Philosophia

Philosophie, spiritualité, sciences
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'homosexualité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Erual



Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Mar 7 Avr 2009 - 22:36

Citation :
Est-ce que la bisexualité est possible dans votre vie ?
Je pense que chacun de nous peut être bisexuel. Les desirs, ni l'amour d'ailleurs ne se controlent, et malheureusement, ou heureusement on doit faire avec.

Il y a en chacun une part féminine et une part masculine; certains developpent l'un plus que l'autre, cela va dépendre. Je ne pense pas que ce soit lié au milieu familial, car une personne peut justement entrer en conflit avec ses parents qui n'acceptent pas son homosexualité, ça s'est souvent vu.

Là, je vais poser une question qui va peut-être en choquer certains : pourquoi une relation entre un homme et une femme est considéré comme la norme ? Qui a décidé cela ? Et ne me dites pas Dieu en créant Adam et Eve, ça ne marche pas avec moi, je suis athée.
Est ce qu'un jour on pourra enfin reconnaitre qu'il n'y a pas de relation "normal" et qu'un homme peut aller avec un homme, ou une femme; comme une femme peut aller avec un homme, ou une femme ? Apres tout, nous sommes libre selon la déclaration universelle des droits de l'Homme... donc libre de choisir sa sexualité.. libre d'aimer qui on veut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Mer 8 Avr 2009 - 6:56

Comment pourrait-on choisir sa sexualité alors que ce sont nos gènes et le "cablage" de notre cerveau qui décident si nous serons atirés par les hommes ou par les femmes ?

Mais pourtant ... c'est vrai que les préférences sexuellles peuvent être "éduquées".
C'est ainsi que les anciens Grecs étaient souvent homosexuels ou même pédérastes. C'était leur culture qui les poussait dans ce sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Erual



Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Mer 8 Avr 2009 - 7:02

Je pense que les gênes n'ont rien à voir là dedans. Tout est dans les sentiments, et donc par conséquent dans le cerveau. Nous sommes guidés par nos désirs, et toutes autres sentiments. C'est pareil pour les homophobes, ils sont guidés par la peur, la peur peut-être d'être comme "anormal", et ça les amene à renier cette vision.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atil

avatar

Nombre de messages : 6109
Localisation : Frontière franco-belge
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Mer 8 Avr 2009 - 7:14

Et d'ou viennent-ils donc ces désirs ?

Pourquoi les hommes désirent-ils les femmes ?
Pourquoi les femmmes désirent-elles les hommes ?
Pourquoi les lions désirent de la viande ?
Pourquoi les zèbres désirent-ils de l'herbe ?
Pourquoi les singes désirent-ils des fruits ?

Les désirs sont déja programmés dans le cerveau dés la naissance.
Et comme chaque espèce animale a des désirs spécifiques, ca montre que les gènes sont importants dans ce processus.

Par contre l'homme, par la culture, peut essayer de forger de nouveaux désirs.

...C'est dailleurs à ca que sert la pub à la TV : Induire en nous des désirs que nous n'avions pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.wanadoo.fr/atil/
Erual



Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 07/04/2009

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Mer 8 Avr 2009 - 7:18

Donc pour toi, il est inscris dans notre cerveau : "attention, toi pas avoir de chance, tu vas devenir homosexuel"... je trouve ça stupide autant que quand on dit qu'il est ecrit dans les gênes que l'on sera pédophile; c'est je crois ce que Sarkozy a dit à un moment, et ça s'appelle de l'eugénisme.

Je considere que ce genre de trucs ne sont pas inscrits dans les gênes, ou dans le cerveau, car les individus changent. Par exemple, à l'adolescence, les jeunes aiment tester plusieurs relations, cela ne veut pas dire qu'ils vont restés homosexuel toute leur vie !

Pour ta question sur l'origine des désirs, il est vrai que je ne saurais y répondre, mais après tout, on s'en fiche un peu je crois. Le tout est qu'on a des desirs, pas forcement controlables, et que parfois il vaut mieux les laisser aller que les renier pour ne pas être confronté à la frustration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cébé

avatar

Nombre de messages : 4416
Date d'inscription : 30/11/2004

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Mer 8 Avr 2009 - 20:00

Un homme peut aller avec un homme .....



.... partons de là et je te demande :


Un homme peut-il aller avec une femme comme avec un homme, sodomiser une femme, est-ce naturel ?

_________________
"Jacques 3:1 Ne soyez pas nombreux, mes frères, à devenir docteurs. Vous le savez, nous n’en recevrons qu’un jugement plus sévère"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zizanie

avatar

Nombre de messages : 166
Localisation : Ici et là au gré du vent
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Ven 17 Juin 2011 - 13:19

Pour l'espèce humaine, il y a la nature qui intervient, c'est indéniable, les hormones qui influent sur la sexualité, certains hommes génétiquement sont femmes de par leurs hormones et inversement et je ne parle pas des hermaphrodites.
Mais, au delà des lois et des caprices de la nature, il y a un facteur important, la culture. Le sexe est culturel.
Il l'est par rapport au besoin de se reproduire comme la gastronomie l'est par rapport au besoin de se nourrir.

Certains trouveront la chasteté non naturelle, donc, ne parlons plus de comportement naturel ou déviant, mais d'approche culturelle de la sexualité.

Ce qui est à proscrire, ce sont les comportements de prédation sexuelle, pour le reste que chacun explore sa sexualité comme il l'entend avec le, la ou les partenaires qu'il souhaite pourvu que ce soit dans le respect de chacun.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zizanie

avatar

Nombre de messages : 166
Localisation : Ici et là au gré du vent
Date d'inscription : 30/05/2011

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Ven 17 Juin 2011 - 13:30

Atil a écrit:
Et d'ou viennent-ils donc ces désirs ?

Pourquoi les hommes désirent-ils les femmes ?
Pourquoi les femmmes désirent-elles les hommes ?
Pourquoi les lions désirent de la viande ?
Pourquoi les zèbres désirent-ils de l'herbe ?
Pourquoi les singes désirent-ils des fruits ?

Les désirs sont déja programmés dans le cerveau dés la naissance.
Et comme chaque espèce animale a des désirs spécifiques, ca montre que les gènes sont importants dans ce processus.

Par contre l'homme, par la culture, peut essayer de forger de nouveaux désirs.

...C'est dailleurs à ca que sert la pub à la TV : Induire en nous des désirs que nous n'avions pas.
Pas si simple en fait!
L'homme, à l'époque ou il était hominidé (ça date un peu mais bon!) était fructivore et vivait dans les arbres par nécessité car il était une proie!
Maintenant, l'homme est omnivore et vit dans des habitats et est un super-prédateur!
Si ses désirs étaient programmés dans son cerveau, cette évolution n'aurait pas été possible.
La sélection naturelle a permis à l'homme d'évoluer ainsi mais cette évolution n'est possible que par une certaine variabilité des individus pour pouvoir sélectionner les plus aptes à survivre.
Ensuite, la culture a pris le relais lorsque le cortex cérébral de l'homme lui a permis de créer cette culture et l'homme passa du stade de proie à prédateur puis à super-prédateur.

Ce qu'il faut retenir de tout ça, ce sont ces deux paramètres:
1) Variabilité des individus et de leur comportement
2) Culture

Ces deux paramètres ne sont pas spécifiques à l'espèce humaine, la variabilité des individus est commune dans de nombreuses espèces d'animaux et surtout de végétaux mais la culture est particulièrement développée voire essentielle pour l'espèce humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poisson pilote



Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 15/11/2011

MessageSujet: Re: L'homosexualité   Sam 7 Juin 2014 - 4:39


Théorie du genre et mariage « pour tous »

L’identité

A chaque seconde de mon existence, je sais et je sens que je suis. Ceci est tellement consubstantiel à ma personne qu’il n’est nul besoin de me poser de question à ce sujet.
Le « je suis » est antérieur à toute autre manifestation psychologique; il en est même le substrat, la cause de toute mes volontés, sentiments, perceptions et réflexions. D’abord je suis.
En lui-même « je suis » est asexué. L’être est être et rien d’autre ; c’est un absolu inconditionnel, irréductible, intemporel ; l’essence de ce que nous sommes.
Ce n’est que dans un second mouvement intérieur qu’une précision vient se glisser; je suis « qui» ? ou je suis « quoi » ? A partir de là l’être qui est l’essence entre dans l’existence et devient le moi empirique.
Être c’est être; redisons-le ceci est absolu, inconditionnel, irréductible, intemporel.
Être quelque chose ou quelqu’un de particulier c’est exister, entrer dans les vicissitudes du temps et de la vie, se positionner, s’identifier à un contexte naturel, social ou culturel. Le sentiment du « je suis » (absolu) précède le sentiment du je suis « qui » ou « quoi », tout prédicat susceptible de prendre une couleur ou une autre.
Ce moi est temporel, conditionnel et relatif mais reste dans un rapport naturel avec « je suis ». Autrement dit on ne peut pas affubler ce dernier de n’importe quel prédicat. On ne peut pas dire je suis une enclume, je suis un pneu de vélo, je suis translucide….

Revenons à notre sujet : avant d'être qui ou quoi que ce soit, je suis. Avant d'être qui ou quoi que ce soit, nous sommes; avant d'être qui ou quoi que ce soit, vous êtes. Que pourriez-vous être de petit, de gros, de maigre, de grand, de fort, de rusé, de blanc, de noir, de masculin, de féminin ou tout ce que vous voulez si d'abord vous n'étiez pas ? Ce qui n'est pas n'est rien. pas de prédicat possible.
C’est pourquoi j’affirme envers et contre J.P.Sartre : l’essence (l’être ou sujet hors de tout contexte) précède l’existence (le moi pratique ou sujet en situation) .

Pour les croyants "Je suis" s'est adressé à Moïse ; mais ils savent cela. Faisons plutôt signe aux non-croyants et proposons-leur de s'arrêter deux minutes pour réfléchir.
La question des écritures bibliques ne se pose pas seulement en terme de Dieu. On peut se demander aussi d'où vient se concept "Je suis" (sans aucun prédicat). S'il s'agit d'une pure invention populaire ou de scribe, comment cette idée est-t-elle apparue ?
N'est-ce pas tout simplement parce que l'homme a en lui de façon innée ce sentiment du je suis, qu'il sait et sent que "Je suis" (sans aucun prédicat) est à la base de tout ce qu’il pourra énoncer de lui-même ?
Partant de là il lui est naturel de désigner par "Je suis" un être conçu comme son dieu antérieur à toute création et manifestation. Car si l'homme se peut dire "je suis" combien à plus forte raison est-ce concevable pour Dieu.
Ceci n'est donc pas nouveau. Il est naturel depuis que l'homme respire, sent et pense, de penser ainsi et contre nature de penser autrement (contre culture également) .
Pour les croyants eh bien Dieu s'est adressé à Moïse en un langage et à l'aide de concepts que Moïse pouvait comprendre. Se serait-il adressé à lui en le sachant dans l’incapacité de recevoir le message ? Autant parler à un mur. Si Dieu existe il sait que l'homme comprend "Je suis" (sans aucun prédicat) il sait que ce concept est présent chez lui, puisqu'il est la condition première de toutes nos manifestations qu'elles soient psychiques, psychologiques ou pratiques.

Néanmoins dans le vécu de la plupart d’entre nous, être et moi se confondent. Les deux coïncident. Les individus que nous sommes s’identifient à leur sexe, chose élémentaire et normale. Nous nous identifions aussi à notre couleur de peau (on se sent noir blanc ou jaune…) à notre origine sociale, à la culture à laquelle nous appartenons, à notre profession, etc.… Bref à notre condition existentielle (le moi est conditionnel). Cette identification est de nature affective. Certains sont très réactifs sur ces questions. Cela s’appelle : avoir l’esprit chevillé au corps. Un tel esprit a des difficultés à « sortir du cadre » comme disent les psychologues d‘entreprises.
Il y a en fait plusieurs niveaux d’identification possibles dont le plus fondamental, le premier niveau est celui du genre sexué. Car le sexe est en lui-même, c’est-à-dire au niveau animal, sans couleur, ni culture, bien qu’il soit entouré de toute une symbolique comme les valeurs masculines et féminines, les codes sociétaux, les tabous, etc.…. On se sent d’abord homme ou femme et c’est tout, quelque soient nos autres paramètres d’existence. Un homme chinois et un européen se sentent d’abord hommes avant que de se sentir chinois, français ou quoi que ce soit d‘autre. D’ailleurs les débats sur la parité, le féminisme, les petites plaisanteries quotidiennes et la théorie du genre elle-même montrent l’importance de cette question vieille comme le monde. Être un homme ou être une femme est la base de notre personne, le niveau d’identification le plus proche de « je suis » sans prédicat.

Paul
Dans ces considérations nous ne pouvons passer sous silence l’épître de Paul aux Galates (3:28) « il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, IL N’Y A PLUS NI HOMME NI FEMME, car tous vous êtes un en Jésus-Christ ».
Ce « un en Jésus-Christ » n’est plus le moi mais l’être, débarrassé de ses oripeaux humains, de son identification à la chair, à sa condition sociale, etc.…

Alors dirons-nous, ceci est peut-être intéressant mais nous ne sommes pas des Saints ni « un en Jésus-Christ » en tout cas pas encore. Faux argument ! Il ne s’agit pas d’être Saint, je ne le suis pas, car vous traduisez Saint par « sans péché » (et qu‘est-ce que le péché ?) or Saint se traduit par sain. Il s’agit d’être sain, de corps et d’esprit, péché ou pas (bien qu’en dernière analyse un être véritablement sain soit « Saint » et c’est d’ailleurs en quoi consiste la vraie sainteté)

Pour la théorie du genre, l’église avec Paul, nous montre que l’accomplissement humain est d’être ni juif, ni grec, ni homme, ni femme, dans ce cas il importe peu que nous soyons l’un ou l’autre, chacun est donc libre de choisir son sexe en outrepassant ce que la nature a fait de lui.
Il n’y a plus ni homme ni femme, non pas « en Jésus-Christ » non pas au niveau de l’être, non pas « au ciel » mais dans la nature.
Inutile de lever la tête ; ce "ciel" n'est pas un lieu, c'est une réalité ontologique supérieure, c'est un état de conscience. Pour être "un en Jésus Christ" il faut se dépasser soi même en esprit. "Un" signifie non seulement "tous réunis mais aussi et surtout avoir une personnalité unifiée, ne plus être celui qui tantôt veut une chose tantôt une autre tout en voulant le contraire; avoir l'esprit aussi limpide poli immobile qu'un miroir qui est UN et cependant reflète le multiple. Celui ou celle qui peut réaliser cet état n'est plus alors ni homme, ni femme, ni quoi que ce soit, il EST un point c'est tout (ce qu’il a toujours été consciemment ou pas)
Ainsi avant Nietzsche Paul nous a invité à devenir ce que nous sommes et ce que nous sommes en réalité, est "UN en Jésus Christ" et non homme, femme, Juif ou Grec. J'ai expliqué le "un" quant à "Jésus- Christ " je n'en dirai pas davantage si ce n'est que ce nom possède un sens ignoré par le catéchisme et ses représentants.

Sur un plan plus prosaïque, nous n’ignorons pas que lorsque nous sommes absorbés dans un travail, dans les mathématiques par exemple, ou dans de simples calculs, lorsque nous échafaudons des plans et des idées, nous nous oublions nous-même. Seul compte la pensée de ce que nous sommes en train de faire. L’homme ou la femme que nous sommes s’effacent devant l’esprit. Voilà un cas de figure où « Il n’y a plus ni homme ni femme ».
Ce sont donc les arguments dont peut se prévaloir la théorie du genre. Reconnaissons d’abord que sa démarche n’est pas dénuée de fondement. Ensuite démontons le mécanisme des raccourcis et des caricatures qui à partir de là mènent à cette fausse liberté de pouvoir choisir son sexe.
Le soi qui est la réalité supérieure du moi n’est ni homme ni femme, certes, mais dans l’expérience de la vie relationnelle, il prend une connotation, une existence particulière à laquelle l’individu doit peu ou prou s’identifier.
Il est naturel dans un corps d’homme, de se sentir homme et femme dans un corps de femme, tout comme il est naturel (et inévitable) de sentir le gas-oil si on a trempé ses mains ou ses vêtements dans ce liquide.
Ce serait un délire que d’affirmer « puisque je ne suis pas gas-oil, mais moi, je décide de sentir le Chanel même si c’est de ga-soil dont je suis couvert. Un tel raisonnement relèverait de la psychopathologie, d’obsessions, de troubles dissociatifs ou de déstructuration de la personne, sinon peut-être d’une forme particulière d’humour.

Un homme n’est pas une femme comme une autre.

La biologie nous enseigne qu’un homme sécrète des hormones masculines (la testostérone en particulier) et une femme des hormones typiquement féminines, lesquelles conditionnent non seulement notre morphologie mais aussi notre psychologie. Il existe toute une littérature scientifique et de vulgarisation (dont certains best -sellers) parlant de ces questions.
Hommes et femmes sont biologiquement, morphologiquement et psychologiquement différents. Ceci est une réalité scientifique et non une vue de l’esprit, ou je ne sais quelle production culturelle. Il est temps d’arrêter de vouloir tout égaliser, tout uniformiser en niant les réalités les plus évidentes.

Maintenant comment se fait-il que certains hommes se sentent femmes et inversement ? Réponse : de la même façon qu’un bâton plongé dans l’eau nous apparaît cassé, ou courbé. Ces gens sont victimes d’une aberration ou dit autrement il y a chez eux une erreur d’aiguillage qu’ils sont impuissants à redresser. (à supposer qu’ils le veuillent) Cette aberration peut d’ailleurs être de nature biologique. Certains hommes sécrètent plus d’hormones féminines que la normale chez un homme et inversement pour les femmes. N’oublions pas que nous avons tous les potentialité des deux sexes, avec une dominance homme ou femme. Un embryon au départ est asexué, ce n’est qu’à partir de je ne sais plus quel stade qu’une différentiation s’opère.
D’ailleurs ces dernières considérations, savamment remaniées et biseautées peuvent aussi apporter de l’eau au moulin de la mauvaise foi des tenants de la théorie du genre.
Il faut y veiller et travailler là-dessus.

Un proverbe chinois dit : ce n’est pas la queue qui remue le chien, c’est le chien qui remue la queue. Dans la vie, il y a une logique, il y a un ordre, il y a un bon sens.

Je ne considère pas l’homosexualité comme une anormalité au sens péjoratif, mais je la considère tout de même comme une anomalie. Ceci n’est pas de l’homophobie mais la vérité. Vouloir faire reconnaître une anomalie comme chose normale est psychologiquement compréhensible, mais n’en demeure pas moins inacceptable.
Je reconnais aux homos les mêmes droits et leur accorde la même respectabilité qu’à n’importe qui, à condition qu’ils ne fassent pas de militantisme, de lobbying et choses de ce genre. Il n’y a qu’un droit que je ne leur accorde pas : celui de se marier. (et ce qui en découle pour les enfants)
Pour la raison que le mariage qu’il soit civil ou religieux est une institution et une institution n’est pas n’importe quoi. C’est l’émanation de notre histoire, de nos traditions, de nos valeurs; le point d’orgue du vivre ensemble selon un code reconnu et accepté par tous. Les institutions sont les repères et le ciment de notre société. Il y a du sacré là dedans même dans une version profane comme le mariage républicain. C’est pourquoi j’ai envie de dire « touche pas à mon mariage ».

En quoi cela me dérange-t-il puisque cela ne change rien pour les hétéros ? Eh bien je regrette cela me dérange quand même d’un point de vue moral, éthique et intellectuel, il n’y a pas que des considérations d’ordre pratique dans la vie !
Reconnaître le mariage dit « pour tous » c’est officialiser l’homosexualité, lui donner ses lettres de noblesse, faire entrer dans la norme, dans le « comme tout le monde » ce qui désolé, ne l’est pas et c’est par là même rabaisser l’institution du mariage. Il ne s’agit de rien moins qu’une mascarade.

Qu’en est-il de l’éducation ? D’abord je nie le fait que telle ou telle éducation puisse modeler quelqu’un au point de déterminer ses tendances sexuelles. Vous pouvez élever une fillette comme un garçon et inversement, leur propre personnalité reprendra toujours le dessus.
Parmi les homos et trans. d’aujourd’hui beaucoup ont reçu une éducation tout à fait classique (d’avant 2013) certains même, religieuse, cela ne les a pas empêché d’être homo.
La non théorie du genre de Madame Belkacem qui comme nous le savons, vise à l’égalité homme femme ne va en réalité rien égaliser du tout. Encore une mascarade dont des millions d’enfants pourraient pâtir. Il y aura toujours des forts des faibles, des premiers, des derniers, des hétéros, des homos, des sexistes et tout ce que vous voulez. On aura beau gommer, niveler, fût-ce à coup de cravache, les différences, elles ressortiront un jour ou l’autre, car « la vie (et le naturel galopant) trouve toujours un chemin » comme le dit cette réplique du film Jurassic Parc.
Faudra-t-il bientôt supprimer les prénom sexués, plus de Zoé, ni Chantal, plus de Norbert ou Fabien ? Alors tout le monde va s’appeler pareil car le choix de prénoms neutres est plutôt limité. Je suggère un numéro matricule, pour la neutralité on ne fait pas mieux.
Tous habillés pareil aussi mais en quoi ? Qu’est-ce qu’une tenue asexuée ? Un short peut être à la place du pantalon ou de la jupe ? Et les cheveux ? Longs ou courts ? Ni l’un ni l’autre puisque long c’est plutôt fille et court plutôt garçon ; donc tous coiffés pareils aussi ?
J’ai pris mes renseignements auprès de certains parents. Les établissements, en tout cas ceux que fréquentent leurs rejetons, ont abandonné le nivellement, car trop compliqué et cela ne fonctionne pas.
Mr Aldous Hollande* avec son meilleur des mondes socialistes ne nous fera pas entrer dans le moule à gaufres qu'il nous tend.
Je ne verrais pas d'objection à ce que notre président, plutôt que de nous bâtir un meilleur des mondes, nous quitte pour un monde meilleur. Quant à ses corelégionnaires et autres émules, s'ils avaient la bonne idée de vouloir le suivre, je saluerais leur décision.


Patrick Guillaume

* allusion à l'écrivain Aldous Huxley et son livre : "Le meilleur des mondes"













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'homosexualité   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'homosexualité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Philosophia :: PHILOSOPHIA :: Psychologie-
Sauter vers: