développement. Elle signifie une nouvelle vision où la fraternité et l'égalité l'emportent sur la liberté individuelle, utilisée pour quelques uns au détriment de tous. Sur le plan européen, elle impose une Europe réellement sociale qui est loin d'être encore suffisamment proposée dans les textes présentés au référendum. Plus encore, sans doute, la nouvelle éthique issue d'une nouvelle conscience de soi, s'étaye sur une autre éducation.

Propos de René Barbier

http://www.barbier-rd.nom.fr/journal/article.php3?id_article=431

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
flash

avatar

Nombre de messages : 64
Localisation : entre Marseille, Bayonne, Brest, Lille et Strasbourg. Dans un hexagone !
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Mer 24 Aoû 2005 - 10:45

Bonjour Guy.

Sujet Oh combien sensible et incompris que celui du changement social en cours ! Les propos de Renier Barbier que tu nous fait partager me font réagir ! --24

Guy a écrit:
La révolution se fera dans chaque conscience ou elle ne se fera pas. Il s'agit bien de changer le sens de sa vie en fonction d'un sens planétaire du devenir du monde. Nous pouvons nous inspirer de quelques sages qui expriment une « spiritualité laïque » refusant tout dogmatisme, voire toute autorité dite spirituelle et tout mysticisme magico-religieux.[...]

Krishnamurti est un excellent exemple d'agitateur de conscience pour la noble cause, notre survie !

Nous allons vers une nouvelle éthique, c'est sûr et certain, mais de quelle éthique s'agit-il donc ?
Il y a ceux qui, à l’inverse de Krishnamurti, pensent que c’est par la science que le monde moderne va retrouver la spiritualité malgré le risque de sombrer dans le scientisme, cette tendance à vouloir ramener l’expérience spirituelle à du démontrable.

Nous sommes en pleine révolution de la pensée, cette pensée qui est à la fois réductionniste et qui refuse de comprendre même après avoir vérifié par l'expérimentation, de peur de mettre à mal les dogmes scientifiquement établis, et toujour cette même pensée qui accepte l'inéluctable déchéance de l'humanité dans une sorte de fuite en avant, découlant du refus d'avouer son incompétence.

C'est à cette réflexion amenant des actions concrètes que l’Université Interdisciplinaire de Paris animé depuis 1995 par Jean Staune, éditeur chez Fayard, en partenariat avec l'UNESCO et en invitant des noms illustres à s'exprimer sur la symétrie entre science et religion afin de stimuler le progrès des religions dans les sciences.

Guy a écrit:
[...]Mais, une autre éthique ne veut pas dire, pour autant, une non-croissance pour les pays qui renforcent actuellement leur état de sous-développement. Elle signifie une nouvelle vision où la fraternité et l'égalité l'emportent sur la liberté individuelle, utilisée pour quelques uns au détriment de tous.

Toute la problématique est résumée en ces quelques lignes. Celà dépasse un choix de société; ce qui nécessite une nouvelle définition de la notion de croissance qui actuellement est synonyme de pillages au détriment non seulement du plus grands nombre mais aussi pour toute notre descendance.
Les liens URL sont nombreux et je n'en n'userais donc pas !

Le débat est à peine effleuré et promet d'être ... "hard" --2

A bientôt Guy. --12 (en tout bien tout honneur --3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aphrodisio.site.voila.fr
lepereboniface

avatar

Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 01/06/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Ven 26 Aoû 2005 - 16:58

Et pour revenir au sujet de la lumineuse Cebe, Dieu est amour et tendresse la meilleure preuve en ai qu'il a donné à l'homme le libre choix de ses actions, bonnes ou mauvaises, en lui permettant toujours d'avoir un recours.. On peut donc dire que Dieu est amour, tendresse et liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guy

avatar

Nombre de messages : 54
Localisation : Sherbrooke Québec
Date d'inscription : 23/07/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Ven 26 Aoû 2005 - 17:42

Bonjour Lepereboniface

Ça dépend de quel Dieu tu parle, celui de Cébé, le tien, celui de Spinoza, celui de Goerge Bush, ect...

Le dollard américain est aussi un dieu, que dire de Satan qui est aussi un dieu.

Citation :
"Définissez-moi d’abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j'y crois."
(Albert Einstein / 1879-1955)

Qu'est-ce que tu entend par dieu ?

La question se pose... Car il existe presque autant de dieux qu'il y à de personnes, le mien ressemble aux Grand Manitou des amérindiens, quel est le tien ?

Amitiés

Guy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://penseur.forumactif.com
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   Sam 27 Aoû 2005 - 6:05

Si Dieu nous laisse la liberté de choix, on peut aussi dire qu'il fait de nous des sortes d'enfants abandonnés qui devons nous débrouiller seuls dans un monde hostile, sans savoir toujours quelles décisions prendre pour survivre sans trop souffrir.

D'un autre coté, avons-nous vraiment la liberté de choix ?
La plupart (ou la totalité ?) de nos choix sont dus à nos instincts, à nos réactions émotives, etc ... Toutes nos actions sont des réactions à des évènements antérieurs, donc nous ne sommes pas libres mais les marionettes du destin et de la nécessité.
Donc on peut aussi bien dire que Dieu est un tyran qui nous manipule et nous fait faire ce qu'il veut en nous laissant l'illusion d'un libre-arbitre.

A moins qu'il n'y ait pas de séparation entre Dieu et nous : sa volonté et la notre ne fait qu'un.
Si nous sommes des constituants, des parties du "corps" de Dieu, alors dire qu'il est tendre avec nous n'a plus de sens : on ne peut être tendre qu'avec un être extérieur.
Si Dieu ne fait qu'un avec le monde, sa tendresse n'a pas de sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
et qui voudrait d'un Dieu de tendresse ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bénédiction du 13 Juillet : Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de tendresse et d'amour !
» Béni sois-tu, mon Dieu de tendresse et d'amour !
» Bénédiction du 26 Mars : "Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de tendresse et d'amour !"
» Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de tendresse et d'amour
» Dieu de tendresse et Dieu de pitié

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: PHILOSOPHIA :: Spiritualité-
Sauter vers: